ven. Fév 23rd, 2024

Le nombre d’ingénieurs inscrits continue de croître : au début de l’année 2023, ils étaient près de 250 000 (249 054, pour être précis), soit une augmentation de 1,2 % par rapport à l’année dernière. Cependant, bien que la propension des diplômés à devenir des professionnels agréés ait augmenté ces dernières années, il n’y a pas de correspondance proportionnelle dans l’augmentation des inscriptions. Sur les plus de 14 000 professionnels agréés en 2021, moins de 5 000 finaliseront leur inscription, soit environ 30 %. Par rapport à l’année dernière, le nombre de nouvelles inscriptions est légèrement inférieur (8 234 contre 8 623 en 2022), mais dans le même temps, le nombre d’annulations diminue, dans des proportions encore plus importantes (4 462, contre 6 583 en 2022) : ces facteurs, additionnés, permettent d’obtenir un solde positif deux fois supérieur à celui enregistré l’année précédente. C’est ce qui ressort du rapport annuel produit par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail (ESA). Centre d’études Cni . Les résultats témoignent de l’augmentation constante du nombre d’inscrits au Registre, ce qui est sans aucun doute un facteur positif », explique Angelo Domenico Perrini, président de la Cni, « mais nous devons réfléchir au fait que cette augmentation est inférieure à ce que nous aurions pu attendre du nombre de nouveaux diplômés. Comme nous l’avons déjà souligné à d’autres occasions, cette constatation doit engager notre Conseil à prendre toutes les initiatives nécessaires pour rendre l’inscription au Registre plus attrayante, notamment en améliorant la gamme de services que nous offrons aux membres par l’intermédiaire de la Fondation Cni. D’autre part, afin de rapprocher les ingénieurs diplômés du système ordinaire, il est nécessaire de mener à bien les projets qui ont été initiés, parmi lesquels l’institution de diplômes qualifiants est importante. Considérant donc la grande responsabilité que les ingénieurs assument à l’égard des citoyens, la nécessité d’offrir des garanties précises en termes de compétences et de qualité des prestations, y compris à travers la formation continue et l’adhésion au code de déontologie de la profession, il est temps de commencer à réfléchir à la possibilité de rendre obligatoire l’inscription au « Registre » pour tous ceux qui suivent un parcours d’ingénieur, d’abord à l’université puis professionnellement. « L’augmentation du nombre de membres du Registre enregistrée par notre Centre d’études – confirme l’augmentation du nombre de membres du Registre. Giuseppe Margiotta secrétaire-conseiller de la Cni et président du Centre d’études – est un chiffre que nous accueillons avec satisfaction. En particulier, je tiens à souligner qu’une fois de plus, cette augmentation est due à des femmes ingénieurs nouvellement inscrites, ce qui nous permet d’affirmer que notre registre est à l’avant-garde en ce qui concerne la réduction de l’écart entre les hommes et les femmes. Nous sommes moins rassurés par la faible propension des femmes nouvellement diplômées à entrer dans le système ordonné. En ce sens, le Conseil national a l’obligation d’essayer d’intercepter le groupe de plus en plus important de diplômés qui, bien qu’ayant obtenu leur qualification professionnelle, ne s’inscrivent pas au registre. Au cours des 11 dernières années, sur plus de 110 000 ingénieurs diplômés, un peu plus de 52 000 se sont inscrits, soit moins de la moitié. S’il était possible d’inscrire ne serait-ce qu’un ingénieur diplômé sur dix non inscrits, cela doublerait presque le nombre d’ingénieurs et d’ingénieurs diplômés qui s’inscrivent chaque année. Pour atteindre un tel objectif, il est nécessaire de poursuivre dans la voie tracée dans un passé récent, à savoir perfectionner les services actuellement offerts aux membres et, en même temps, en concevoir de nouveaux, de manière à rendre intéressante l’adhésion au système de l’ordre ». En examinant les données en détail, nous découvrons qu’il y a environ 236.500 membres dans la section A (1% de plus qu’en 2022), tandis que les 12.572 restants appartiennent à la section B (+6,8% par rapport à 2022). La répartition territoriale reste pratiquement inchangée par rapport à l’année dernière : environ 41% des membres inscrits appartiennent à un Ordre du Sud, tandis qu’un peu plus d’un tiers appartiennent à un Ordre provincial du Nord. Les Ordres de Lombardie, qui confirme une fois de plus sa suprématie en tant que région avec le plus grand nombre de membres (+2,3%), ainsi que ceux du Latium et de Campanie, représentent collectivement plus d’un tiers des membres. En ce qui concerne la répartition par sexe, la composante féminine devient de plus en plus importante : les femmes représentent près de 17% des membres, alors qu’elles n’en représentaient que 9,1% il y a 15 ans.  Ces taux de croissance, nettement supérieurs à ceux enregistrés chez les hommes, signifient que le nombre total de membres continue d’augmenter et que les soldes positifs entre les inscriptions et les radiations de membres enregistrés ces dernières années sont presque exclusivement dus aux femmes ingénieurs. En ce qui concerne la répartition entre les trois secteurs du Registre, il n’y a pas eu de changement significatif depuis l’année dernière : le processus de polarisation des membres vers les secteurs civil et environnemental se poursuit en 2023, en partie du fait du renouvellement progressif lié au changement générationnel en cours, qui oppose la sortie du Registre des ingénieurs « universels » (diplômés de l’ancien système qui pouvaient s’inscrire dans les trois secteurs) à l’entrée simultanée de nouveaux ingénieurs « sectoriels » (ceux du nouveau système qui peuvent opter, sauf dans quelques cas, pour un seul secteur du Registre). 88,3 % des ingénieurs inscrits dans la section A et 60,4 % des ingénieurs inscrits dans la section B sont inscrits dans les secteurs civil et environnemental, alors qu’en 2022 les parts correspondantes étaient respectivement de 85,6 % et 58,5 %. Enfin, un autre processus qui semble inéluctable à l’heure actuelle est le vieillissement progressif du registre. En effet, le renouvellement des générations peine à décoller . La proportion de membres de moins de 40 ans continue de baisser : début 2023, elle était de 23,5 % (en 2022, elle était de 24,1 % et, en remontant quelques années en arrière, en 2019, elle était de 26,5 %), tandis que la proportion de membres de plus de 65 ans est de 16,5 % (l’an dernier, elle était de moins de 16 %). Une curiosité : parmi les inscrits, le nombre d’ingénieurs centenaires, voire plus que centenaires, ne cesse d’augmenter, jusqu’à 55 en 2023. En Italie, 277 201 femmes sont diplômées en ingénierie, ce qui représente 26,6 % des diplômés dans cette discipline.  Parmi elles, 170 531 appartiennent à la classe de l’architecture et du génie civil, 106 670 à celle de l’ingénierie industrielle et de l’information. Si l’on considère l’ensemble de la population féminine italienne titulaire d’un diplôme universitaire, la fraction titulaire d’un diplôme universitaire en ingénierie représente environ 7 % du total. Ce phénomène est en forte croissance, surtout ces dernières années, ce qui explique que l’âge moyen des femmes diplômées en ingénierie soit relativement bas : moins de 45 ans. Le nombre de femmes est le plus important dans les formations d’ingénieurs civils, où elles représentent jusqu’à 60 % des effectifs. La filière ingénierie de l’information est moins attractive pour les femmes, puisqu’elles ne représentent que 22,9 % des étudiants inscrits. Le pourcentage de femmes inscrites à la Faculté d’ingénierie qui obtiennent un diplôme est supérieur à celui de leurs homologues masculins, ce qui témoigne d’une excellente motivation et d’une prise de conscience du choix effectué. Les femmes obtiennent également d’excellents résultats, car elles sont moins sujettes que les hommes au phénomène d’abandon. Si l’on considère les femmes dans les disciplines de l’ingénierie et de l’acier, Eurostat atteste que l’Italie se classe au quatrième rang européen pour la part des femmes diplômées en ingénierie, après la Roumanie, l’Estonie et la Bulgarie, bien au-dessus de la moyenne de l’UE. En ce qui concerne le marché du travail, l’étude montre que 73 % des femmes diplômées en ingénierie ont un emploi. Ce chiffre atteint des sommets de 77 % dans le nord de l’Italie, alors qu’il est plus faible dans le sud : 62 %. Malheureusement, les données confirment la persistance de l’écart entre les hommes et les femmes, tant en termes de niveau d’emploi que de rémunération.  Un an après l’obtention de leur diplôme d’ingénieur, 10,6 % des hommes sont au chômage, contre 16,3 % pour les femmes. Il en va de même pour les niveaux de salaire. Cinq ans après l’obtention de leur master, les ingénieurs gagnent un salaire net de 1 755 euros, tandis que leurs collègues féminines s’arrêtent à 1 487 euros. En ce qui concerne les nouvelles embauches, 11 152 femmes ingénieurs ont été recrutées au premier semestre 2022, ce qui représente environ 23,5 % du nombre total d’embauches de profils d’ingénieurs. « Les données de notre rapport, souligne Mme Margiotta, confirment une tendance à la hausse des salaires. tendance déjà enregistrée à plusieurs reprises ces dernières années. De plus en plus de femmes s’intéressent au monde de l’ingénierie et sont attirées par les formations diplômantes dans cette discipline. La tendance est désormais bien établie et il faut s’attendre à ce que ce processus vers l’égalité s’accélère encore. Je suis particulièrement heureuse de constater que notre pays, en termes de femmes diplômées en ingénierie, se situe au sommet de l’Europe, bien au-dessus de la moyenne de l’UE et en première position parmi les grands pays. Malheureusement, nous devons constater la persistance de l’inégalité entre les femmes et les hommes. écart l’écart de rémunération qui pénalise encore les femmes par rapport aux hommes. C’est un domaine sur lequel notre Conseil national devra se pencher, d’autant plus si l’on considère que ces dernières années, ce sont précisément les femmes qui ont manifesté le plus d’intérêt et d’attention à l’égard du registre et de notre système ordonné ».

Lire aussi:  Bruxelles. Accord de l'UE sur les biocarburants dans le carburant des avions

Recrutement à Icm, Atos et Maticmind 

Groupe Construction Icm-Maltauro  di Vicenza archive un chiffre d’affaires de 570 millions d’euros en 2022, en hausse de 25% par rapport à l’année précédente, et un portefeuille de commandes d’une valeur de 2,5 milliards d’euros (+20%). En particulier, les commandes en provenance d’Italie ont augmenté, représentant 75 % du total. Au cours de la période triennale 2023-2025, le Groupe prévoit une nouvelle croissance des volumes de production d’environ 800 millions chaque année, également grâce aux travaux liés au Pnrr. « Les résultats obtenus », rapporte le président Gianfranco Simonetto  – confirment Icm comme l’un des principaux acteurs du secteur et consolident la capacité du Groupe à être présent sur un marché comme celui de l’Italie, qui voit se réduire de plus en plus le nombre d’entreprises capables de relever ces défis ambitieux ». La croissance du Groupe se traduit également par une forte demande de personnel : 150 techniciens et ouvriers.  Malheureusement, nous avons du mal à les trouver », poursuit M. Simonetto, « le secteur de la construction pourrait embaucher 200 000 personnes cette année. Mais nous avons besoin de moins de bureaucratie et de plus de liberté pour embaucher, en augmentant le nombre de travailleurs extracommunautaires. Malheureusement, de nombreux jeunes Italiens rejettent nos offres. Les personnes intéressées peuvent consulter notre site web ou notre page Linkedin ». Atos Atos, une entreprise européenne de transformation numérique, ouvrira son propre bureau à Cosenza. L’ouverture, annoncée en novembre dernier, aura lieu en avril. 150 embauches sont prévues d’ici 2025.  La succursale calabraise d’Atos ‘sera inaugurée dans les nouveaux bureaux de l’entreprise sur la Piazza Bilotti : un premier effectif de 20 personnes commencera à travailler sur un nouveau projet. Hub pour l’entreprise numériqueun centre de conseil et de conception dans les domaines de la transition numérique et de l’innovation informatique au service des entreprises et des institutions, travaillant à la réalisation de projets technologiques de pointe ». « Le chemin que nous avons entrepris, déjà depuis 2013, dans le sud du pays trouve dans l’ouverture de ce bureau un jalon supplémentaire – affirme Giuseppe Di Franco PDG d’Atos Italia – En discutant avec l’administration régionale, la ville de Cosenza, les universités de la région et le tissu entrepreneurial, nous avons immédiatement perçu de grandes opportunités de développement, tant pour Atos que pour la zone qui nous accueillera. Comme dans les cas de Naples et de Bari, nous sommes convaincus que nous pouvons croître rapidement et avec d’excellents résultats ici aussi en Calabre, avec un plan de recrutement important et l’objectif clair de croître en synergie avec le territoire ». Enfin Maticmind,  intégrateur de systèmes leader dans le secteur italien des TIC, a inauguré son nouveau centre d’expérience à Milan. Un espace, au cœur de la ville, où des solutions innovantes sont conçues et réalisées au service des clients : plus de 1 000, dont 50 % sont des réalités publiques telles que les hôpitaux, l’AP ou les grandes infrastructures. Un investissement qui témoigne du succès du Groupe, qui a clôturé l’année 2022 avec 443 millions d’euros de revenus pro forma, soit une augmentation de 44 % par rapport à l’année précédente. L’intention est de continuer sur cette voie, en se fixant comme objectif une nouvelle amélioration en 2023 pour atteindre plus de 510 millions de revenus pro forma, ce qui équivaut à +15%. Une croissance qui passe également par les nombreuses acquisitions stratégiques réalisées ces dernières années dans divers secteurs tels que la cybersécurité, la fibre optique et l’intelligence artificielle (pour n’en citer que quelques-uns). Une expansion qui s’accompagne également d’une augmentation du personnel et d’une capillarité sur le territoire : aujourd’hui, en effet, elle compte 14 bureaux dans toute l’Italie, du nord au sud, et 1 200 employés, mais elle est en train de devenir une société de services. prévoit déjà un plan de recrutement de 200 personnes pour la seule année 2023. «  Notre Groupe – conclut Luciano Zamuner Directeur général de Maticmind – représente une entreprise qui a près de 20 ans d’expérience. Au fil du temps, nous nous sommes développés, nous avons étendu nos activités et nous nous sommes établis sur le marché. De grands défis nous attendent à l’avenir, mais nous sommes prêts à les relever avec enthousiasme et avec la confiance de nos actionnaires. Nous voulons poursuivre notre croissance, comme nous l’avons fait ces dernières années, consolider notre position et commencer à évaluer les marchés étrangers. Ce nouveau centre d’expérience est un atout pour nous, un espace où nous pouvons tester les solutions les plus innovantes disponibles pour anticiper les demandes de nos clients et y répondre de la meilleure façon possible, en mettant notre expertise au service de l’industrie italienne ».

Lire aussi:  Perspectives. OCDE : croissance mondiale à 2,7 % en 2023

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *