jeu. Avr 18th, 2024

Jayson Grangerle meneur de jeu uruguayen arrivé au Reyer Venezia cet été, est doublement convaincu que l’équipe peut encore avoir son mot à dire, tant en championnat qu’en Eurocup, où elle est la seule à rester parmi les équipes italiennes. Ses mots à Il Corriere del Veneto Venezia.

Jayson, un premier bilan. « Je dirais qu’il est positif jusqu’à présent. Bien sûr, j’aimerais voir l’équipe dans,une position différente en championnat et en coupe, mais il y aura un moyen de monter. Mais ma famille et moi sommes très heureux d’être ici. »

L’évaluation de ce groupe d’équipe. « Nous sommes un grand groupe, à mon avis. Nous avons construit quelque chose d’important dans le vestiaire et nous essayons de le traduire sur le terrain. Nous avons eu beaucoup de hauts et de bas, beaucoup de montagnes russes, mais je pense que cette dernière partie de la saison peut nous apporter une grande satisfaction. »

La transition entre Walter De Raffaele et Neven Spahija. « Ce n’est jamais agréable quand on change d’entraîneur, surtout pour De Raffaele qui a travaillé 13 ans à Venise en gagnant des titres. Nous n’avons pas réussi à lui donner en tant qu’équipe ce qu’il attendait, maintenant Spahija est arrivé qui a une philosophie et une mentalité différentes, il a de l’expérience en Euroleague et en NBA. Disons qu’il travaille pour nous donner une mentalité de gagnant qui nous aidera à atteindre nos objectifs ».

Reyer peut devenir l’outsider de cette double saison finale. « Bien sûr que c’est possible… Il est clair que nous ne sommes pas considérés maintenant, mais d’ici à la fin, nous pouvons avoir notre mot à dire. »

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *