mer. Mai 22nd, 2024

Ils ont passé la nuit sur la tour de San Niccolò, dans le centre de Florence, sur laquelle ils étaient montés la nuit dernière en signe de protestation, le groupe de travailleurs du collectif de l’usine de l’ancien Gkn de Campi Bisenzio (Florence) qui réclament le paiement immédiat des indemnités de licenciement dues. À 10 heures, les travailleurs ont convoqué une conférence de presse pour expliquer les raisons de leur geste et faire le point sur le conflit, qui a débuté le 8 juillet 2021 par un licenciement collectif par courrier électronique de 422 personnes.  par le fonds américain Melrose.

Les travailleurs ont reçu la visite de quelques conseillers municipaux, tandis qu’un groupe de personnes comprenant des sympathisants et d’autres travailleurs étaient présents sous la tour. Les travailleurs ont installé des banderoles, dont une sur laquelle on peut lire « Désolé Florence, ce combat est celui de tous et pour tous » et une autre sur laquelle on peut lire « Gkn ne doit pas être touché ».

Le ministère du travail a accordé cassa integrazione in deroga à Qf spa, une société en liquidation propriétaire de l’usine, jusqu’au 31 décembre 2023. en mai. Mais l’argent n’est toujours pas arrivé à ce jour. E les travailleurs, dont le nombre est inférieur à 300, sont dans une situation désespérée parce qu’ils n’ont pas reçu leur salaire depuis huit mois 

Deux ans plus tard, en somme, l’impasse persiste. La zone industrielle de 80 000 mètres carrés produit les demi-arbres de la camionnette Ducato. Stellantis réduit ses commandes et la société britannique Melrose Industries Plc réagit en licenciant les Florentins par courrier électronique. Toujours sous la pression du ministère, Gkn nomme Francesco Borgomeo pour s’occuper de l’affaire : entrepreneur connu pour avoir réhabilité plusieurs entreprises en état de crise, il reprend l’entreprise en décembre 21, crée Qf et assure l’entrée d’un nouveau propriétaire dans les sept mois pour produire des machines pour l’industrie pharmaceutique ou des onduleurs pour le moteur électrique. Mais cette fois-ci, il a échoué et, en mars dernier, il a annoncé la mise en liquidation de l’entreprise, suivie de la nomination d’un commissaire.

La balle est donc passée dans le camp de la Région Toscane, qui tentera de guider le processus de reconversion de l’usine de Campi Bisenzio et qui a déjà reçu quelques manifestations d’intérêt. De leur côté les travailleurs ont lancé un crowdfunding pour soutenir leur projet industriel, qui consiste en la production de panneaux photovoltaïques de dernière génération. , les batteries écologiques et les vélos-cargos.  

.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *