mer. Mai 29th, 2024

L’administration publique, les transports et l’industrie manufacturière sont les secteurs où les employés sont le plus exposés au risque d’épuisement professionnel. . C’est la principale indication qui ressort d’une recherche mondiale menée par l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. Workday Traiter le risque d’épuisement professionnel en 2022 – que grâce à la solution technologique d’engagement des employés Workday Peakon Employee Voice dix secteurs industriels analysés avec la contribution de 1,5 million de travailleurs représentant plus de 600 entreprises à travers le monde.  monde. La recherche a analysé comment le risque de Burnout a évolué depuis 2021 dans différents secteurs et zones géographiques en évaluant les réponses des employés concernant le fait d’être toujours connecté, les niveaux d’énergie et les niveaux de satisfaction ; les réponses ont ensuite été classées comme risque élevé, moyen ou faible. L’étude a révélé que la plupart des secteurs analysés ont connu des niveaux de risque d’épuisement professionnel plus élevés en 2022 qu’en 2021. . Les secteurs manufacturiers en première ligne de la pandémie ont connu les augmentations les plus importantes.six employés de l’administration publique sur dix sont particulièrement exposés au risque d’épuisement professionnel.  avec une augmentation de 16 % par rapport à 2021, tandis que le secteur des transports arrive en deuxième position avec une augmentation de 10 % pour atteindre 54 % au total. En troisième position mais en baisse de 11 points de pourcentage par rapport à l’année dernière, est le secteur fabrication  (50%) tandis que le secteur de l’énergie suit  (48%) et celle des biens de consommation  (43%) qui est restée inchangée par rapport à l’année précédente. Le secteur présentant le moins de risque d’épuisement professionnel est à nouveau celui des technologies de l’information.  comme l’année dernière, elle était également dernière dans ce classement (toujours à 13%). Comme le montre cette étude, le problème de l’épuisement des employés est de plus en plus répandu. des actions clés que les employeurs peuvent prendre pour réduire le risque de burnout.  y compris : Cultiver une culture plus inclusive des besoins des travailleurs , favoriser la résolution des problèmes en encourageant un dialogue ouvert et fournir aux employés un objectif commun en articulant la stratégie organisationnelle et la manière dont les idées peuvent conduire à une nouvelle vision globale du bien-être des employés. Le rapport a constaté une variation globale entre les dix zones géographiques suivies d’une année sur l’autre, six pays ayant vu le risque d’épuisement professionnel augmenter tandis que quatre autres ont enregistré une amélioration. Au niveau international, les employés du Royaume-Uni sont les plus exposés au risque d’épuisement professionnel avec 41%, soit une augmentation de 4% par rapport à l’année dernière. . En deuxième position, on trouve les employés français  (39%) qui, cependant, ont connu une diminution de leur risque de Burnout avec une réduction de 7% par rapport à l’année dernière. Le risque de burnout reste élevé en Europe Les Pays-Bas sont en troisième position avec 33% bien qu’en baisse de 5% ; la Norvège a connu une augmentation de 9% par rapport à l’année précédente pour atteindre 20% ; le Danemark est également en croissance bien qu’en baisse de 3% et reste en queue de ce classement (11%). A noter la forte baisse des salariés allemands qui ont vu leur risque de Burnout diminuer de 15%.

La flexibilité des horaires de travail peut aider à prévenir 

Nouvelle année et moment pour les entreprises de faire le point, non seulement en termes de chiffre d’affaires, mais aussi en ce qui concerne la l’état psychologique de leurs employés . Pour cette Inverser  (https://reverse.hr/it/), un cabinet international de chasseurs de têtes et de DRH,  a mené uneanalyse identifiant les niveaux actuels de stress psychologique  sur le lieu de travail. I résultats  sont plus encourageant  que prévu et laissent entrevoir une légère amélioration, grâce à la aux horaires flexibles, au comptoir de psychologie gratuit  et d’autres mesures que les entreprises commencent à mettre en place pour protéger le bien-être de leurs employés. S’il est vrai que l’édition 2022 des Rapport sur la santé de Stada  a montré que cette année, par rapport à 2021, la niveaux d’épuisement professionnel  sont passés de 49% à 59%. En raison des nombreuses difficultés socio-économiques que connaît le pays, l’étude de Reverse montre de petits signes qui sont de bon augure pour l’avenir : l’échantillon de travailleurs interrogés est en effet également réparti  – indépendamment de la taille de l’entreprise – entre ceux qui subissent un stress professionnel important et ceux qui disent ne pas en subir. Ce constat n’est peut-être pas encourageant en soi, mais il le devient si l’on considère que les84% des personnes interrogées ont également déclaré avoir déjà été confrontées à un épuisement professionnel dans le passé. . La condition psychologique des salariés s’améliorerait-elle donc lentement ? La réponse semble être oui, et le principal allié de ce changement progressif semble résider dans l’introduction de plus en plus répandue d’horaires de travail flexibles. « Les horaires flexibles sont une conséquence directe de l’introduction du travail basé sur les objectifs, qui représente à mon avis le véritable tournant pour l’avenir du travail », explique le Dr. Alessandro Raguseo,  PDG et cofondateur de Reverse – « Certes, il y a encore beaucoup de travail à faire dans notre pays pour parvenir à une condition économique et psychologique idéale pour les employés, mais notre étude montre que de petits pas en avant sont faits, ce qui nous donne de l’espoir pour l’avenir ». En effet, parmi les personnes interrogées, le pourcentage de travailleurs qui, tout en bénéficiant de des horaires de travail flexibles, disent souffrir de stress  travail, est moins (40%)  par rapport à ceux qui ne le font pas peuvent en profiter  (50% ). Les horaires flexibles sont également solution la plus suggérée par les répondants (51%)  pour contrer efficacement un état de stress professionnel connu dans l’entreprise. Le travail à distance, en revanche, a moins d’impact que prévu, se répartissant équitablement entre ceux qui se disent stressés et ceux qui ne le sont pas. Bien que 74% des travailleurs interrogés déclarent que leur entreprise ne propose pas d’initiatives de soutien psychologique aux employés, les entreprises commencent à évoluer dans ce sens. Le site compteur psychologique gratuit  est la solution la plus populaire : le 54% des répondants suivi par les formations (27%) et le Bonus Psychologue (13%). La parité importante entre ceux qui se considèrent stressés et ceux qui ne le sont pas n’est que légèrement déséquilibrée à partir de 50 ans. Ceci est sans doute dû à une plus grande expérience mais aussi à un moindre stress une fois la carrière lancée. Le site 28% des moins de 40 ans déclarent avoir connu des épisodes d’attaques de panique dus au stress du travail, contre 19% des plus de 50 ans. .

Entre bonnes pratiques et rareté des fonds 

Ce ne sont donc pas les bonnes pratiques qui manquent pour prévenir la détresse psychologique des travailleurs.  Par exemple Divulgateurs , une agence de relations presse et médias basée à Milan, a décidé de financer entièrement un programme de soutien psychologique et de bien-être mental pour ses employés. « Nous sommes très attentifs à tout ce qui concerne concrètement le bien-être des personnes avec lesquelles nous travaillons », explique Jessica Malfatto  e Stefano Tagliabue , 33 ans, co-fondateur de Disclosers (https://disclosers.it/) – La question de la santé mentale est centrale et nous pensons qu’en tant qu’entreprise, il est essentiel d’essayer de jouer notre rôle dans ce contexte, en déployant tous les outils possibles pour prendre soin des personnes avec lesquelles nous travaillons chaque jour. Par le biais de Serenis (une plateforme de psychothérapie et de soutien psychologique en ligne), nous avons donc décidé de mettre à disposition (gratuitement, car le coût de chaque séance est entièrement pris en charge par l’entreprise)  un soutien psychologique, avec des psychothérapeutes professionnels, pour chaque personne de l’équipe. Mais pas seulement : en ce qui concerne le bien-être physique, nous avons également activé un abonnement annuel à Buddyfit (une plateforme qui propose des cours de fitness, de yoga et de méditation) pour chaque membre de l’équipe. Si vous vous sentez bien au travail, si vous pouvez trouver une petite tranche de bonheur même dans le contexte professionnel, alors vous distribuez aussi ce bien-être dans l’écosystème dans lequel vous vivez votre vie privée. Le travail n’est jamais que du travail ». Selon le rapport Santé mentale mondiale par l’OMS-Organisation mondiale de la santé, en mettant l’accent sur le bien-être mental mondial, près d’un milliard de personnes souffraient d’un trouble mental en 2019. Et les chiffres, avec la pandémie, n’ont certainement pas connu d’amélioration. « Quand il s’agit de santé mentale, on ne peut pas plaisanter et on ne peut pas sous-estimer le sujet : c’est une question sensible qui mérite la plus grande attention et des soins en temps opportun. C’est pourquoi, afin d’embrasser cette sphère avec la bonne approche, nous avons misé sur une plateforme qui ne fait intervenir que des psychothérapeutes professionnels et qui est un véritable centre médical », poursuivent Jessica et Stefano. « La principale motivation qui nous a poussés à prendre cette décision ? Le désir de créer un petit impact positif et réel sur les personnes avec lesquelles nous partageons ce voyage en tant que petite entreprise. De plus, nous avons tous deux personnellement expérimenté les cours de soutien psychologique et avons littéralement constaté leur importance et la valeur qu’ils génèrent, c’est pourquoi nous voulons également mettre cet outil à la disposition de toutes les personnes avec lesquelles nous travaillons ». Au cours des quatre dernières années, des cours de langue ont été organisés, une journée de formation technique est organisée chaque trimestre, un cours a été développé avec un consultant en organisation (pour les séances de feedback, l’organisation interne, etc.) et chaque personne a – grâce à un accord que l’entreprise active pour chaque membre de l’équipe – la possibilité de suivre des cours sur différents domaines. « Chaque année, nous organisons également des vacances d’équipe (de 2020 à aujourd’hui, par exemple, nous sommes allés dans les Langhe, à Lazise, en croisière en Méditerranée et à Barcelone, poursuit Malfatto. En outre, il y a la possibilité pour chaque personne de choisir un projet. pro bono (associations à but non lucratif, œuvres caritatives, etc.) à suivre pendant les heures de travail. « Au-delà des vacances d’équipe ou des gestes qui semblent avoir plus d’impact, ce qui fait vraiment la différence, c’est ce qui est mis en place au quotidien. De la poursuite des efforts pour rester indépendant, de la possibilité de poursuivre des choix même peu rentables, à la réelle attention pour l’individu, de la possibilité de travailler où l’on veut, tout en sachant que l’on a toujours son bureau à disposition, à la liberté de pouvoir suivre un projet pro bono pendant les heures de travail. En parlant de chiffres et de concret, nous sommes une équipe qui grandit (de 2 à 18 personnes en 48 mois), où plus de 80% des stages se sont transformés en emploi, où près de 70% des contrats sont permanents, où la composante féminine est centrale (87% de l’équipe est composée de femmes), où le smart working est actif (mais avec un bureau toujours disponible) »., rapportent Jessica et Stefano. Cependant, la rareté des fonds mis à disposition, le moment de la distribution et le manque de clarté des informations fournies par l’Inps ont nui au potentiel du bonus psychologue, la subvention introduite fin 2021 et reconfirmée dans la nouvelle loi de finances 2023 : c’est ce qui ressort de l’étude de l’Inps.Observatoire Au-delà du bonus psychologue de la plateforme de psychothérapie en ligne et du centre médical autorisé par l’Ats Serenis  (www.serenis.it) sur un échantillon de 262 personnes , les membres de la communauté scientifique et non scientifique,  en interaction avec l’instrument. Sur le nombre total de répondants, plus de huit personnes sur dix  ont été confrontées à un cours de psychothérapie ou de soutien psychologique . Le site 74.8% de l’échantillon travaille dans le secteur du bien-être mental principalement dans le rôle de psychothérapeute (95,4%) et de psychologue (1,5%). A la question Avez-vous demandé à bénéficier de la prime de psychologue ?, l’84,7%  des personnes interrogées ont émis un avis négatif en raison du manque d’exigences, de divergences de vues ou de difficultés de compréhension des procédures. Seulement 15%  parmi ceux qui ont postulé (15,3%), l’ont obtenu . En général par la société c’était apprécié le changement de direction  et l’importance accordée pour la première fois au thème de la santé mentale au niveau institutionnel. Tout en étant convaincu qu’il ne s’agit que d’un premier pas dans cette direction, ce que les données confirment : seuls 4,2% des répondants, en effet, se sont déclarés pleinement satisfaits de l’initiative . Mais comment améliorer cette manœuvre décisive ? Après avoir passé au crible les réflexions recueillies dans le cadre de l’enquête Au-delà de la prime au psychologue, Serenis a mis en évidence sept éléments optimisables :

1. La rareté des fonds : les 25 millions d’euros alloués par le gouvernement pour 2022 ont généré 395 000 demandes et un total de seulement 41 000 bénéficiaires, de sorte que seule une personne sur neuf a pu profiter de la prime.
2. Sélection des candidats : le problème est de faire passer le bien-être mental pour quelque chose où  » premier arrivé, premier servi  » est la logique de sélection des candidats au bonus, à tel point que, ironiquement, certains ont commenté  » TicketOne shuns « . En réalité, selon Serenis, suite aux résultats de l’enquête, le bien-être mental ne devrait pas être considéré comme un bonus, quelque chose auquel on accède par chance, mais comme un service disponible pour tous, démocratique et dont le seul critère de sélection devrait être : qui en a besoin.
3. Communication inefficace : du « comment ça marche » à « qui y a droit », les informations fournies par le site web de l’Inps, l’institution à laquelle les personnes auraient dû soumettre leurs demandes de bonus par voie électronique, n’étaient pas claires et faciles à lire selon 47,2% des répondants. Cela n’a fait que rendre les procédures, en soi lourdes, encore plus complexes, surtout pour la partie de la population moins habituée aux nouvelles technologies.
4. L’absence de retour d’information : les personnes exclues du classement n’ont trouvé aucune justification de leur exclusion dans le courriel de résultat, si ce n’est une série de phrases préétablies et sans implication, laissant ouvertes de nombreuses questions telles que :  » Ai-je rempli correctement le formulaire ?  » ou  » Quels sont les paramètres que je n’ai pas pris en compte ? « .
5. De longs délais : de la réception de la demande à son acceptation, la bureaucratie impose une paperasserie sans fin à démêler, ce qui a allongé les procédures et compliqué davantage les difficultés, prolongeant le temps d’attente entre le dépôt de la demande et la réception (éventuelle) de la prime. Un temps trop long pour ceux qui ont besoin d’un soutien psychologique à un moment donné et qui sont obligés d’attendre la bureaucratie.
6. Manque de sensibilisation : prime au psychologue car elle peut être administrée par un psychologue ? En fait, non. La prime de psychologue, selon la loi, ne peut être prise en charge que par des psychothérapeutes. Il y a une méconnaissance générale – issue d’un vide culturel – qui conduit à la superposition erronée des deux figures, et le nom même de l’initiative en témoigne.
7. Perspectives d’avenir : les ressources allouées pourraient s’élever à cinq millions d’euros pour 2023 et huit millions d’euros à partir de 2024, avec un plafond Isee de 50 mille euros. Une nouveauté décevante car elle entraînerait encore plus d’exclusions et ne contribuerait pas à rendre cette ressource démocratique et accessible au plus grand nombre, comme le souhaitent au contraire tous ceux qui se battent pour que la santé mentale soit considérée au même titre que toute autre question de santé.

« Dès le départ, nous avons vu le bien dans cette initiative, mais nous avons noté ses défauts et ses imperfections, notamment le fait qu’elle soit considérée comme un bonus, quelque chose dont on peut se passer. L’espoir est que cette manœuvre puisse constituer un tournant pour qu’un jour le bien-être mental devienne une offre publique gratuite et non un droit à la santé de seconde zone, l’apanage de ceux qui peuvent se le permettre et de ceux qui ont gagné la chance de recevoir un bonus pour une durée déterminée », conclut-il. Daniele Francescon, cofondateur de Serenis  Nous sommes heureux d’apporter notre contribution, en recueillant les réactions des gens, afin que des initiatives de ce type soient de plus en plus efficaces pour rendre le bien-être mental accessible : c’est pourquoi nous travaillons en fondant chaque décision et chaque initiative sur des données objectives, sur la base scientifique qui est aussi ce qui distingue Serenis et dont nous sommes fiers ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *