jeu. Juin 13th, 2024

On l’avait remarqué : on ne peut plus épargner. Ou presque. L’année dernière, un Italien sur quatre déclare dépenser tout ce qu’il gagne : aucune épargne possible pour faire face aux dépenses en cas de besoin. En fait, 26% des familles craignent de ne pas arriver à la fin du mois, et 38% de ceux qui épargnent le font parce qu’ils sont conditionnés par un avenir qu’ils perçoivent comme incertain. Ce sont les données qui ressortent de la première enquête de l’Observatoire du monde en mutation de Nomisma, selon laquelle, au cours des 12 derniers mois, la capacité d’épargner a diminué ou fortement diminué pour 54% des Italiens.

La recherche, basée sur des enquêtes bimestrielles auprès d’un échantillon représentatif d’Italiens âgés de 18 à 65 ans, souligne qu’après la pandémie, le conflit russo-ukrainien, la flambée des coûts de l’énergie et la hausse de l’inflation, le climat d’incertitude s’est aggravé et se reflète également sur les consommateurs qui commencent à ressentir intensément la diminution de leur pouvoir d’achat. L’Observatoire montre que 88 % des ménages ont adopté des stratégies d’épargne appropriées au cours de l’année écoulée pour faire face à la hausse des prix de l’énergie et à l’augmentation générale des coûts. Malgré cela, 14 % des personnes interrogées pensent qu’elles gagnent moins que ce dont elles auraient besoin pour faire face aux dépenses nécessaires. En outre, 25 % des ménages se retrouvent à dépenser tout ce qu’ils gagnent uniquement pour faire face aux dépenses strictement nécessaires, telles que les services publics, les imprévus concernant leur logement et la nourriture, sans pouvoir se permettre autre chose. Seul un Italien sur deux dépense moins que ce qu’il gagne, parvenant ainsi à faire des économies sans devoir faire trop de sacrifices.

L’enquête menée par Nomisma souligne que la recherche d’épargne est principalement motivée par l’incertitude, qui conditionne fortement cette phase du cycle économique. 38% de ceux qui épargnent le font précisément parce que l’avenir leur semble trop incertain, tandis que 23% mettent de l’argent de côté pour faire face à d’éventuelles dépenses imprévues en toute sérénité. Pour l’avenir, les perspectives ne sont pas meilleures : non seulement les familles craignent de ne pas pouvoir épargner, mais 26% d’entre elles craignent de ne pas arriver à la fin du mois. De plus, penser à l’épargne familiale ou à la manière d’économiser une partie des revenus est pour un Italien sur deux une source d’anxiété et de stress.

La période historique actuelle et les événements des trois dernières années ont changé et continuent de changer profondément la vie quotidienne des Italiens », souligne Valentina Quaglietti de Nomisma. Si, d’une part, les Italiens ont pris conscience de l’émergence d’une « nouvelle normalité » qui n’a rien à voir avec la prépandémie, « d’autre part, il y a aussi une conscience répandue que les nouvelles normalités seront de plus en plus récurrentes ». C’est précisément sur ces hypothèses, conclut Quaglietti, que Nomisma a créé ce nouvel observatoire « qui se veut un outil concret à la disposition des entreprises, des associations, des institutions et des décideurs politiques qui – dans un monde en transformation continue – veulent intercepter rapidement les nouvelles tendances et faire de la connaissance de leur marché de référence un levier stratégique de croissance ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *