lun. Mai 20th, 2024

L’Italie a besoin de compétences et de professionnalisme capables de conduire un processus de croissance durable, en termes environnementaux, économiques et sociaux. La transition énergétique doit également représenter une « révolution » sociale, culturelle et commerciale, et le capital humain est appelé à jouer un rôle fondamental dans cette révolution. La transition écologique prévoit l’élimination des emplois polluants nécessitant le développement de nouvelles compétences et en même temps la revalorisation et la reconversion dans une clé durable de tous les autres, favorisant ainsi la création de nouveaux emplois. Globalement, le bilan sera positif, avec six millions d’emplois perdus d’ici 2030 et 24 millions d’emplois créés. Dans notre pays, on estime que les entreprises et les administrations publiques auront besoin de 2,2 à 2,4 millions de travailleurs ayant des exigences numériques et « vertes » d’ici 2025. . Cependant, les mmanque de compétences. C’est l’une des phrases les plus récurrentes que l’on rencontre lorsqu’on s’adresse au thème de travail et le formation. Cette fois-ci pour déclencher l’alarme est une étude réalisée par le Commission européenne : le  77% des entreprises  déclarent en fait qu’elles ont de grandes difficultés à recruter des candidats ayant les compétences appropriées.  A problème à traiter non seulement à phase d’entrée dans le monde de travail, mais aussi et surtout au cours de la vie professionnelle. Dans un contexte économique e technologie continu évolutiondevient essentiel de se tenir à jour de se tenir continuellement à jour. C’est à partir de ces hypothèses que le Commission a déclaré 2023 Année européenne des compétences avec l’objectif par promouvoir la tendance à recyclage et mise à jour des connaissances, principalement en ce qui concerne les PMEqui constituent 99% des entreprises continentales. A pratique peu commun dans le contexte européen, en effet selon a recherche Eurostat  seuls 37% des adultes suivent habituellement des cours de formation. Les Commission souhaite encourager l’apprentissage tout au long de la vie en établissant l’objectif de 60% des adultes qui devraient participer à des activités de formation chaque année. Haut de page au thèmes inhérents à la transformation numérique et la transition environnementale. « Le thème de la transition énergétique et des compétences nécessaires est plus que jamais au centre du débat public et institutionnel et doit être abordé en apportant des solutions non pas d’urgence mais structurelles et, surtout, avec une approche pluridisciplinaire’, explique Stefano Cuzzilla , président de Federmanager -.  Le marché du travail aura de plus en plus besoin de compétences professionnelles émergentes, tandis que la demande de compétences managériales expérimentées en matière de durabilité augmente de 5 % chaque année ». Une étude récente d’ANPAL confirme que dans le cadre de la demande de compétences liées à « https://www.avvenire.it/economia/pagine/economia « green » » d’ici 2021, pas moins de 77% des nouvelles embauches de cadres sont liées à des emplois « verts » et 78% des contrats prévus par les entreprises italiennes visent à embaucher de telles compétences.

Voici les compétences les plus demandées 

Parmi les compétences les plus demandéesselon une étude menée par Espresso Communication   sur les sources internationales, nous trouvons analyse des données, développement de logiciels e langages de programmation. Et aussi saper le travail en équipe et la communication, une excellente rédaction, la maîtrise des médias sociaux et des nouvelles technologies. Telles sont, en résumé, les indications également fournies par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (ESA). Statistiques  à travail  de trois premiers mois  de 2023  élaboré par Centre de carrière  de Jcu-John Cabot University  à Rome. Plus précisément, les données concernent à la fois les étudiants en licence, les jeunes diplômés et les jeunes titulaires d’un master. La tranche d’âge est comprise entre 20  et le 25 ans . Au cours des trois premiers mois de l’année 2023, près de la moitié des jeunes ont obtenu un emploi dans le secteur de la santé. Numérique  e Innovation . Il s’agit de la 44%  et représente la plus grande part du gâteau de l’emploi, confirmant à la hausse le chiffre final de 2022 (43%). Il est suivi par Activisme  e Recherche , 23% ; Formation , Écriture  e Traduction , 17% ; Finances  e Comptabilité , 11% . En 2019 également, c’est-à-dire en période ante Covid , le principal domaine d’emploi était Numérique et innovation mais avec 24,9% . Il s’ensuit que les possibilités d’emploi dans ce secteur ont augmenté régulièrement au cours des quatre dernières années, bien plus que dans d’autres domaines. Nous en arrivons à la compétences  les plus demandées par les entreprises, les institutions, les entités publiques et privées. Elles sont différenciées en techniques  (hard) et en transversal  o soft /comportemental  (doux). Les compétences techniques  les plus demandées  concernent le mastering, dans l’ordre : i médias sociaux , le nouvelles technologies , i logiciel  par analyse des données  (R, Python, Stata), i logiciel  par vidéo  e édition de photos , le Plateformes Crm  (Gestion de la relation client). Les compétences non techniques les plus recherchées  est le savoir travailler en équipe  (travail en équipe). Et possèdent ensuite, dans l’ordre : d’excellentes capacités rédactionnelles , compétences en communication  e relationnel , aptitude  à résolution de problèmes , proactivité . Les Centre de carrière  de Jcu  organise trois salons de l’emploi  (ou salons de l’emploi) leannée  et ce n’est pas fini 756  entreprises partenaires  (étaient 650  avant Covid), nationales et internationales. Au cours de ces rendez-vous, les jeunes rencontrent directement les responsables de l’embauche des entreprises, et peuvent même avoir plusieurs entretiens le même jour. A trois premiers mois de 2023 , l’87,7% des jeunes  (donc neuf sur dix ) ont obtenu un emploi au cours de la Salon de l’emploi ou à l’issue d’un entretien faisant suite à une candidature envoyée par le Centre de carrière . Avant Covid, le pourcentage était de 76 %, ce qui indique une nette tendance à la hausse. « Considérant que l’intelligence artificielle est en plein essor, prenant le pas sur les métiers exercés par les humains, même et surtout sur les métiers créatifs comme le traitement de texte, » souligne Antonella Salvatore maître de conférences en marketing et directrice de l’institut de recherche Centre de carrière de Jcu – Il ressort de ces données que les compétences relationnelles de base restent pour les jeunes, la capacité d’écrire très bien en italien (la connaissance de l’anglais est considérée comme allant de soi), la capacité de trouver des solutions plutôt que de ruminer des problèmes. En même temps, il est important de pouvoir maîtriser toutes les nouveautés que la technologie apporte jour après jour. Il faut savoir que les métiers changent tout le temps et de plus en plus vite. Il est donc essentiel que les étudiants apprennent à s’adapter au changement. Par conséquent, l’université doit s’engager de plus en plus dans l’enseignement de l’informatique. compétences non techniques et la pensée critique ».

La situation en Italie 

Les Rapport Censis-Ugl Le travail est-il trop ou pas assez ? Redonner de la valeur et de la dignité au travail pour dépasser les contradictions et les paradoxes.  souligne que l’inadéquation entre l’offre et la demande de travail génère chômage, précarité, pauvreté et emplois non pourvus, pénalisant notamment les jeunes qui choisissent de plus en plus de partir à l’étranger. Dans le même temps, les entreprises disent avoir des difficultés à répondre à leurs besoins en matière d’emploi. L’objectif prioritaire de notre pays doit donc être de maintenir la main-d’œuvre en Italie et de faire coïncider l’offre et la demande. Le Le taux de chômage des jeunes de 15 à 34 ans est de 14,4 %. tandis que celui des jeunes au sens strict (15-24 ans) est de 23,7 %, contre un taux moyen de 8,1 %. 39,3 % des jeunes travaillent, plus de 2 millions en valeur absolue, détiennent ce que l’on appelle un emploi. non standard parce qu’ils sont à durée déterminée et/ou à temps partiel et ne garantissent pas la rémunération et la stabilité nécessaires pour avoir un niveau de vie adéquat  et surtout pour faire des projets d’avenir. L’suréducationc’est-à-dire la l’inadéquation entre le niveau d’études atteint et la profession exercée En Italie, l’inadéquation entre le niveau d’études et la profession exercée touche un travailleur sur quatre et est inversement proportionnelle à l’âge possédé : elle est de 37,5%  chez les 25-34 ans et 44,3%  chez les moins de 25 ans. 93,5 % des Italiens sont convaincus que les salaires sont trop bas. L’Italie est le seul pays de l’OCDE à avoir connu une réduction des salaires en termes réels de 2,9 % au cours des 30 dernières années. Au cours des dix dernières années, plus d’un million d’Italiens ont déménagé à l’étranger. un sur quatre était diplômé de l’université et un sur trois avait entre 25 et 34 ans. Le phénomène n’est pas près de s’arrêter : 47,3% des Italiens déclarent qu’ils quitteraient l’Italie s’ils en avaient la possibilité, avec des pourcentages atteignant 60,6% chez les plus jeunes.  68,1% de la population pense que l’Italie n’est pas un pays pour les jeunes et 88,5%  est convaincu que le travail à l’étranger est mieux rémunéré et que les compétences sont mieux valorisées. Mais  alors que les jeunes diminuent, il y a 14,895 millions de retraités et en 2040 il y en aura plus de 17 millions, soit une augmentation de deux millions 246 mille retraités. En outre  le PNR fait de la jeunesse une priorité dans toutes les interventions et prévoit une croissance de l’emploi des 15-29 ans de 3,2 % en 2024-2026 et de 0,5 % par la suite. Il convient de noter que la génération la plus éduquée qui soit entre sur le marché du travail : 76,8 % des jeunes de moins de 34 ans ont au moins un diplôme d’études secondaires (contre 59,3 % il y a 20 ans) et 28,3 % sont titulaires d’un diplôme universitaire (contre 10,6 % il y a 20 ans). D’ici à 2027, un besoin d’environ trois millions 800 mille travailleurs est attendu entre le secteur privé (qui absorbera 80,6% du total) et l’administration publique. Cependant, les 85,9%  des Italiens, et 87,5% des personnes ayant un emploi,  sont convaincus que l’école est éloignée du monde du travail. Peu de diplômés, mais trop dans les domaines des sciences humaines, de l’éducation et de l’enseignement, et du groupe psychologique. L’année prochaine, il manquera plus de 12 000 médecins et diplômés des professions de santé, plus de 8 000 dans le groupe économie et statistiques, plus de 6 000 diplômés de l’école Stem, et plus de 3 000 diplômés dans les disciplines juridiques et sociopolitiques. Il y aura trop de diplômés dans les écoles secondaires, avec un excédent de 53 000 par an, tandis qu’il manquera 133 000 diplômés des écoles techniques et professionnelles et des personnes qualifiées dans le système de formation professionnelle. Les compétences transversales seront de plus en plus demandées à l’avenir. Les compétences transversales seront de plus en plus demandées à l’avenir. 65 % des emplois nécessiteront des compétences « vertes  liées aux économies d’énergie et à la durabilité environnementale, et 56,3 % des nouveaux emplois nécessiteront des compétences numériques.

50 % des travailleurs menacés 

Selon la Forum économique mondial avec numérisation, d’ici 2025, plus de 50 % des employés devront mettre à jour ou réinitialiser leurs compétences . Sous peine de perdre leur emploi. A tel point que les responsables des ressources humaines commencent à parler de Réinitialisation de l’emploi la nécessité de redéfinir les rôles et les activités. Mais le numérique est aussi capable d’en générer de nouveaux et, surtout, de les faire évoluer, les entreprises peuvent accompagner les salariés dans un parcours de reconversion . Pour Katie Fallone, directrice principale du marketing mondial et des opérations de revenus chez Voxy  (voxy.com), « suelque 2 % seulement des entreprises mondiales affirment disposer d’un programme de formation ou de recyclage bien conçu. Sans ces programmes, les entreprises risquent de ne pas pouvoir suivre le rythme du marché désormais mondial. Ce sont les travailleurs qui en subissent les conséquences les plus graves. « Avec le lancement de ChatGpt et d’autres programmes basés sur l’intelligence artificielle, la technologie fait des progrès considérables. Et inévitablement, la façon dont nous travaillons se transforme elle aussi. Les équipes de RH, de formation et de développement peuvent avoir un impact considérable sur la préparation des entreprises à l’avenir, mais le processus nécessitera du travail et de l’engagement au niveau de la direction pour anticiper ces changements et mettre en place des plans visant à la montée en compétences e requalification ad hoc. Mais pour que les entreprises se préparent aux changements à venir, elles doivent d’abord identifier les emplois les plus menacés par l’automatisation et commencer à réfléchir à la manière dont ces équipes peuvent être recyclées pour s’épanouir dans d’autres secteurs de l’entreprise. Dans le même temps, les entreprises doivent s’assurer que leurs dirigeants et leurs cadres disposent des compétences nécessaires pour gérer le changement et l’incertitude, afin de maintenir l’engagement et la productivité des employés. Cependant, seulement deux pour cent des entreprises mondiales affirment avoir mis en place un programme de développement professionnel ou de recyclage. Et, hélas, avec la numérisation, plus de 50 % des salariés devront actualiser ou réinitialiser leurs compétences d’ici à 2025. Au risque de perdre leur emploi. À tel point que les experts commencent à parler de Job Reset, c’est-à-dire de la nécessité de redéfinir les rôles et les activités. Mais le numérique peut aussi en générer de nouveaux et, surtout, les entreprises peuvent accompagner les salariés dans un parcours de reconversion », précise M. Fallone.

Le coaching au service de la transformation des organisations 

Il n’y a pas de secteur aujourd’hui qui ne soit pas soumis à la volatilité. Depuis la pandémie notamment, les attentes des salariés et les demandes sociales évoluent sans cesse, rendant de plus en plus nécessaire la transformation organisationnelle des lieux de travail. Une opération qui, comme le soulignent les experts de CoachHub  – la plus grande organisation européenne spécialisée dans le coaching numérique – exige une pensée innovante et une compréhension de la logique qui sous-tend les changements en cours. De nombreuses entreprises essaient de se préparer au mieux pour que le changement se produise de manière dynamique, en réagissant ponctuellement aux événements et aux besoins internes et externes. La révolution technologique, par exemple, a également transformé le mode de fonctionnement des organisations en introduisant de nouvelles solutions et possibilités numériques et en soulignant l’importance cruciale de développer des compétences informatiques de plus en plus actualisées et évoluées. Selon les données de lObservatoire des pratiques d’innovation RH du Politecnico di MilanoL’Italie connaît à la fois une forte demande et une grande pénurie de ces compétences : un poste ouvert sur cinq concerne en effet les compétences numériques et 96 % des organisations ont des difficultés à trouver et à développer les compétences nécessaires pour faire face à la transformation numérique. La reconversion de la main-d’œuvre est également très complexe. D’ici 1 à 2 ans, rapporte l’Observatoire, 9 % des employés devront être redéployés parce qu’ils n’ont pas les compétences nécessaires pour faire leur travail, un pourcentage qui dépasse 15 % dans plus d’une organisation sur 10. Le succès de la transformation organisationnelle dépend donc de la manière dont les entreprises gèrent les différentes forces du changement, et il est essentiel d’avoir une vision claire pour atteindre les résultats souhaités, sans oublier que ces transitions ont également un impact radical sur les individus, et pas seulement sur les systèmes et les processus. Comme ils le soulignent analystes par McKinseyEn fait, 70 % des initiatives de transformation échouent précisément en raison de problèmes liés au personnel. Étant donné qu’un aspect essentiel de la transformation réside dans la manière dont elle est communiquée, les dirigeants doivent veiller à ce que leurs employés sachent exactement pourquoi certains changements sont effectués, qui sera affecté et comment. Les dirigeants doivent accompagner les employés sur le chemin du changement, en expliquant la nouvelle vision et en décrivant les avantages qui en résulteront. Cependant, cette phase peut créer des difficultés, car tout le monde ne partagera pas la vision du changement ou ne sera pas aligné sur les interventions mises en place par leur entreprise. Comme le soulignent les experts de CoachHub, une transformation organisationnelle ciblée et correctement soutenue par des parcours de coaching pour le développement du leadership conduisant au changement dans l’entreprise offre d’innombrables avantages, parmi lesquels :

– favoriser la compréhension et la confrontation sur le lieu de travail, car le coaching met l’accent sur l’importance de créer des environnements inclusifs et psychologiquement sûrs dans l’entreprise ;

– accroître la résilience de l’équipe, en la rendant plus résistante face aux demandes constantes et multiples d’évolution et d’adaptation qu’exige le monde du travail d’aujourd’hui ;

– créer un environnement de travail dans lequel les conflits, qui peuvent être causés par les tensions naturelles suscitées par le changement, sont abordés et résolus de manière efficace et constructive ;

– améliorer les performances des employés et contribuer à un meilleur alignement entre les besoins des employés et ceux de l’organisation, ainsi qu’à une plus grande adhésion à la stratégie de l’organisation.

Un programme de transformation au sein d’une organisation ne modifie pas seulement des éléments périphériques, mais offre une opportunité d’évolution globale. Le coaching peut jouer un rôle clé et aider les dirigeants, les employés et les organisations dans leur ensemble à obtenir les meilleurs résultats possibles d’une telle transition, car il leur permet d’analyser et d’explorer le contexte de travail, d’imaginer de nouveaux scénarios de changement possibles, d’envisager une variété de voies et de comportements pour contribuer positivement au programme de transformation et, enfin, d’identifier les mesures pratiques à prendre. Ainsi, la mise en œuvre du coaching dans le cadre d’un programme de changement permettra aux dirigeants et aux employés de mieux communiquer et de mieux se comprendre, en favorisant l’autoréflexion et l’écoute active afin d’exploiter pleinement le potentiel individuel et collectif de l’entreprise.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *