jeu. Juin 13th, 2024

Cet outil innovant pourrait permettre aux personnes malentendantes d’éviter le recours à un interprète.

En Espagne, plus d’un million de personnes souffrent d’un handicap auditif, selon l’enquête sur le handicap, l’autonomie personnelle et les situations de dépendance de l’Institut national de la statistique (INE). Parmi elles, 27 300 personnes utilisent la langue des signes pour communiquer. 

Aujourd’hui, grâce à une innovation de l’Université d’Alicante, nous sommes plus près de faire tomber les barrières de la communication. Ils ont conçu l’application ‘Sign4all ‘ capable de reconnaître et d’interpréter en temps réel 80% de la langue des signes  Langue des signes espagnole (LSE).

« Il s’agit d’une avancée qui contribue à à faire tomber les barrières de la communication  entre les sourds et les entendants dans des situations de tous les jours, comme se rendre chez le médecin ou manger dans un restaurant », rapporte le groupe Robotics and Three-Dimensional Vision (RoViT) dans un communiqué.

Ester Martínez, docteur en informatique et chercheuse à l’UA, ainsi que Francisco Morillas, étudiant en doctorat, ont mis au point un système de vision tridimensionnelle. cet outil peu coûteux  afin de pouvoir fournir une assistance aux personnes sourdes lors de leurs déplacements. ne peuvent être accompagnées d’un interprète.  Il travaille sur ce projet depuis des mois et ajoute progressivement plus de signes. 

Comment fonctionne Sign4all ?

Ces chercheurs expliquent que, après avoir capturé la personne et extraire les détails du squelette des bras et des mains. Le côté gauche du corps est codé en bleu et le côté droit en rouge, ce qui préserve l’anonymat.

L’application traduit en temps réel le signe utilisé par la personne sourde et, dans le sens inverse, est capable de signer au moyen de d’un avatar virtuel  Des mots espagnols tapés par l’auditeur.

En outre, ils veulent que le système fonctionne à la fois sur un téléphone mobile et sur une tablette, ce qui le rendrait facile à transporter : « L’idée est que tout ce processus puisse être réalisé après le téléchargement d’une application  et utiliser l’appareil photo du téléphone portable ou d’une tablette pour pouvoir l’utiliser n’importe où », explique M. Martínez. Il ajoute que, pour le moment, la seule chose qui a été complétée « est l’alphabet », mais qu’ils travaillent encore pour « l’élargir » et le rendre utile au « plus grand nombre de personnes possible ».

Ce projet a donné lieu à une collaboration avec le Groupe de recherche sur la langue espagnole et les langues signées (GRILES) de l’Université de Barcelone. Université de Vigo. 

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *