sam. Avr 13th, 2024

« La mytiliculture soustrait 19 000 tonnes de CO2 par an » : c’est ainsi que se présentent les protagonistes de Slow Fish, avec un message très fort sur le plan environnemental. Dans l’édition 2023, ce sont les mytiliculteurs du golfe de La Spezia, éternellement en guerre contre la pollution des mers et aujourd’hui aux prises avec la prolifération des daurades, causée par le réchauffement des mers, qui occupent le devant de la scène. « Le changement climatique, si nous ne voulons pas mentir, est irréversible », a déclaré ce matin le fondateur de Slow Food, Carlin Petrini, en ouvrant l’événement. « Préparons-nous aux catastrophes », s’est-il exclamé, expliquant que les contre-mesures serviraient au moins à contenir le désastre. Il ne suffit toutefois pas de consommer du poisson « pauvre », a déclaré M. Petrini, mais il faut « relier étroitement la côte à l’arrière-pays, en régénérant les villages ». Le gouverneur de la Ligurie, Giovanni Toti, a répondu : « Nous avons mis en place des politiques pour l’arrière-pays depuis 2016, en finançant les petits commerces et en améliorant les parcs intérieurs encore plus que les côtes.

Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche Francesco Lollobrigida, s’exprimant lors de l’ouverture de l’événement, a noté qu’il est nécessaire de « combiner la durabilité environnementale avec la durabilité économique » et a critiqué l’Europe qui, ces dernières années, est allée dans la direction opposée, en payant les agriculteurs pour ne pas cultiver et les pêcheurs pour ne pas pêcher ». Mais « la prétention de réduire la production nationale et d’importer avec de longues chaînes d’approvisionnement est aujourd’hui en crise : les certitudes ont pris fin et nous sommes convaincus que s’approvisionner auprès de nations incertaines remet en question la liberté ». Le ministre a mis l’accent sur les règles « très rigides à l’égard de nos pêcheurs, réduisant les flottes, mais se désintéressant de ce que font les pays tiers : la pêche durable effectuée par des flottes de pêche soucieuses de l’environnement est limitée pour être remplacée par des flottes de pêche qui ne respectent aucune règle », a-t-il dénoncé. Pour le gouvernement, il y a un enjeu de sécurité alimentaire : il ne suffit pas de donner de la nourriture à tout le monde, il faut « donner de la bonne nourriture à tout le monde ». L’objectif est de relever les normes de qualité de l’agriculture et de la pêche dans les pays pauvres, à la fois pour des raisons de justice et pour réduire la pression des importations à bas prix. « Sur ces politiques, nous ne sommes pas isolés, nous ne nous laissons pas dicter notre conduite par les Français, mais sur la pêche, Macron dit la même chose », a souligné le ministre, attaquant le vice-président de la Commission européenne, Timmermans, comme celui qui tente de réduire toute la production nationale.

Lire aussi:  Découvrez les opportunités d'investissement et augmentez vos prévisions de bénéfices en achetant avec Air France - Le choix ultime pour un meilleur avenir!

Slow Fish, qui en est à sa onzième édition, se tient à Gênes (entre le Porto Antico et la Piazza Caricamento) jusqu’au 4 juin et célèbre le (difficile) mariage entre la mer et la terre. Titre : D’une côte à l’autre. Ce choix vise à souligner que les mers, les océans et les eaux intérieures ne sont pas des écosystèmes distincts de ceux où se déroule la vie humaine, mais que tout est interconnecté, comme le montre le changement climatique. Une complexité qui est aussi un atout, un concept jamais intériorisé par la culture et la politique italiennes, apparemment inconscientes du fait que notre pays est baigné sur trois de ses quatre côtés par des mers différentes, avec leurs propres problèmes et économies. En ce sens, les problèmes abordés à Gênes ces jours-ci sont vraiment brûlants, comme celui des déchets dans la mer, à commencer par le plastique. Car, comme l’a rappelé le maire de la ville de la Lanterne, Marco Bucci, « le cycle de l’eau passe par la mer et après quatre jours sans eau, on meurt ».

Tout le monde peut participer à Slow Fish 2023, car à l’exception des ateliers de dégustation et des dîners avec des chefs étoilés, tout est gratuit. Bien sûr, pour goûter aux stands de cuisine de rue, il faut payer. Le programme ouvert au public propose des activités éducatives (consacrées cette année aux espèces exotiques qui arrivent dans nos mers en raison du réchauffement climatique), des conférences et des forums avec des pêcheurs.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *