jeu. Juin 13th, 2024

Ministre irlandais de la santé Stephen Donnelly  a promulgué le règlement imposant l’étiquetage de l’alcool avec des avertissements relatifs à la santé. . Premier exemple en Europe, la loi exige que les étiquettes d’alcool indiquent la teneur en calories et en grammes d’alcool et contiennent des avertissements sur le risque de consommation pendant la grossesse et les risques de maladie du foie et de cancer mortel. La loi s’appliquera après une période de transition de trois ans, à partir du 22 mai 2026.  Je suis heureux que nous soyons le premier pays au monde à prendre cette mesure et à introduire un étiquetage sanitaire complet des produits alcoolisés », a déclaré M. Donnelly, « J’espère que d’autres pays suivront notre exemple.

L’étiquetage irlandais de l’alcool a suscité des critiques de la part de plusieurs États et producteurs de boissons alcoolisées, qui y voient une entrave « injustifiée et disproportionnée » au commerce. La Commission européenne a donné son feu vert par consentement tacite. L’étiquetage est contesté par 13 États membres de l’UE, dont l’Italie, la France et l’Espagne,  et par un nombre croissant de partenaires internationaux tels que Cuba, les États-Unis, le Canada, le Chili, l’Australie et le Royaume-Uni. Les critiques portent sur le manque de nuance des messages tels que « la consommation d’alcool provoque des maladies du foie », la communication de la teneur en alcool en grammes au lieu de la norme internationale relative au volume d’alcool, l’indication des calories par contenant au lieu de 100 ml. Autant de « barrières techniques au commerce » que l’Irlande n’a pas dûment justifiées, accuse-t-on. La question sera abordée à l’OMC le 21 juin.  Les appels des producteurs de l’UE visent à empêcher toute fuite au niveau national avant que la Commission, comme annoncé dans le Plan Cancer, ne lance le débat sur « un cadre réglementaire harmonisé et scientifiquement approprié » sur l’étiquetage de l’alcool.

Il y a quinze jours, des associations européennes et nationales de producteurs de vin, de bière et de spiritueux ont déposé des plaintes officielles auprès de la Commission européenne afin d’ouvrir une procédure d’infraction contre l’Irlande. Le Comité européen des entreprises vinicoles (Ceev), Brewers of Europe et Spirits Europe ont déposé trois plaintes. Federvini et Confagricoltura se sont joints à ces initiatives, tandis que l’Union italienne du vin a annoncé qu’elle « soutenait l’initiative du Ceev » et que d’autres actions pourraient être entreprises dans les jours à venir. Les associations de producteurs d’alcool ne contestent pas les motifs de santé publique du gouvernement de Dublin, mais plutôt l’étiquette elle-même, qui est « injustifiée et disproportionnée ». Pour lutter contre l’abus d’alcool, « il existe clairement d’autres options appropriées et moins restrictives » que celle choisie par l’Irlande, commente Ulrich Adam, directeur de Spirits Europe.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *