dim. Avr 21st, 2024

Les Italiens se classent parmi les derniers pays d’Europe en matière de compétences numériques . C’est ce qu’a noté l’Istat dans un rapport publié précisément sur les compétences numériques, rappelant que l’objectif fixé pour 2030 est de 80% des citoyens  (utilisateurs d’Internet au cours des 3 derniers mois et âgés de 16 à 74 ans) ayant au moins des compétences numériques de base  (pour les cinq domaines identifiés par le cadre 2.0, à savoir la « maîtrise de l’information et des données », la « communication et la collaboration », la « création de contenu numérique », la « sécurité » et la « résolution de problèmes »). En 2021, cette part au niveau européen est de 53,9 %.

LE RAPPORT COMPLET 

L’écart entre les différents pays européens est assez important, avec une fourchette de variation de 51,4 points de pourcentage. En bas du classement, le rapport de l’Istat souligne, est la Roumanie avec 27,8 %, précédée par la Bulgarie (31,2 %), la Pologne (42,9 %) et l’Italie (45,7 %).  

La Finlande (79,2 %) et les Pays-Bas (78,9 %) affichent déjà en 2021 des valeurs presque conformes à l’objectif de 2030. 

Pour atteindre le même objectif, notre pays devra enregistrer une augmentation annuelle moyenne de 3,8 points de pourcentage dans les années à venir. Il s’agirait d’une augmentation assez importante dans un laps de temps limité, ce qui a été le cas jusqu’à présent pour l’indicateur sur l’utilisation régulière du réseau pendant les années de pandémie (2020-2021), où la part est passée de 76,4 % à 80,1 %.

Cette accélération a permis à l’Italie de réduire considérablement l’écart avec les autres pays européens en ce qui concerne la fracture numérique de haut niveau. Une analyse des différentes régions italiennes révèle un fort gradient entre le centre-nord et le sud, à l’exception de la Sardaigne, qui se situe à la valeur moyenne. . Alors que certaines régions comme le Latium (52,9 %), le Frioul-Vénétie Julienne (52,3 %) et la province autonome de Trente (51,7 %) auront besoin d’une augmentation annuelle moyenne d’environ 3 points de pourcentage pour atteindre l’objectif de 2030, d’autres – comme la Calabre (33,8 %), la Sicile (34 %) et la Campanie (34,2 %) – auront besoin d’une augmentation annuelle moyenne d’environ 5 points de pourcentage.

L’âge et le niveau d’études sont les principaux facteurs de discrimination

En Italie, comme dans d’autres pays européens, les compétences numériques sont caractérisées par des écarts importants liés aux caractéristiques socioculturelles de la population. En 2021, 61,7 % des personnes âgées de 20 à 24 ans vivant en Italie et ayant utilisé l’internet au cours des trois derniers mois possèdent au moins des compétences numériques de base. Cette proportion diminue rapidement avec l’âge pour atteindre 41,9 % chez les 55-59 ans et 17,7 % chez les 65-74 ans. Pour tous les groupes d’âge, même parmi les plus jeunes, les valeurs sont bien inférieures à la moyenne de l’UE27.  Chez les 16-19 ans, l’écart est de 10,5 points de pourcentage, tandis que chez les 20-24 ans, la différence atteint 11 points. Ce niveau de compétences se caractérise par une forte disparité en faveur des hommes, qui est de 5,1 points de pourcentage dans notre pays, alors qu’elle est plus faible au niveau européen (3,3 points de pourcentage). Ces inégalités sont propres aux classes d’âge les plus élevées.  Dans notre pays, jusqu’à l’âge de 44 ans, l’écart entre les sexes est nul et dans certains groupes d’âge, il s’inverse, comme entre 20 et 24 ans, où les filles ont un avantage de 9 points de pourcentage sur les garçons.

Les compétences numériques restent l’apanage des personnes hautement qualifiées . En fait, les80,3 % des personnes âgées de 25 à 54 ans ayant fait des études supérieures possèdent au moins des compétences numériques de base. une valeur presque conforme à la moyenne de l’UE27. La proportion tombe à 25 % (toujours par rapport aux personnes de la même cohorte) mais avec de faibles qualifications éducatives (jusqu’au certificat de fin d’études secondaires), ce qui représente une distance d’environ 8 points de pourcentage par rapport à la valeur moyenne de l’UE27. Des différences significatives sont également observées en ce qui concerne le statut professionnel, avec un écart de 17,8 points entre les personnes ayant un emploi et celles qui en recherchent un. Les ouvriers ont les niveaux de compétence numérique les plus bas, avec un écart de 34,8 points de pourcentage par rapport aux cadres, aux cadres moyens et aux employés (75,2% contre 36,7%).

Faibles compétences en matière de création de contenu numérique et de recherche d’informations et de données

Les écarts par rapport à la moyenne de l’UE27 sont les plus faibles dans le domaine « communication et collaboration », une dimension liée à l’interaction via Internet et à l’utilisation des médias sociaux (75,8% contre 77,5% dans l’UE27). Les écarts sont déjà significatifs pour le domaine « création de contenu numérique » (41% contre 45,2% dans l’UE27) et « résolution de problèmes » (47% contre 52,7% dans l’UE27).  

Enfin, il y a un retard évident pour la « maîtrise de l’information et des données », un domaine lié à la recherche d’informations et de données et à la capacité de juger de la pertinence de la source.  (-9,8 points de pourcentage par rapport à la moyenne de l’UE27), suivi par le domaine lié à la « culture de l’information et des données ». « sécurité », c’est-à-dire le domaine lié à la protection des appareils et des données personnelles dans les environnements numériques.  (-7,6 points par rapport à la moyenne de l’UE27).

Compétences électroniques spécialisées limitées dans les petites et moyennes entreprises

Le programme stratégique de la Commission européenne pour la transition numérique prévoit, en plus de l’objectif sur les compétences numériques des citoyens, de contrôler la part des entreprises qui offrent à leurs employés des formations sur les thèmes suivants Les technologies de l’information et de la communication (TIC).
L’enquête sur les les technologies de l’information et de la communication dans les entreprises « permet d’estimer la part des entreprises qui emploient du personnel disposant de compétences numériques spécialisées. En 2022, 13,4 % des entreprises d’au moins 10 salariés emploient des experts en TIC, 4,9 % ont essayé d’engager de tels experts ou les ont engagés au cours de l’année précédente, et 19,3 % ont organisé des cours de formation au cours de l’année précédente pour développer ou mettre à jour les compétences de leurs salariés en matière de TIC. L’emploi de spécialistes en TIC reste stable par rapport à 2020, ce qui confirme la faible utilisation de spécialistes en TIC par les entreprises italiennes par rapport à la moyenne européenne (21 %).  En particulier, l’Italie est assez éloignée de l’Allemagne (22,2 %), de la France (17,6 %) et de l’Espagne (16,3 %).
En termes de taille il existe des écarts importants entre les entreprises de 10 à 249 salariés  (PME) et les plus grandes (avec au moins 250 employés) ) à la fois pour l’adoption de spécialistes (12,2 % et 75,0 % respectivement)  à la fois pour la décision d’investir dans la formation aux TIC au cours de l’année précédente (18,4% contre 65,4%). 
D’autre part, 57,2% des PME italiennes ont déclaré utiliser exclusivement des fournisseurs externes pour la gestion des fonctions TIC (45,6 la moyenne de l’UE27), contre 14,2% des grandes entreprises (10,9% UE27).
Comme attendu, les indicateurs d’adoption de spécialistes en TIC et de formation informatique de leurs employés ne sont pas neutres par rapport aux activités économiques exercées par les entreprises : les meilleures performances sont enregistrées par les points de vente appartenant au secteur de la demande spécialisée et stratégique en TIC : les services de télécommunication (72,4% dans l’emploi de salariés et 60,4% dans l’organisation de formations) et les technologies de l’information (65,2% et 56,0%) se distinguent avant tout, suivis par la fabrication d’ordinateurs (39,5% et 32,8%) et l’édition (35,3% et 32,8%). Les services postaux, la fabrication de matériel de transport et d’équipements électriques pour l’adoption de spécialistes en TIC, et les activités professionnelles, la fabrication de coke et la fourniture d’énergie et la gestion des déchets pour la formation en TIC figurent parmi les activités concernées par l’implication d’au moins une entreprise sur quatre.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *