ven. Juil 19th, 2024

Le site Le chiot est infini. Dans ses formes, dans ses contours, dans ses significations. Et, bien sûr, dans ses interprétations. L’iconographie même qu’elle représente – le point culminant absolu de la conception baroque de l’imagerie sévillane -, sa légende, son quartier, son Vendredi saint, sa lumière le long de la rue Castilla….. La sensation d’éternité que transmet cette sculpture n’échappe à personne qui s’approche de sa compréhension. Parce que le Cachorro n’est pas seulement lui-même, dans sa plénitude spirituelle, il est tout un symbole. de notre Semaine Sainte et une icône artistique pour l’expérimentation et l’identification créative.

La confrérie de Triana a présenté le affiche pour le chemin de croix extraordinaire le 26 février, au cours duquel la sculpture visitera des lieux tels que San Jacinto, Santa Ana et la Capilla de los Marineros. L’œuvre, réalisée par l’artiste d’Arcos Antonio Jaén Sánchez, continue sur la voie d’un art de l’affiche varié et très riche. qui offre de nouvelles conceptions d’une image sans limites. Dans ses déclarations à ce journal, Antonio indique que l’affiche elle-même est « le résumé de la passion, de la mort et de la résurrection du Christ condensé dans le Cachorro qui, bien qu’il soit en train de mourir, se lève déjà à ce moment précis. La couronne d’épines, symbole du martyre, devient un nimbe représentant la majesté divine.. Il était essentiel d’inclure certaines allusions à la céramique de Triana, présente dans la Croix, sur laquelle meurt le Cachorro chaque Vendredi saint. La croix dans le quartier lui-même, et vice versa ».



La typographie, qui rappelle les anciennes affiches du milieu du siècle dernier (extrêmement avancées pour l’époque), condense parfaitement le motif de l’affiche et le culte qui est convoqué. Couleur et majesté pour la mort elle-même.

Une affiche qui rejoint une collection contemporaine qui coexiste parfaitement avec d’autres œuvres plus classiques. Dans cette équilibre réside la vertu et la richesse. En 2021 dernier, la société a présenté la couverture de l’édition du Annuaire Mediatrix, une œuvre de José Miguel González de Jerez, qui n’a laissé personne indifférent en raison de son puissant pouvoir expressif et de son profond symbolisme. « Séville et Triana sont la gloire même, une dualité capable d’enfermer les plus grandes peines et les plus grandes joies, de naître dans la Calle Castilla pour mourir en passant sur le pont, en revenant à ce qu’il était sur l’autre rive. Nous sommes le Cachorro et il est notre médiateur, symbole d’un peuple andalou qui est plein de pièces et de coutures. exalte la mort comme la vie et les chagrins comme la joie. Des limbes dans lesquelles nous vivons jour après jour, parmi une flore divine où coexistent des chardons passionnés, de vraies tulipes, des œillets d’amour et des roses qui se plantent comme des épines ».

La Confrérie d’El Cachorro présente bientôt disponible nouvelle couverture de la Mediatrix, de Santi León. Un exemple qui montre combien il est naturel d’utiliser différents artistes et formats actuels pour représenter une sculpture, celui de la Cachorro, qui s’adapte à tout et coexiste avec tout.. C’est la clé de son infinité.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *