mar. Avr 16th, 2024

Combien d’abeilles vaut un char d’assaut ? Il y a un an, Niccolò Calandri s’est posé un instant la question. Un instant seulement : le temps de se rendre compte que cette équation ne fonctionne pas, qu’elle est diabolique. Non seulement parce qu’une abeille pollinise, donne la vie, bien différemment d’un char d’assaut. Mais aussi parce que certains produits ne peuvent pas devenir durables simplement en achetant un crédit : comme on dit dans le jargon technique de la durabilité, ils ne peuvent pas être compensés. Depuis des années, les entreprises qui veulent contribuer à la cause climatique mais ne souhaitent pas le faire directement en réduisant leur empreinte carbone peuvent acheter des crédits carbone. Il s’agit de certificats négociables, chacun équivalant à une tonne de CO2 non émise ou absorbée grâce à une participation économique à un projet de protection de l’environnement. Un exemple ? Financer la plantation d’arbres. Ces crédits sont achetés pour compenser l’émission d’une tonne d’équivalent dioxyde de carbone. Toute entreprise, quelle qu’elle soit, peut donc compenser ce qu’elle veut avec des crédits carbone : notamment un produit, un processus ou un événement.

Nous développons des projets de biodiversité pour les entreprises : nous construisons des oasis de nature ». Calandri est PDG de 3bee, une entreprise innovante qui utilise l’intelligence artificielle pour protéger les abeilles. « Dans nos oasis, nous recréons un environnement régénérateur, exempt de monocultures et riche en pollinisateurs. C’est un processus complexe, qui prend du temps ». Les particuliers ou les entreprises peuvent adopter des ruches et contribuer à la protection des abeilles. « Il y a aussi des entreprises qui veulent tout et tout de suite, qui cherchent le gadget marketing du mois et qui mettent ensuite fin au projet. Il y a un an, une entreprise produisant des réservoirs est venue nous voir. Elle avait un budget intéressant et une proposition, une idée marketing : quelque chose comme « si vous achetez tot tanks, nous sauvons tot abeilles ». Pourquoi ne pas le faire ? Vous protégez l’habitat mais vous tuez des gens…. Il est clair qu’il n’y avait là qu’un objectif spéculatif : nous avons refusé parce que tout était évident, tant les moyens que la fin ».

C’est bien de cela qu’il s’agit : confondre les moyens et la fin. Le processus de compensation des crédits a été créé pour pousser l’économie à se transformer, mais ce n’est pas la solution ni le but : ce n’est qu’un moyen. On ne peut pas compenser chaque action polluante : il faut plutôt cesser de pratiquer ces activités. On arrive donc à un paradoxe : continuer à émettre du CO2 comme avant et acheter des crédits pour compenser les gaz à effet de serre produits. Au contraire, ce sont souvent les compagnies pétrolières elles-mêmes qui organisent des projets Nbs (Nature based solutions) qui recevront des fonds du marché du crédit. En particulier dans les projets de plantation d’arbres, dont beaucoup se trouvent en Afrique. Le delta du Niger abrite l’un des plus grands écosystèmes de mangroves au monde, mais avec l’avènement de la production pétrolière, les forêts ont souffert. Des compagnies pétrolières comme Shell soutiennent la reforestation et mènent des projets financés par des crédits carbone. Mais elles n’ont pas cessé d’extraire du pétrole, ce qui est à l’origine du problème pour lequel les crédits carbone ont été créés et de la dégradation des mangroves au Niger. L’un des paradoxes du monde des compensations est qu’en ne se déplaçant pas dans un but commun, mais seulement comme une amende ou un don, il se heurte à la réalité de ce qui est vraiment nécessaire. Par exemple, la plantation d’arbres : ils sont certainement indispensables, mais nous en avons fait les grands protagonistes des projets de compensation. D’une manière souvent presque méchante, car les entreprises les plus polluantes du monde continuent de planter. En 2020, Chevron affirmait avoir planté 30 000 arbres au Canada, Gazprom plus de 60 000 arbres en Russie. Et le plus grand émetteur mondial, Saudi Aramco, prévoit de reboiser la côte du golfe Persique avec 5,3 millions de palétuviers. Mais il n’y a pas assez de terres pour compenser les émissions industrielles mondiales par des arbres : comme l’explique Oxfam, si l’ensemble du secteur de l’énergie – dont les émissions continuent d’augmenter – se fixait des objectifs proches de zéro en plantant des arbres, il faudrait une région de la taille de toute la forêt amazonienne pour compenser l’impact environnemental de l’industrie. En mars dernier, Milan a perdu 12 millions d’euros de financement européen pour la plantation d’environ 280 000 arbres d’ici à 2023. En effet, l’appel d’offres n’a pas été retenu, car il n’y a plus assez de zones dans l’ensemble de la ville métropolitaine pour créer de nouvelles forêts. Cette course à la plantation risque de nous faire perdre le sens de la transition énergétique : les arbres ne sont pas un outil compensatoire à utiliser en quantité. Ce sont des êtres vivants, comme les abeilles. « Ces dernières années, nous avons contribué à une amélioration, reprend Calandri, aujourd’hui le taux de mortalité des abeilles domestiques en Italie est presque nul, alors qu’il était de l’ordre de 30 à 40 % lorsque nous avons commencé. Nous nous concentrons maintenant sur d’autres espèces de pollinisateurs menacées : nous devons travailler à la régénération des territoires ».

Lire aussi:  Lutte contre la faim. Baisse de 13 % des prix alimentaires mondiaux d'ici à 2023

Pourtant, même ceux qui produisent du poison pour ces mêmes insectes essaient de les utiliser comme moyen de compensation. « Dans une autre situation, on nous a demandé de compenser les activités d’une grande entreprise qui produit des pesticides. Pourquoi ? Cette entreprise fabrique également des produits pour soigner les humains. Là encore, l’exclusion était facile (puisque les pesticides sont la cause principale de la disparition des abeilles), ), mais s’il avait plutôt proposé un chemin ensemble pour éradiquer les pesticides, nous l’aurions entrepris. Probablement pas : je pense que le secteur des pesticides est toujours en croissance. Quoi qu’il en soit, cette entreprise a finalement lancé son projet de compensation avec les abeilles en collaboration avec un autre opérateur qui, comme nous, prétend les protéger ». De nombreuses entreprises qui considèrent sincèrement les compensations comme un moyen d’évoluer vers un impact nul commencent à avoir des doutes. Selon une enquête menée auprès de membres de conseils d’administration de grandes entreprises cotées à la Bourse de Londres, deux tiers d’entre eux se considèrent « très préoccupés » et 35 % « assez préoccupés » par le niveau de transparence offert par certains programmes de compensation des émissions de carbone. Les principales inquiétudes portent sur le fonctionnement de ces programmes, leurs objectifs et, surtout, leurs résultats. En effet, les magnats interrogés craignent que ces investissements puissent même s’avérer contre-productifs.

Cela a-t-il un sens de compenser quoi que ce soit ? – demande le PDG de 3bee – Non, il faut simplement réduire, éliminer, éviter certains produits : je veux parler de tout ce qui crée un préjudice social. Nous nous dirigeons vers cette tendance des produits vers les consommateurs, grâce aux nouvelles générations. Mais je pense que le fabricant de réservoirs et le monde du B2B prendront plus de temps : ils ont une très grande inertie parce que leurs produits ne sont pas toujours adaptés aux besoins des consommateurs. chaîne d’approvisionnement sont cachées. Espérons que ce changement interviendra rapidement : c’est là que se trouve le cœur des émissions ». Et c’est là que réside le cœur du problème : l’industrie lourde avance à pas de panzer vers la transition énergétique. Si le marché n’y parvient pas, conclut M. Calandri, ce sera à l’UE et à chaque État d’établir les bonnes règles et d’imposer la transparence. B2B doit donc être réglementé de l’extérieur ». Par la loi, parce que le marché n’a aucun intérêt à le faire, du moins à court terme.

Lire aussi:  Accidents. Moins de morts sur les routes, mais l'objectif de l'UE s'éloigne

C’est ce qui se passe avec les nouvelles réglementations européennes, qui poussent les grandes et les petites entreprises à être vigilantes quant à l’impact environnemental de leur produit et de leur cycle de production. La compensation n’est qu’un moyen de gagner du temps tout en planifiant une réduction directe de ses propres émissions. Sinon, il s’agit simplement de de l’écoblanchiment, qui confond la fin et les moyens. Tout comme nous le faisons souvent aujourd’hui avec l’argent et ce qui nous est vraiment utile, confondant l’accumulation de biens avec la finalité. Alors qu’elle ne devrait être considérée que comme un moyen de survie.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *