jeu. Juin 13th, 2024

L’été sera explosif pour le transport aérien. L’Enac et l’Ita prévoient une augmentation du nombre de passagers par rapport à l’époque pré-covide. L’envie de voyager est grande après des années de restrictions et les perspectives d’arrivée de touristes étrangers sont excellentes. Les chiffres de 2022 sur le trafic aéroportuaire « sont réconfortants et indiquent la capacité du système italien à gérer le système aéroportuaire mieux que d’autres pays européens. Les prévisions sont favorables à la croissance du trafic, en particulier dans les aéroports du Sud, où l’on peut observer une certaine particularité », a déclaré le commissaire européen à l’environnement, à l’énergie et au développement durable. Pierluigi Di Palma, président de l’Enac,  s’exprimant en marge de la conférence de l’Enac « Autisme : meilleures pratiques pour le transport aérien ».

La tendance pour 2023 tend à dépasser le trafic de 2019. En 2022, le nombre de passagers  se situe à un niveau de 85% par rapport à 2019 avec 164,6 millions  de personnes transportées. Selon le bilan d’Assoaeroporti, ce sont surtout les aéroports de taille moyenne, avec un nombre de passagers inférieur à 15 millions, qui ont été les moteurs de la reprise. En revanche, les hubs de Fiumicino et Malpensa souffrent. L’impression est qu’en 2022 il y aura une augmentation de l’utilisation des avions pour les vacances à la mer, avec un véritable exploit pour les petits aéroports – Foggia, Trapani, Brindisi, Alghero et Bari – et à la montagne avec l’excellente performance de Bolzano.

« Covid a également fidélisé les touristes vers des régions qu’ils ne connaissaient probablement pas et qu’ils ne pensaient pas visiter auparavant », a-t-il ajouté. directeur général Alessio Quaranta . « Cela a conduit à une croissance des aéroports dans le sud par rapport à ceux du nord, comme en témoigne la Sicile, une destination de plus en plus populaire pour son patrimoine artistique, mais aussi pour la mer et la gastronomie. Si l’année dernière a été l’année de la reprise, après l’effondrement du nombre de passagers en 2020 et 2021, cette année sera celle d’un véritable boom. Une croissance exponentielle du nombre de passagers qui, d’un côté, suscite l’enthousiasme et, de l’autre, une certaine inquiétude. L’Italie est un pays « naturellement attractif » et cela implique nécessairement une augmentation du trafic beaucoup plus importante que ce que les autres pays européens ont connu et connaissent. D’autre part, si l’on s’inquiète de la résistance de l’infrastructure, je dois dire que, pendant la crise, nous avons été le seul pays d’Europe à ne pas avoir arrêté les investissements futurs. Par conséquent, le secteur résiste ». Pour le directeur général d’Enac, la force du réseau aéroportuaire italien, dont on parle beaucoup, réside en fait dans sa ramification sur l’ensemble du territoire. « Nous disposons d’une importante réserve de capacité, ce qui nous permet d’accueillir plus de trafic là où les grands hubs sont congestionnés. Nous nous attendons donc à ce que l’été soit compliqué pour nous qui devons gérer ce trafic, mais certainement satisfaisant pour le secteur ».

Les prévisions d’Ita vont dans le même sens. « Pour nous, ce sera un été plein de trafic, ce qui est une bonne chose. Nous avons des estimations de ventes estivales déjà mises en œuvre, entre 20 et 23% de plus que l’année dernière, et nous terminerons le premier semestre environ 3 points au-dessus du budget en termes de revenus grâce à ce coup de pouce », a-t-il déclaré. Fabio Lazzerini, PDG Ita Airways s’est exprimé en marge de la conférence de l’Enac sur l’autisme. « D’autres compagnies sont un peu dans l’embarras, a-t-il ajouté, parce qu’elles n’ont pas pu se procurer le personnel nécessaire à temps pour répondre à la demande, alors que pour nous le recrutement et l’arrivée des avions se déroulent comme prévu. Ce sera un été explosif, mais dans le bon sens du terme ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *