jeu. Avr 18th, 2024

Jeudi de la Passion. Il ne reste plus que quelques heures avant que les premiers Nazaréens ne descendent dans les rues de la ville pour une nouvelle Semaine Sainte. L’agenda du délégué aux grandes festivités, qui a également la sécurité et la mobilité dans son portefeuille, est frénétique. Il a des événements pratiquement toutes les demi-heures, de tôt le matin jusqu’à tard le soir. Il s’assoit pour parler au Diario de Sevilla des principales nouvelles de la fête imminente. Il est toujours attentif au téléphone et aux questions de dernière minute. Il applaudit les réformes entreprises par le Conseil cette année, notamment la restructuration de la Calle Sierpes. Il défend les mesures de sécurité mises en place et montre une certaine inquiétude face au soleil et aux températures élevées annoncées pour les premiers jours. Cependant, il assure que la mairie a tout prévu pour que la Semaine Sainte soit splendide, avec en prime la procession du Santo Entierro Grande.

Semaine sainte ensoleillée, chaleur intense, changements de jours… Êtes-vous plus inquiets que les autres années ?



Je suis toujours aussi inquiet. Avec la même responsabilité que les autres années. Cette Semaine Sainte s’accompagne de changements importants en termes d’horaires et d’itinéraires. Cela nous a amenés à revoir de nouvelles rues. Il est vrai que nous nous attendons également à des températures élevées dans la première partie de la Semaine Sainte… Mais comme je l’ai dit, je l’affronte avec la même responsabilité, le même enthousiasme et le même désir de nous faire vivre une Semaine Sainte splendide. En outre, les nouveaux itinéraires nous laisseront des images nouvelles et remarquables.

Le dimanche des Rameaux, compte tenu de l’afflux de personnes dans le centre de la ville au cours des derniers week-ends, pourrait être très encombré. Y aura-t-il des mesures extraordinaires ?

Oui, en effet. Le dimanche des Rameaux est le jour le plus difficile de tous. C’est le jour où il y a le plus de monde. Nous l’attendons tous avec beaucoup d’impatience. Il est vrai que cette année, nous sommes accompagnés par le beau temps et que l’attente est maximale. C’est toujours une bonne chose, car la Semaine Sainte ne peut se vivre sans son public et sans que les rues soient pleines. Nous sommes inquiets à cause du soleil et des températures élevées. Mais tout a été prévu par la protection civile. Il y aura aussi des stations d’eau d’Emasesa. Tout est prêt pour vivre une Semaine Sainte pléthorique.

Cette année, nous avons en plus le Santo Entierro Grande, un jour où il y aura 20 processions dans des rues qui seront pleines à craquer. Comment y faire face ?

Avec un maximum d’efforts. En doublant les effectifs. En les mettant tous à disposition pour que nous puissions vivre une journée splendide au cours de laquelle nous devrons parcourir de nombreux kilomètres de rues dans toute la ville. Nous attendons avec impatience cet événement qui a lieu de temps en temps. Et la mairie, comme le reste des administrations, doit être prête.

Êtes-vous satisfait de la réforme des sierpes ?

Nous sommes reconnaissants de l’effort fait par le Conseil des Confréries, qui a compris ce que signifie pour de nombreuses familles le fait d’avoir demandé un lieu où elles avaient l’habitude de vivre la Semaine Sainte et de partager des moments avec d’autres personnes. Nous déplaçons ces familles vers d’autres lieux, avec tout ce que cela implique d’un point de vue émotionnel. Mais dans ce cas, nous devons reconnaître qu’il était nécessaire de remodeler la rue Sierpes afin de favoriser le passage des confréries, mais aussi le confort des personnes et de clarifier les voies d’évacuation en cas d’incident. Le Conseil municipal soutient les mesures du Conseil.

Et avec le reste des changements dans les jours, êtes-vous satisfaits ?

Ce délégué avait alerté sur la nécessité d’un remodelage de la Semaine Sainte en termes d’horaires et d’itinéraires afin d’éviter les fameuses croix ou les embouteillages. Il n’y a plus de place dans les rues en raison du grand nombre de nazaréens qui, heureusement, ne cesse d’augmenter. Il était temps de procéder à une réorganisation en gagnant de la place. Car ce ne sont pas les rues qui augmentent. Ce sont les Nazaréens qui augmentent. En effet, il était temps. Le réaménagement de la rue Sierpes était réclamé par la mairie. Les réformes de l’époque ont été réalisées sur la base d’études complexes menées par le Conseil. Toutefois, le Conseil lui-même a déclaré qu’il les réexaminerait l’année prochaine afin d’y apporter les modifications nécessaires.

Dans la Madrugada, il semble qu’il n’y ait pas d’issue. Serait-il possible que le Gran Poder revienne par Francos entre Silencio et Macarena ?

La mairie n’a pas l’intention de s’impliquer dans cette question. L’organisation des journées est de la responsabilité du Conseil. On dit parfois que le Cecop est impliqué dans certaines questions de restructuration ou, par exemple, dans l’itinéraire commun frustré du Santo Entierro Grande. Mais je dois dire que ce n’est pas le cas. Ce que fait le Cecop, c’est approuver ou donner son avis sur ce que le Conseil décide après avoir discuté avec les frères et sœurs aînés. Le conseil municipal ne donnera jamais son avis sur ce sujet parce que ce n’est pas de notre ressort.

L’une des mesures les plus controversées de ces dernières années est la loi dite « sèche ». Cette année, elle a été légèrement assouplie à la suite de plaintes du secteur de l’hôtellerie et de la restauration et de nombreux usagers.

Nous avons compris que certains établissements, avec une série de mesures, peuvent être ouverts pour le café, le chocolat, les churros…. Il n’y a pas tant d’entreprises qui pourraient être affectées par la réduction des heures de fermeture. Beaucoup, de leur propre initiative, n’étaient plus ouverts aux premières heures du matin. Nous avons assoupli la règle en partant du principe que nous pouvons offrir un meilleur service aux citoyens, mais sans vendre d’alcool. L’alcool ne fait pas bon ménage avec la Semaine sainte. Je me réfère aux précédents. Je tiens à remercier l’association des hôtels et traiteurs pour leur compréhension et pour leur collaboration avec le conseil municipal et la ville afin d’améliorer la Semaine sainte.

Considérez-vous qu’il y a un risque que la sécurité de la Semaine Sainte devienne un sujet de débat électoral ?

Il est toujours très facile de faire des déclarations par ignorance ou par manque de responsabilité. La sécurité est l’un des éléments fondamentaux de tout événement de grande envergure. Une administration sérieuse et responsable ne peut jamais négliger la sécurité ou la laisser au hasard. C’est la même chose que de ne pas s’occuper de la Semaine Sainte de Séville.

L’une des images les plus tristes de la dernière Semaine Sainte a été de voir les rues pleines d’urine pendant la Madrugada, précisément parce que la plupart des bars et des cafés étaient fermés.

Il y avait des urinoirs à cinq endroits de la course officielle. Cette année, ils seront augmentés de 30 unités pour couvrir ces besoins. Emasesa installera également des stations d’eau aux endroits où les établissements ne sont pas opérationnels de leur propre initiative jusqu’à 6 heures du matin, heure à laquelle ils peuvent ouvrir. Cette année, nous avons un scénario différent et nous espérons que ces rues pleines d’urine ne se reproduiront plus. Des urinoirs sont disponibles et nous espérons qu’ils seront utilisés pour que ces images ne se répètent pas.

En mai, il y a des élections municipales et nous ne savons pas ce qui va se passer, donc, pour le moment, ce sera votre dernière Semana Santa en tant que délégué des Fiestas Mayores. Quels ont été les meilleurs et les pires moments de ces 8 années ?

Le pire, la Madrugada de 2017, lorsque les derniers incidents se sont produits. J’ai souffert personnellement. De bons moments, tous. J’ai pu partager de nombreux moments avec les confréries. J’ai reçu beaucoup d’affection. J’ai contribué à ce que la Semaine Sainte d’aujourd’hui évolue de manière satisfaisante avec ces mesures de sécurité, en recherchant une meilleure célébration et en veillant à ce que le rôle principal soit joué par les confréries. Cela a toujours été la tâche de ce délégué.

Que diriez-vous à la personne qui vous remplacera à ce poste ?

Eh bien, en principe, il reste à voir que je ne serai pas le délégué des Fiestas Mayores l’année prochaine. Mais si le maire le décide, ce que je lui dirais, c’est de choyer les confréries. De s’occuper d’elles, parce qu’elles accomplissent une tâche fondamentale dans cette ville. Elles vont là où les administrations ne vont pas, et elles sont le mot d’ordre de Séville.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *