dim. Avr 21st, 2024

« C’est magnifique, vraiment impressionnant. J’ai fait arrêter la voiture, mais il n’y a pas de photo qui puisse rendre compte de la grandeur de cette chose ». Dès son arrivée sur l’esplanade du silicium, Monica Iacono se laisse aller. Pour l’administrateur délégué d’Engie Italia, la toute nouvelle centrale agri-voltaïque de Mazara del Vallo est un fleuron, mais les yeux qui la regardent ne sont pas ceux de la juriste de fer qui a gravi les échelons de la direction de l’entreprise française. Ce sont les yeux résolument surpris de quelqu’un qui voit l’avenir et qui le voit se réaliser dans un pays plus connu pour ses retards que pour son soleil. C’est beau », a répété peu après la vice-ministre de l’environnement et de la sécurité énergétique, Vannia Gava, en louant cette « intégration de la nature et de l’environnement ». En effet, le défi de Contrada Carcitella est d’intégrer la production photovoltaïque à la production agricole. Laurier et romarin, vigne et avoine sont cultivés sous les panneaux : « Lorsque nous avons acheté ces terres, elles étaient en grande partie incultes et nous expérimentons avec les pépiniéristes de Zichittella les cultures à réintroduire », commente Samuel Renard, directeur des énergies renouvelables d’Engie Italia.

L’installation agri-voltaïque de Mazara del Vallo, inaugurée ce matin, est la première de cette taille en Italie. Construite en deux ans, elle a une capacité de 66 MW, plus de 120 000 panneaux photovoltaïques, (115 hectares de surface, soit l’équivalent de 161 terrains de football), et 150 ouvriers employés à la construction. Sept entreprises sont impliquées dans la construction du parc, dont plusieurs entreprises locales.

Engie, une entreprise publique française, possède deux centrales agri-voltaïques en Sicile, à Mazara del Vallo (construite) et Paternò (75 hectares, en cours de construction). Elles ont une capacité installée totale de 104 MW. Une grande partie de l’énergie produite par les centrales photovoltaïques est destinée aux activités d’Amazon Italia (avec un ppa, qui est un contrat dans lequel l’entreprise de logistique s’engage à acheter la contrepartie de l’énergie produite par la centrale, assurant ainsi sa viabilité financière) et le reste est injecté dans le réseau de Terna, contribuant aux besoins énergétiques d’environ 20 000 ménages. L’économie réalisée est de plus de 62 000 tonnes de CO2 par an, soit l’équivalent de plus de 3,1 millions d’arbres.

Amazon apprécie également beaucoup l’opération, et pas seulement parce que le ppa permet généralement d’acheter des lots d’énergie à des prix fixes : « Cela nous permet de décarboniser notre activité, de contribuer à la transition énergétique et d’avoir un impact positif sur les communautés locales », observe Giorgio Busnelli, l’un des directeurs d’Amazon Italie, qui annonce que « d’ici 2025, cent pour cent de notre consommation d’énergie sera couverte par des énergies renouvelables ».

En Sicile, Engie possède 5 centrales en activité (éolienne à Salemi/Trapani et Elimi, photovoltaïque à Lembisi et Santa Chiara et agrivoltaïque à Mazara del Vallo) pour une puissance installée d’environ 174 MW. Elle est en train de construire 68 MW supplémentaires (une centrale agrivoltaïque de 38 MW à Paternò et le parc éolien de Rampingallo de 30 MW). En Italie, cette société dispose, entre les projets existants et ceux en cours de construction, d’environ 500 MW de centrales renouvelables, pour un total de plus de 20 « parcs ». L’objectif est d’atteindre 2 GW de puissance installée d’ici 2030. « Les multinationales sont nos partenaires technologiques pour réaliser l’Agenda 2030 », explique le maire Salvatore Quinci, qui se bat pour éviter que de nouveaux parcs éoliens offshore ne fassent disparaître la tradition de la pêche dans le canal de Sicile.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *