jeu. Juin 13th, 2024

Depuis des décennies, les contrats à durée déterminée sont la principale porte d’entrée des jeunes dans le monde du travail. Les président de l’Assosom, l’association qui représente la moitié des agences de travail temporaire, Rosario Rasizza  est convaincu que la limitation de leur application était un but en soi dans un pays comme l’Italie, historiquement aux prises avec un taux de chômage des jeunes élevé, nettement supérieur à 20 %. Le décret sur le travail du gouvernement Meloni, qui permet en fait d’allonger la durée de ces contrats de 12 à 24 mois maximum et de réduire le revenu de citoyenneté, va dans la bonne direction, selon M. Rasizza. L’objectif doit être de faire se rencontrer l’offre et la demande, avec un mécanisme plus agile qui part du territoire et non des ministères, et de pousser les nouvelles générations à s’activer. Le travail est là pour ceux qui le cherchent vraiment. Et il serait moins pauvre, c’est la thèse du président d’Assosom, qui est aussi le PDG d’Openjob, s’il était en quelque sorte filtré par des tiers, comme les agences d’intérim, car le travail au noir disparaîtrait.

Jamais auparavant il n’y a eu une telle pénurie de travailleurs saisonniers dans le tourisme et les camps, et le décret sur les flux s’est avéré insuffisant pour couvrir la demande. Nous sommes satisfaits de la nouvelle approche en matière de contrats à durée déterminée », explique Rasizza, « il était dommage de devoir remplacer des travailleurs qui étaient déjà connus de nos clients et qui étaient peut-être sur le point d’être embauchés pour une durée déterminée ». La règle du décret sur la dignité a été mal rédigée. Il y a une vision faussée : les CDD sont une chance de se faire connaître et donc d’être embauché. En moyenne, 30 % des contrats temporaires aboutissent à un emploi permanent d’autant plus en cette période de pénurie de personnel ». Selon l’Assosom, le « Decreto Dignità » a favorisé une rotation élevée qui n’a pas été appréciée même par les entreprises qui, lorsqu’elles trouvent un candidat professionnel et fiable, ne veulent pas le laisser partir. Non seulement les travailleurs contractuels, mais aussi ceux qui sont embauchés à titre permanent par des agences, devaient être mariés au bout d’un an. Il y a plus de 520 000 travailleurs intérimaires par jour. Parmi eux, il y a ceux qui sont embauchés par les agences elles-mêmes, des figures difficiles à trouver qui sont envoyées par les clients : des informaticiens et des ingénieurs, mais aussi des soudeurs et des tourneurs. Il y a aussi les très jeunes qui travaillent pour un « objectif » qui peut être de partir en vacances ou d’acheter une mobylette. Ils sont manutentionnaires, travaillent dans des supermarchés ou des restaurants avec des contrats réguliers et suivis. En vue de la saison estivale, le secteur du tourisme manque cruellement de personnel.

« L’Assosom a lancé deux provocations. La première est que le décret sur les flux a brûlé environ 80 000 demandes d’entreprises en un jour – explique Rasizza – . A ce stade, pourquoi ne pas consacrer un décret sur les flux aux agences pour l’emploi pour 25 mille travailleurs par an  pendant trois ans ? Nous pourrions ainsi garantir la traçabilité et éliminer le risque de travail non déclaré. Les établissements de bains manquent de maîtres-nageurs, les bars et les restaurants manquent de serveurs. Les gens en ont assez d’être payés au noir : et cette révolte a eu lieu pendant la pandémie ». Si tous les travailleurs saisonniers étaient embauchés par des agences de placement, ce problème n’existerait pas : ils auraient des salaires réguliers et certainement plus élevés. Dans le passé, nous avons lutté contre le « caporalato » dans les champs, poursuit M. Rasizza. Aujourd’hui, nous demandons au gouvernement de nous donner des travailleurs saisonniers à gérer. Aujourd’hui, il n’y a pas un restaurant qui n’affiche pas à l’extérieur de sa porte qu’il cherche du personnel. Mais ce personnel doit être payé et travaillé de manière équitable. Par exemple avec des contrats de six heures par jour et des week-ends alternés. Comme cela se fait en Suisse, il faut s’habituer à commencer le déjeuner avec un serveur et à le terminer avec un autre parce que l’équipe a changé ». Une opération similaire, selon M. Rasizza, devrait être menée avec les bénéficiaires du revenu de citoyenneté. Il est tout à fait normal d’aider ceux qui sont en difficulté, mais face aux salaires de misère et au travail au noir dans la restauration, les jeunes ont préféré rester chez eux et encaisser le chèque. Une position plutôt légitime selon le président de l’Assosom. Là encore, notre proposition au ministère est simple : donnez-nous la liste des bénéficiaires du revenu de citoyenneté et nous réfléchirons à leur mise au travail. Nous travaillons actuellement sur un nouveau système informatique national, mais nous avons déjà des contacts avec les entreprises, nous savons qui cherche qui, et nous disposons d’un vaste réseau de formation. Nous sommes prêts et nous pouvons devenir le bras opérationnel du ministre du travail ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *