jeu. Avr 18th, 2024

Le professeur d’économie universitaire Kazuo Ueda sera le prochain gouverneur de la Banque centrale du Japon, choisi par le gouvernement de Tokyo. La nomination d’Ueda, qui succédera à Haruhiko Kuroda dont le mandat expire en avril, si elle est confirmée par les Chambres du Parlement, verra pour la première fois un économiste qui a été professeur d’université pendant la majeure partie de sa vie au sommet de la BoJ. M. Ueda, 71 ans, a été membre du conseil d’administration de la BoJ pendant sept ans et est connu comme un expert en finance et en macroéconomie. Il a joué un rôle déterminant dans les décisions politiques de la banque centrale de maintenir les taux d’intérêt à zéro et d’introduire des mesures d’assouplissement quantitatif. Toutefois, sa tâche s’annonce très difficile après dix ans de politique ultra-accommodante.

La validation ultérieure de ce choix par le Parlement ne fait aucun doute, étant donné la large majorité détenue par la coalition au pouvoir dans les deux chambres. Décrit comme quelqu’un de prudent et de réfléchi, mais aussi comme un bon communicateur, M. Ueda, dont le mandat commencera en avril, est un universitaire distingué qui a déjà fait partie du conseil de politique monétaire de la BoJ de 1998 à 2005. Il s’agit d’un « économiste de renommée internationale ayant une connaissance approfondie de la finance », a déclaré le porte-parole du gouvernement, Hirokazu Matsuno. Selon le journal NikkeiLe gouvernement souhaitait initialement nommer l’actuel gouverneur adjoint de la BoJ, Masayoshi Amamiya, mais celui-ci a décliné la nomination, déclarant qu’il ne pouvait pas revoir une politique monétaire dont il était l’un des principaux architectes. Ueda sera rejoint par deux nouveaux gouverneurs adjoints : Shinichi Uchida, 60 ans, actuel directeur exécutif de la BoJ, et Ryozo Himino, 62 ans, ancien chef de l’Agence japonaise des services financiers (FSA).

M. Ueda, spécialiste de la politique monétaire, a obtenu son diplôme à Tokyo et s’est spécialisé aux États-Unis au MIT. Il a ensuite enseigné au Canada avant de retourner au Japon. De 1998 à 2005, il a été membre du conseil d’administration de la BoJ, puis est retourné dans le monde universitaire. Actuellement, à l’âge de 71 ans, il est professeur et doyen de l’université féminine Kyoritsu à Tokyo, ainsi que directeur externe de JGC Holdings, une société d’ingénierie végétale, et travaille à la Banque de développement, une banque d’investissement publique. Il est également conseiller principal de l’Institut d’études monétaires et économiques, le groupe de réflexion de la BoJ. En bref, c’est un technicien.

La Banque du Japon va à l’encontre de la tendance des autres grandes banques centrales du monde, en résistant aux hausses de taux, et a jusqu’à présent maintenu sa politique monétaire ultra-accommodante et son programme de relance massif. En bref, la BoJ ne s’aligne pas sur la politique monétaire agressive initiée par la Fed, la BCE et la BoE pour vaincre l’inflation. Le Japon lutte contre la désinflation depuis des décennies et la BoJ de Kuroda incarne cette lutte. Aujourd’hui, cependant, même la BoJ pourrait être amenée à changer d’avis : l’inflation au Japon est passée à 3 %, ce qui est faible par rapport aux valeurs à deux chiffres enregistrées aux États-Unis et en Europe, mais cela reste un niveau élevé pour un pays qui, depuis au moins 30 ans, lutte contre la déflation, le contraire de l’inflation, la baisse des prix.

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *