ven. Mai 17th, 2024

L’Italie « s’améliore » en matière d’égalité entre les hommes et les femmes, mais « il reste beaucoup à faire pour que les principes soient efficaces et étendus à de nombreux secteurs et sphères. Nous devons examiner les éléments négatifs sur lesquels nous devons travailler, à commencer par les inégalités sur le marché du travail et l’emploi des femmes », sur lesquels « il y a beaucoup à faire par rapport à l’objectif de l’égalité des sexes ». stratégie de Lisbonne qui le fixe à 60 %. Si nous l’avions mis en œuvre aujourd’hui, il aurait conduit à une augmentation de 7 % du PIB ». . C’est ce qu’a souligné le ministre du travail Marina Calderone . Parmi les données, Calderone souligne que l’indice d’égalité des sexes 2022 compilé par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (ESA) est le plus élevé de tous les pays de l’UE.Eige l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes, « nous dit que l’Italie s’améliore même si elle a un quotient de 65 sur 100, trois points en dessous de la moyenne de l’UE ». L’égalité entre les hommes et les femmes, poursuit-il, « ne doit pas seulement être déclinée en termes juridiques, mais aussi en termes de valeur et de durabilité des actions. C’est un pilier de la durabilité sociale et même au sein du PNR, c’est un objectif, un fil conducteur pour de nombreuses actions et interventions. Un objectif auquel les entreprises se conforment également et auquel les investisseurs s’intéressent ». Nous devons « garantir l’égalité des conditions de travail et des chances, assurer l’indépendance économique des femmes et permettre à tous les membres de la famille de se réconcilier », poursuit la ministre, qui souligne que le pays « s’est doté d’outils tels que la certification et – rappelle-t-elle – les lignes directrices sur l’égalité des sexes dans le secteur public signées par l’honorable Bonetti et la ministre Brunetta de l’époque ». L’Italie est pleine de bonnes pratiques et de bonne volonté, il nous appartient maintenant de les traduire en actions concrètes et surtout de considérer que faire en sorte que les femmes puissent exprimer leurs talents est une nécessité et une valeur ». Malheureusement, la discrimination à l’égard des femmes à la recherche d’un emploi persiste. Selon laObservatoire du Jobiri,  la confusion, la solitude et la résignation sont les principaux émotions qui interfèrent négativement sur la motivation et la concentration des candidats : 71% des candidats ressentent un fort sentiment de confusion ; 69% éprouvent de la solitude ; 45% des femmes se sentent résignées. Outre les blocages émotionnels, les difficultés sont évidentes en ce qui concerne la construction d’un cv efficace, l’élaboration d’un plan d’action et la mise en place d’un plan d’action. déficit de compétences et la capacité à se présenter efficacement à un recruteur : 83% des candidates en congé de maternité n’ont pas eu recours à la formation ; 39% des personnes interrogées ne possèdent pas les compétences requises pour un poste à responsabilités. soft skills requises dans l’annonce ; 86% ne mentionnent pas de mots clés dans leur CV. En Italie, trop de candidates ne sont toujours pas prêtes, techniquement et psychologiquement, à soutenir adéquatement un entretien d’embauche, à toutes les phases du processus : lors de l’entretien préalable, 83% des candidates ne recueillent pas d’informations sur le recruteur ; pendant l’entretien, 55% ne montrent pas d’enthousiasme pour l’entreprise ou le poste ; lors de l’entretien postérieur, 92% des personnes interrogées n’envoient pas de courriers de remerciement aux recruteurs. Ce tableau est d’autant plus alarmant que les femmes continuent de subir des discriminations à tous les stades de la recherche d’emploi : au stade de la candidature, 71 % des candidates ont été confrontées à des annonces discriminatoires ; au stade de l’entretien, 56 % des interviewées ont été interrogées sur leur statut marital ; au stade du contrat, 68 % se sont vu proposer un salaire inférieur à celui de leurs collègues. Enfin, la vie professionnelle des femmes est affectée par le manque de soutien adéquat de la part des services de l’emploi offerts par les écoles, les organismes de formation, les universités, les centres pour l’emploi et les agences pour l’emploi : 98 % des candidates signalent l’insuffisance des logiciels ; 97 % des personnes interrogées se plaignent de l’insuffisance des bases de données contenant des offres. « Cet Observatoire a été créé dans le but d’identifier les obstacles et les barrières auxquels les femmes sont malheureusement encore confrontées aujourd’hui dans leur recherche d’emploi et leur progression de carrière », déclare la Commission européenne. Claudio Sponchioni,  PDG et cofondateur du Jobiri – Nous soutenons tous les candidats, mais pour garantir une réduction drastique de ces phénomènes, il est nécessaire d’impliquer les institutions, les organisations et les individus dans la lutte contre la discrimination fondée sur le sexe et la promotion d’une culture du travail saine ».

Bonnes pratiques certifiées dans 264 entreprises 

« Le ministère s’est également engagé dans le programme du PNR sur la certification des entreprises en matière d’égalité des sexes. Toutes les étapes ont été franchies dans les délais prévus. Accredia l’organisme d’accréditation italien, a déjà certifié 23 organismes d’évaluation, qui ont à leur tour certifié 264 entreprises. C’est un bon chiffre, si l’on considère qu’il n’existe que depuis quelques mois ». C’est ce qu’a déclaré le ministre de la famille, de la naissance et de l’égalité des chances Eugenia Roccella . « Pour promouvoir la certification des seules petites et moyennes entreprises, a précisé Mme Roccella, deux millions et demi d’euros ont été alloués aux activités d’accompagnement et cinq millions et demi pour couvrir les coûts de certification. En 2023, en collaboration avec Unioncamere, la promotion et la diffusion du système de certification seront poursuivies ». Mme Roccella a ensuite souligné que « le nouveau code des marchés publics prévoit une prime pour les entreprises qui respectent l’égalité entre les hommes et les femmes, appelée « timbre rose » », qui a même été renforcée. Dans la mesure de réorganisation du système d’incitations pour les entreprises, « la valorisation de la contribution des femmes à la croissance économique et sociale de la nation a été introduite comme l’un des principes généraux, et les critères pour l’élaboration d’un code d’incitations comprennent la reconnaissance d’une prime pour les entreprises qui valorisent la quantité et la qualité du travail des femmes, ainsi que le soutien à la natalité ». La clé de voûte de l’égalité réelle, qui est aussi la clé de voûte du redressement démographique, réside dans la capacité de construire une organisation du travail qui ne pénalise pas la maternité, a affirmé M. Roccella, qui ne la considère pas comme un temps de travail inférieur, une interruption préjudiciable presque au même titre qu’une maladie, mais qui respecte pleinement le libre choix de celles qui veulent devenir mères, sans les obliger à s’adapter à un modèle de travail conçu par les hommes ». Mon ministère, a-t-il poursuivi, est certainement engagé sur ce front. C’est une question de justice sociale et aussi un investissement dans l’avenir de la société. Tant que les femmes se sentiront contraintes de choisir entre leur épanouissement personnel et la satisfaction de leur désir de maternité (qui, selon les données de l’Istat, est intact au fil du temps), nous ne pourrons pas espérer une reprise du taux de natalité ». « Nous avons déjà fait de premières interventions dans la loi de finances, depuis l’amélioration du congé parental – un premier signal que nous avons l’intention de suivre avec d’autres au fur et à mesure que les ressources se libèrent – jusqu’à la décontribution pour l’embauche de femmes et de jeunes. Afin de promouvoir une culture d’entreprise, et en général une culture socio-économique favorable à l’égalité des sexes, nous avons également mis en place un Code d’autodiscipline pour les entreprises sur lequel nous entamons un débat avec les partenaires sociaux et les organisations professionnelles. Ce code s’articule autour de trois points : la continuité de la carrière des mères, les initiatives de prévention et de prise en charge des besoins de santé, et l’adaptation du temps et des méthodes de travail ». « Encore 85 % de la démission des femmes sur le marché du travail est liée à la maternité, est post-maternité.  Les entreprises peuvent jouer un rôle décisif, à la fois en créant un environnement accueillant et en instaurant un véritable bien-être de proximité et une harmonisation entre vie professionnelle et vie privée », a souligné Mme Roccella.

De la formation Stem aux carrières chez Wow 

Lancement de l’initiative Projet Next-Genle projet éducatif réalisé par Codemotion  et par Cuillères à plier . Le projet a été créé pour combler le fossé entre les hommes et les femmes dans les disciplines scientifiques (sciences, technologie, ingénierie, mathématiques) et vise à 200 étudiantes de l’enseignement secondaire . La plateforme de développement et l’entreprise technologique internationale de Milan expliquent que Projet Next-Gen L’objectif du projet est de fournir aux étudiants les compétences nécessaires en matière de codage et d’intelligence artificielle pour réaliser des projets logiciels originaux et des solutions sur le thème du changement climatique. Le projet Next-Gen implique déjà plusieurs écoles à Milan, Turin, Rome et Catane. Au cours du projet, les élèves de ces établissements auront l’occasion d’apprendre le langage de programmation Javascript, avec lequel ils s’interfaceront pour créer des prototypes interactifs de services innovants, des projets de visualisation de données, des logiciels et de l’art génératif. Un autre objectif sera l’exploration du potentiel le plus récent du codage et de l’apprentissage automatique, comme les assistants virtuels, les générateurs d’images ou l’art de l’IA. Enfin, les étudiants seront invités à appliquer les notions qu’ils ont apprises, grâce à une utilisation créative et consciente de la technologie, au thème du changement climatique et à élaborer des solutions possibles basées sur les enseignements du cours. En outre Bière Peroni en coopération avec l’organisme de formation à but non lucratif Elis , lancé STEMtoBEer,  Programme des professions de la tige e destiné aux étudiants des classes IV et V des instituts techniques, avec un accent sur les études agricoles, la chimie, les matériaux et la biotechnologie, la mécanique et la mécatronique.. Le programme, qui a débuté en six à Bari, Rome et Padoue les trois villes où se trouvent les usines de production de l’entreprise, impliqueront, au cours de cette première année, la mise en place d’un programme de formation à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication. plus de 250 filles et garçons  avec le double objectif d’orienter et de dépasser les stéréotypes de genre encore très présents dans ces professions. STEMtoBEer sera développé sur plusieurs moments au cours desquels les élèves auront l’occasion de de découvrir de près les différentes professions de l’hôpital Stem  à l’intérieur de la brasserie, écouter les histoires de femmes de la bière Peroni  qui se sont lancées dans une carrière à Stem et ont finalement participé à une série d’émissions de télévision. entretiens de sélection . Mais ce n’est pas tout : pour soutenir le projet, l’entreprise assure six  stage pour étudiantes  dans le but de contribuer concrètement à l’accroissement de la diversité des genres dans les professions techniques et scientifiques. Dans le cadre de Grenke  – société spécialisée dans la location opérationnelle de biens d’équipement et de technologies pour les entreprises – 62% de la population sont des femmes,  dont 40 % à la direction et 33,3 % au comité de direction. Par ailleurs, l’audit réalisé dans le cadre de la certification de l’Institut Winning Women sur l’égalité des genres a montré qu’il n’y a pas d’écart de rémunération entre les femmes et les hommes à responsabilités et fonctions égales. L’objectif est de soutenir la parentalité et de faciliter la conciliation de la vie familiale et du travail des femmes, conformément aux objectifs de soutien à la parentalité et de lutte contre la dénatalité. Dans cette optique, non seulement les mères qui travaillent ont été impliquées, mais aussi les pères, afin de soutenir et de promouvoir la diffusion d’une culture d’égale coresponsabilité dans l’éducation et la prise en charge des enfants et des soins en général. Pour accompagner les mères dans l’intégration de tous leurs rôles dans la vie, le programme de Lifeed  – entreprise de technologie de l’éducation active dans le domaine de l’apprentissage basé sur la vie. Grâce à une méthode spéciale de formation en entreprise, ils sont des outils permettant de transformer les événements de la vie des gens en compétences non techniques.  La formation accompagne la personne tout au long de la période, en renforçant les compétences parentales en tant que ressources fondamentales pour son propre développement professionnel. Tout en W ürth Italie , un distributeur d’éléments de fixation et de montage, organise la conférence de l Atelier sur l’autonomisation des femmes Wow : Les femmes de Würth , programmé Jeudi 20 avril  de 8 heures à 12 heures 30 à l’Institut d’Etudes et de Recherches de l’Union européenneHôtel NH Napoli Panorama (Via Medina, 70, Naples). L’atelier vise à améliorer l’acquisition de talents de la région de Campanie  et vise à aux étudiants universitaires, aux jeunes diplômés et aux (nouveaux) jeunes quittant l’école  souhaitant rencontrer des femmes professionnelles pour un enrichissement mutuel qui facilite la mise en réseau et la prise de conscience de ses propres compétences et aptitudes qui peuvent faire la différence sur le marché du travail d’aujourd’hui. Au cours de l’atelier, les participants auront l’occasion d’écouter les témoignages de femmes professionnelles de la zone de vente de Würth Italia et de femmes entrepreneurs de la Campanie ; une partie de la journée sera consacrée à l’orientation professionnelle grâce à la contribution d’un expert en gestion d’entreprise. invitée spéciale : l’influenceuse Fabiana Andreani qui, avec plus de 270 000 followers sur la plateforme numérique TikTok est devenu l’outil de communication le plus utilisé au monde. « tante » de l’orientation et du travail  la plus sociale d’Italie. Pour plus d’informations et pour s’inscrire à l’atelier : https://www.wuerth.it/lavoraconnoi/wow-women-of-wurth/ .

La nouvelle législation de l’Union européenne 

La fin du secret des rémunérations et le déplacement de la charge de la preuve de l’employé vers l’employeur : tels sont les deux instruments clés de la nouvelle législation contre l’écart de rémunération avec laquelle l’Euro-Chambre veut mettre fin à l’une des formes les plus courantes de discrimination fondée sur le sexe sur le lieu de travail. Selon une étude du Parlement européen, les femmes en Europe gagnent toujours 13 % de moins que les hommes, un chiffre qui tombe à 4 % en Italie.  C’est précisément pour combler ce fossé que les députés européens ont approuvé, dans une résolution, des règles claires et contraignantes pour les 27 Etats membres de l’UE. Le oui de la mini-plénière de Bruxelles a été obtenu à une large majorité : 427 pour, 79 contre et 76 abstentions. Grâce à ces nouvelles règles, « l’époque où les gens étaient moins bien payés pour ce qu’ils étaient » est révolue, c’est « un pas de géant vers l’égalité, en particulier pour les femmes », a applaudi le président du Parlement européen. Roberta Metsola . « Un travail équitable mérite un salaire équitable. Les femmes doivent savoir si leurs employeurs les traitent équitablement », a souligné le président de la Commission européenne Ursula von der Leyen.  Avec ces nouvelles règles, qui doivent maintenant être ratifiées par le Conseil de l’UE, les clauses contractuelles empêchant les travailleurs de divulguer leur salaire ou de demander des informations sur le salaire d’autres catégories de travailleurs ne seront plus autorisées. En fait, les règles sont particulièrement claires sur la question de la transparence : les représentants des travailleurs auront le droit de recevoir des informations claires et complètes sur les niveaux de salaires individuels et moyens, ventilés par sexe. De nouvelles règles s’appliquent également aux avis de vacance, qui devront afficher des titres de postes non sexistes. .

Des milliers d’offres d’emploi 

L’agence pour l’emploi Etjca,  toujours active dans la recherche et la sélection de personnel spécialisé à insérer dans divers domaines spécifiques, propose au cours du mois d’avril plus de 1.800  postes de travail  dans tout le pays. In Lombardie  signale les positions comme technicien supérieur en conception, laminateur/finisseur, chargement et déchargement des bagagistes  à l’aéroport de Milan Malpensa et un recruteur permanent junior.  En Piémont  nous recherchons conseillers commerciaux juniors et seniors  consultants multi-firmes, deux monteurs électromécaniques  qui sont responsables de l’assemblage des composants mécaniques, des moteurs à vide, de la connaissance du câblage des tableaux de distribution, des essais de produits, et d’une personne qui est responsable de l’assemblage des moteurs à vide. assistant au chevet du patient.  En Vénétie  vous sélectionnez un commis comptable , magasiniers  e travailleurs de l’assemblage . Dans le cadre de Ligurie  nous recherchons un(e) agent de sécurité non armé ,  a boucher  et un technicien en gestion des commandes et des achats.  En Émilie-Romagne sont nécessaires un employé administratif de la comptabilité, un ouvrier d’entrepôt e un cuisinier.  In Ombrie où plusieurs étagères, tourneurs-fraiseurs  e métallurgistes.  Dans Latium  il existe des opportunités telles que électricien industriel  e aide-électricien.  Dans Toscane  prendre sur un monteur en mécanique,  un saisie de données de production junior  et un mécanicien de véhicules industriels.  Toujours en Toscane,  l’antenne de Santa Croce sull’Arno recherche des ressources pour cours de formation gratuit sur la transformation du cuir en vue d’un placement dans l’entreprise. En Sardaigne  nous recherchons des employés de bureau pour la location de voitures  à l’aéroport d’Olbia  et un analyste de crédit.  En Sicile  nous recherchons un(e) un géomètre, un chef de chantier, un électricien, un plombier  e un ouvrier d’entretien général.  En Pouilles  nous recherchons un découpeur, des ouvriers qualifiés en électricité un responsable d’entrepôt.  Les candidats potentiels peuvent consulter la base de données des offres d’emploi  ou envoyez une candidature spontanée via .www.etjca.it . Adecco,  société spécialisée du groupe Adecco dans le développement et la valorisation du capital humain, sélectionne plus de 200 personnalités professionnelles  pour une entreprise du secteur des services aéroportuaires qui seront employées dans la région de Rome, à l’aéroport de Fiumicino, en tant que chargeurs/déchargeurs de bagages et agents d’accueil à partir du début du mois de juin. Les chiffres recherchés sont notamment les suivants :

  • 150 manutentionnaires chargés du chargement/déchargement des bagages (temps partiel 5 heures par roulement) 
  • 70 employés de l’aéroport (temps partiel par roulement de 6 heures) 

Les ressources sélectionnées participeront à un stage de formation d’une durée maximale de trois semaines, préparatoire à leur insertion dans l’entreprise. A l’issue de la formation, les candidats se verront proposer un contrat direct avec l’entreprise d’une durée de 3/6 mois, à temps partiel et par roulement. Les candidats qui aspirent au poste de bagagiste/chargeur doivent être titulaires d’un diplôme et d’un permis de conduire B, être disposés à travailler en équipe, avoir le sens du travail en équipe et faire preuve de fiabilité et de précision. La possibilité d’une expérience ultérieure dans des aéroports à l’étranger est envisagée. Les employés des aéroports doivent être titulaires d’un diplôme ou d’une licence, avoir une bonne connaissance de l’anglais, être disposés à travailler en équipe, avoir le sens du travail en équipe, de la fiabilité et de la précision. Plus d’informations sur les liens suivants :

Egalement le Groupe Chiesi  est constamment à la recherche de nouveaux profils professionnels à placer dans les différentes fonctions de l’entreprise en fonction de l’expérience et des domaines d’expertise. Les recherches de personnel varient, l’entreprise recherchant à la fois des jeunes diplômés, pour des opportunités de stage, ainsi que des profils professionnels de différentes anciennetés.  Le processus de sélection est global et commun à l’ensemble du groupe. Les postes individuels sont ensuite gérés par le pays où l’opportunité professionnelle s’ouvre. Le premier contact a lieu entre le candidat et le recruteur/responsable RH de référence, suivi d’un entretien avec le futur responsable direct et, dans certains cas, avec le responsable de fonction. Pour certains profils, en fonction de besoins spécifiques, un parcours d’évaluation est également envisagé. Différents types de contrats sont proposés : des stages aux contrats à durée déterminée et indéterminée. Des opportunités sont offertes aux jeunes diplômés, qui se voient proposer des stages rémunérés d’une durée minimale de six mois, qui se transforment souvent en emplois permanents. Il existe un parcours structuré pour tous les nouveaux embauchés, qui comprend des moments d’accompagnement plus informels avec leur superviseur direct et leurs collègues, jusqu’à des cours de formation plus formels conçus pour accompagner l’introduction des nouveaux embauchés et les initier à la culture et aux valeurs de l’entreprise. Les candidats peuvent envoyer leur CV à : https://careers.chiesi.com  ou le profil Linkedin du groupe Chiesi.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *