lun. Mai 20th, 2024

Le tourisme est le moteur de l’emploi à l’approche de la saison estivale, qui s’annonce particulièrement bonne. En mars et avril  l’emploi salarié a continué de « croître à un rythme soutenu » et plus élevé qu’en 2022 : au cours de ces deux mois, plus de 100 mille emplois nets de licenciements. Près d’un sur quatre, soit un peu moins de 40 000, se trouve dans le secteur de l’hôtellerie et de la restauration. Depuis le début de l’année, plus de 200 000 emplois ont été créés en quatre mois, soit environ la moitié du nombre total d’emplois créés l’année précédente. La demande a de nouveau été tirée par les services, en particulier le tourisme. Ce sont les principales données de la note « Le marché du travail : données et analyses » du ministère du Travail, de la Banque d’Italie et de l’Anpal.  Dans l’industrie au sens strict et dans la construction, l’emploi a continué à progresser à des rythmes en ligne avec ceux des deux mois précédents. La reprise dans les secteurs manufacturiers à plus forte intensité énergétique, qui ont bénéficié de la baisse des prix de l’énergie, s’est poursuivie. En mars et avril, la majorité des emplois ont été créés, environ 70%, étaient permanents.  

Parallèlement à la forte expansion de l’emploi, la réduction progressive du taux de licenciement, amorcée à la mi-2022, s’est poursuivie ; les démissions, principalement dues à des transitions d’un emploi à l’autre, restent à des niveaux plus élevés qu’avant la crise sanitaire.

Au cours des deux derniers mois le recours au travail à durée déterminée s’est toutefois renforcé, son solde ayant plus que doublé par rapport aux deux mois précédents (environ 35 000 postes contre 15 000).  Cette reprise a été influencée par la forte croissance du secteur du tourisme, où les relations de travail de courte durée sont plus répandues, mais aussi par la plus grande propension des entreprises à activer de nouveaux postes à durée déterminée, après que nombre de ceux qui existaient ont été transformés en postes à durée indéterminée en 2022. La contribution des apprentis a été pratiquement nulle.

« Net de propagande, la question du travail précaire et du travail pauvre concerne ce pays, en particulier le sud de l’Italie, et c’est la raison pour laquelle nous nous déplaçons dans tout le pays pour faire des mobilisations », a déclaré le ministre de l’emploi et des affaires sociales de l’Union européenne (UE). le secrétaire général de l’Uil , Pierpaolo Bombardieri en marge de la présentation de la fresque de la légalité offerte par Uil Puglia à la ville de Bari. Dans ce pays, a-t-il ajouté, quoi que disent le ministre du travail et le premier ministre, il y a un problème de précarité ». Bombardieri se souvient d’avoir amené « à la première réunion avec le Premier ministre Meloni une jeune fille qui avait eu vingt contrats à durée déterminée en sept ans ». Une condition, celle de la précarité, qui pose également des problèmes en matière de sécurité au travail, puisqu’une étude de l’Inail (Institut national italien d’assurance accident) a montré que la grande majorité des accidents impliquent de jeunes travailleurs précaires.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *