mar. Avr 23rd, 2024

Les levées de fonds en capital-investissement et capital-risque en 2022. Les levées de fonds en 2022 se sont élevées à 5,9 milliards d’euros (dont 5,08 milliards d’euros sur le marché), soit une hausse de 3 % par rapport aux 5,72 milliards d’euros de l’année précédente. Il y a eu 49 collecteurs de fonds en 2022 (44 l’année précédente). Ces données figurent dans l’analyse publiée aujourd’hui par l’AIFI (Association italienne du capital-investissement, du capital-risque et de la dette privée), en collaboration avec PwC Italia – Deals, sur le marché italien du capital-risque. En ce qui concerne l’origine géographique des fonds levés sur le marché, la composante nationale a représenté 55%, tandis que le poids de la composante étrangère a été de 45%. En ce qui concerne les sources de financement, 18 % des fonds proviennent de fonds de pension et de fonds de prévoyance (890 millions d’euros), suivis par les compagnies d’assurance (13 %, 678 millions d’euros) et les banques (9 %, 448 millions d’euros).

Investissements

En 2022, le montant investi par les opérateurs de capital-investissement et de capital-risque a atteint le niveau le plus élevé jamais enregistré sur le marché italien, soit 23,6 milliards d’euros. Par rapport à l’année précédente, qui avait déjà atteint des valeurs record (14,6 milliards d’euros), une nouvelle croissance de 61 % a été observée, grâce à un certain nombre de transactions particulièrement importantes dans les segments du rachat et de l’infrastructure. Au total, sept opérations dont les fonds propres versés se situent entre 150 et 300 millions d’euros (grandes opérations) et 17 opérations supérieures à 300 millions d’euros (méga opérations) ont été réalisées au cours de l’année, ce qui représente 76 % du montant total investi au cours de l’année (17 889 millions d’euros).

En 2021, 8 grandes opérations et 8 méga opérations ont été réalisées, pour un montant de 9,82 milliards d’euros (67 % du total). Le nombre d’opérations a augmenté de 30 % pour atteindre 848, contre 654 l’année précédente, sous l’impulsion de l’activité de capital-risque, qui a connu une croissance significative depuis 2020, grâce au démarrage des opérations d’une entité institutionnelle axée sur les investissements dans les entreprises en phase de démarrage.

Dans le détail, en 2022, le segment early-stage (seed, start-up et later-stage) a progressé à la fois en termes de nombre d’investissements (547, soit 65% du nombre total, +47% par rapport à l’année précédente) et en termes de montant, dépassant le milliard d’euros (1,17 milliard d’euros, +101%). Les buy outs, quant à eux, avec 10,95 milliards d’euros et 185 opérations (5,38 milliards d’euros et 159 investissements en 2021), ont occupé la première place en termes de montant, représentant 46 % du total, suivis de près par les opérations dans le domaine des infrastructures. Ces dernières se sont toutefois caractérisées par une augmentation par rapport à l’année précédente, avec 10,69 milliards d’EUR (+39 % par rapport à 7,67 milliards d’EUR en 2021), répartis sur 52 opérations (45 l’année précédente, +16 %).

Les opérations d’expansion, en revanche, ont diminué tant en termes de montant (483 millions d’EUR, -44 % par rapport à 858 en 2021) que de nombre (46, -23 % par rapport à 60 en 2021). Enfin, le segment du retournement, dédié aux entreprises en difficulté, a conservé un rôle de niche, avec seulement 9 opérations et 249 M EUR investis. « En 2022, 23,7 milliards d’euros ont été investis ; la croissance a été de 61% par rapport aux 15 milliards d’euros de l’année précédente et a été rendue possible grâce à l’activité de fonds paneuropéens qui ont conclu de grandes opérations », souligne Innocenzo Cipolletta, président de l’AIFI. « En Italie, il n’y a toujours pas de fonds capables de rivaliser avec les grands acteurs mondiaux, et c’est pourquoi une action systémique est nécessaire, d’une part pour permettre à nos opérateurs de devenir compétitifs au niveau international, et d’autre part pour repeupler le segment du marché intermédiaire avec des acteurs dédiés, qui ne peuvent être que nationaux ».

« La croissance du marché italien du Private Equity se poursuit, établissant un nouveau record pour les investissements totaux en 2022″, a ajouté Francesco Giordano, Private Equity Leader chez PwC Italia.  » Après un premier semestre sous le signe des grands investissements dans le secteur des infrastructures, le second semestre 2022 s’est caractérisé par une augmentation significative des buy-outs, qui ont doublé par rapport à 2021, grâce à l’apport d’acteurs internationaux qui continuent à montrer un intérêt significatif pour l’excellence de notre pays « . Au niveau sectoriel, 2022 a vu le secteur des TIC prendre la première place en termes de nombre d’investissements, avec 27% du total des transactions, suivi par les biens et services industriels, 11%, et le médical, 10%.

Désinvestissements

En 2022, le montant cédé au coût d’acquisition des participations s’est élevé à 4,39 milliards d’euros, en hausse de 63 % par rapport aux 2,70 milliards d’euros de l’année précédente. Le nombre de sorties s’est élevé à 117, soit une hausse de 13 % par rapport aux 104 sorties réalisées en 2021. Les ventes à d’autres acteurs du capital-investissement ont constitué le canal de désinvestissement le plus populaire, représentant 60 % en termes de montant (2,65 milliards d’euros) et 40 % en termes de nombre (47).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *