mar. Avr 23rd, 2024

Avec le « paquet monnaie unique » le Commission européenne  franchit aujourd’hui une étape importante vers la mise en place d’un euro numérique , une idée à laquelle la Banque centrale européenne  travaille depuis environ trois ans – sous la coordination de Fabio Panetta, le prochain gouverneur de la Banque d’Italie – et qui pourrait se concrétiser d’ici la fin de la décennie.

L’innovation de l’euro numérique est à la fois révolutionnaire et peu intuitive, car elle touche à l’essence même de l’argent, un produit que nous utilisons beaucoup mais que nous connaissons peu. C’est pourquoi il est difficile d’appréhender ce projet.

Nous possédons tous déjà quelque chose qui ressemble beaucoup à des euros numériques. Lorsque nous pensons à « notre » argent, nous nous rendons immédiatement compte que nous avons de l’argent sous deux formes différentes. Nous avons des euros en papier et en métal dans nos portefeuilles (certains en ont même fait une réserve de sécurité dans un coffre-fort). Ce sont nos euros « physiques ».

Ensuite, nous avons les euros « numériques » : ceux qui se trouvent sur nos comptes bancaires. compte bancaire par exemple, qui ne sont « que » des chiffres, des informations numériques que la banque et nous-mêmes connaissons. Il s’agit, ou du moins semble s’agir, d’argent numérique : lorsque nous effectuons un achat avec un distributeur automatique de billets ou une carte de crédit, c’est cet argent numérique qui est transféré de notre compte bancaire à celui du commerçant. À moins de vouloir suivre l’exemple de Scrooge McDuck – qui a construit un immense dépôt pour garder son immense richesse monétaire sous son contrôle physique direct – nous, les gens « normaux », préférons généralement garder plus d’argent sous forme numérique que sous forme physique, ne serait-ce que pour des raisons de commodité. Nous disposons toutefois du distributeur automatique de billets, l’instrument qui a le pouvoir de « transformer » l’argent numérique en billets de banque physiques.

L’argent que nous avons sur notre compte bancaire n’est cependant pas une monnaie numérique. Il ne l’est pas parce que, contrairement aux billets de banque, cet argent n’existe pas, sauf si… par la banque . L’argent sur notre compte courant est en fait la dette que la banque nous doit, tandis que les billets dans nos poches sont la dette que la Banque centrale européenne nous doit. Et c’est cette caractéristique que devront avoir les euros numériques que l’Europe prépare, s’ils voient le jour : bien qu’ils n’aient pas de forme physique, ils seront de l’argent que l’on doit à la Banque centrale européenne. n’a pas d’intermédiaire entre le citoyen qui le possède et l’autorité monétaire qui l’a mis en circulation .

Cela peut sembler technique, mais il s’agit plutôt d’une percée qui ouvre des scénarios pour une révolution copernicienne de la monnaie et du système financier. L’une des solutions présentées par la BCE dans son étude sur les euros numériques publiée en octobre 2020 est que chaque citoyen de la zone euro dispose de son propre compte auprès de la BCE, comme le font aujourd’hui les banques commerciales.

Pourquoi, à une époque où les banques ne rémunèrent pas généreusement les comptes courants, une personne préférerait-elle laisser son argent à la banque plutôt que de le transférer directement sur son compte à la BCE ? Imaginons un scénario de transfert massif de cet argent des comptes bancaires vers ces nouveaux comptes numériques en euros : pour les banques italiennes, qui sont aujourd’hui fortes de quelque 1 780 milliards d’euros de dépôts des ménages et des entreprises, ce transfert serait mortel. Et en fait, la BCE, qui est bien consciente du problème (qui n’est évidemment pas exclusif aux banques italiennes), va mettre en place un plan d’action. limite à la quantité d’euros numériques que tout le monde peut avoir. tout en prévoyant des automatismes de transfert d’argent pour permettre des paiements en euros numériques de n’importe quel montant.

L’objectif de la banque centrale est de fournir à la population un nouvel instrument adapté aux temps à venir. Les paiements numériques se développent et continueront à se développer dans les années à venir, ils pourraient bientôt dépasser les paiements en monnaie « physique ». La BCE veut favoriser la concurrence dans le monde des paiements électroniques, historiquement dominé par les entreprises américaines (Visa  e Mastercard ) et risque maintenant d’être avalé par des entreprises technologiques, également américaines, telles que Paypal  e Amazon .

L’autre risque à juguler est la diffusion de monnaies numériques privées, telles que les Apple Cash ou les bitcoins qui, sous diverses formes, sont devenus à la mode ces dernières années. Si la banque centrale perd le contrôle de la monnaie en circulation, cela entraîne des risques systémiques redoutables pour la stabilité du système financier.

En théorie, l’existence d’un canal désintermédié entre la BCE et les citoyens permettrait alors à Francfort de rendre plus fluide ce que l’on appelle la « transmission monétaire », c’est-à-dire qu’elle serait en mesure de transmettre ses choix de politique monétaire directement à la population sans avoir à attendre que les banques ajustent leurs conditions de crédit à ses décisions. La BCE pourrait ainsi augmenter les taux d’intérêt sur les comptes numériques en euros de tous les citoyens ou même délibérer d’un taux négatif pour inciter les gens à dépenser de l’argent. Mais ce n’est que de la théorie : la Commission a souligné que les comptes numériques en euros ne seront pas rémunérés .

La construction de l’euro numérique est cependant très difficile. Il y a de nombreux nœuds techniques à démêler. Celui des « comptes à la BCE » n’est qu’un des problèmes. Il y a celui des dispositifs pour manipuler cette monnaie faite de bits : les smartphones pourraient faire office de porte-monnaie, ou des cartes de paiement « signées » par la BCE pourraient être introduites. L’euro numérique devrait également pouvoir être dépensé hors ligne, sans passer par Internet, et même dans ce cas, il faudrait voir comment le rendre possible. Il y a ensuite la question de l’anonymat : l’argent physique ne porte pas le nom de son propriétaire, contrairement à l’argent électronique, et la question se pose donc de savoir si les euros numériques doivent ou non être anonymes. Et ce ne sont là que les questions les plus évidentes.

Il faudra du temps pour évaluer tous les aspects problématiques qui se posent. En résumé, nous ne disposerons pas de ces euros numériques de sitôt. En octobre, la Banque centrale européenne décidera de poursuivre ou non le projet. Selon les estimations de la Commission européenne l’introduction de l’euro numérique ne se fera pas avant 2028. .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *