mar. Juin 18th, 2024

En Italie, le système de la mode compte près de 66 mille entreprises, environ 600 mille employés et un chiffre d’affaires qui, en 2021, touchera les 100 milliards d’euros.  Depuis l’année dernière une offre d’emploi beaucoup plus élevée que le nombre de travailleurs disponibles  et les entreprises continuent de faire face à des difficultés. Selon une étude réalisée par Altagamma-Unioncamere  publié dans le livre Les talents de Making 2le besoin en profils techniques et professionnels au cours des cinq prochaines années est estimé à 346 000, contre 236 000 en 2019. Il s’agit d’un signal ambivalent, indiquant une criticalitỳ et en même temps la croissance importante du marché mondial du haut de gamme, qui enregistrera une augmentation de 21% en 2022. Il existe un besoin croissant de professionnels de la fabrication, dont seulement 50 % peuvent être satisfaits à ce jour. En détail, 108 000 profils sont requis dans l’automobile, 94 000 dans la mode, 62 000 dans l’alimentation, 46 000 dans le design et l’ameublement et 36 000 dans l’hôtellerie. Les artisans et les travailleurs spécialisés dans le secteur du textile, de la mode et des accessoires, qui comprend les chaussures et les articles en cuir, sont parmi les plus difficiles à trouver (selon Unioncamere pour 65,5%). Dans un pays comme l’Italie, qui a une vocation industrielle, avec des districts à forte spécialisation manufacturière et artisanale, la formation professionnelle est un levier stratégique pour la compétitivité des entreprises et la fabriqué en Italie. Selon Unioncamere, le secteur prévoit entre 63 000 et 94 000 nouvelles embauches de professionnels spécialisés d’ici 2026. Alors que pour les conclusions de la Centre d’études de Confindustria Moda En 2021, le chiffre d’affaires atteindra 92,5 milliards d’euros (+22,9% par rapport à l’année précédente), tandis que les exportations feront un bond de 23,5%. Les compétences spécifiques dont la chaîne d’approvisionnement de la mode en Italie a besoin sont liées à la durabilité, mais aussi à la mécatronique, à la chimie, au numérique et à la mécanique. Selon les enquêtes de la Confindustria Moda, la Les profils les plus recherchés, plus de 40 types, peuvent être identifiés dans trois domaines : traditionnel, numérique, durabilité.  Les compétences traditionnelles comprennent : piqueur, dessinateur technique, mécanicien de tissage, orfèvre à l’établi, planificateur de production, expert en chimie, responsable des ressources humaines.  Les emplois numériques les plus recherchés sont les suivants : responsable du commerce électronique, analyste numérique, responsable des données de la chaîne d’approvisionnement . Les professions liées au développement durable comprennent : gestionnaire de la durabilité, gestionnaire du cycle de vie des produits.  Dans ce contexte, il convient de noter deux mém mém mém mém d’accord signés  entre Confindustria Moda et Unioncamere et entre Rete Tam et Unioncamere.  Tous deux prévoient des initiatives de communication et l’analyse des profils professionnels pour améliorer l’attractivité du secteur, en favorisant l’orientation scolaire. D’une durée de trois ans, les deux protocoles déterminent l’engagement des trois réalités dans la construction d’un lien de plus en plus solide entre le monde du travail et le système de formation, afin de lutter contre le chômage des jeunes et les phénomènes de décrochage scolaire. L’industrie du luxe est néanmoins une source de fierté nationale pour 80 % des consommateurs interrogés en Italie et fait preuve d’une grande résilience à l’échelle mondiale, avec un retour aux niveaux de performance pré-Covid et des estimations de plus de 6 % de croissance du secteur entre 2022 et 2026. C’est ce qui ressort de cette nouvelle étude Perspectives du luxe 2022 publié par Boston Consulting Group (Bcg)  e Comité Colbert . Le rapport tient compte d’une analyse qualitative d’une quarantaine de leaders du luxe et d’une enquête auprès de 2 000 utilisateurs (clients de luxe et non-luxe) en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Italie, en Espagne, en Suisse et aux États-Unis. L’analyse des différents pays montre que l’industrie du luxe est reconnue pour qualité  (selon 64 % des clients du secteur du luxe et 56 % des clients du secteur non-luxe), artisanat  (selon 42% des clients du secteur du luxe et 41% des non-clients) et créativité  (selon 38% des clients du secteur du luxe et 30% des non-clients). Cependant, aujourd’hui plus que jamais, le luxe est confronté à de profondes mutations dans plusieurs domaines : gestion de la production et des ressources, cycle de vie des produits, relations avec les clients, responsabilité sociale et mondialisation. Le marché de l’occasion, qui connaît une croissance deux fois plus rapide que celle des produits neufs et dont la valeur est estimée à 50 milliards de dollars d’ici à 2025, constitue une voie essentielle pour la gestion du cycle de vie des produits. Le marché permet de donner plusieurs vies aux produits, qui peuvent être utilisés pendant des décennies après leur entrée sur le marché. C’est pourquoi il est préféré par les jeunes générations, notamment la génération Z, dont 83 % déclarent ne vouloir louer ou posséder des vêtements que temporairement. De l’expérience physique au point de contact numérique, l’industrie du luxe doit également décliner son excellence dans les nouvelles expériences des consommateurs. Il s’agit non seulement de progresser en termes d’innovation, mais aussi de ne pas perdre de terrain sur les nouveaux canaux en ligne, de plus en plus peuplés par les très jeunes – qui seront les principaux consommateurs de luxe à l’avenir. En fait, en ce qui concerne le numérique, l’analyse montre que 65 % des personnes interrogées considèrent que l’industrie du luxe est désavantagée par rapport aux autres secteurs. Près de sept personnes sur dix, en effet, considèrent toujours que l’expérience numérique offerte par les marques de luxe est loin de l’expérience en magasin. Investir dans métavers  est peut-être l’occasion pour les marques de luxe de faire un pas dans le monde numérique et de s’assurer un point de contact avec leurs clients actuels et futurs. 64 % des consommateurs âgés de 18 à 34 ans estiment que la réalité virtuelle facilite la découverte des marques de luxe et 59 % pensent qu’elle peut reproduire la fonction des médias sociaux telle que nous la connaissons aujourd’hui. Ces impressions sont renforcées auprès des générations Z et Alpha, qui représentent les futurs consommateurs des marques de luxe et sont de plus en plus susceptibles de passer leur temps en ligne. Selon les entretiens, les marques de luxe ont déjà initié des changements sociaux et environnementaux, mais même si 62 % des clients du secteur du luxe pensent que les produits de luxe sont en fait des biens durables, le secteur doit faire davantage. Pour 60 % des consommateurs, le luxe doit devenir un promoteur d’initiatives de transition environnementale et sociale et pour 85 % d’entre eux, les maisons de mode doivent s’impliquer davantage dans la gestion du cycle de vie complet de leurs produits. À mesure que les cultures évoluent et que les possibilités de consommation augmentent dans certains pays, de nouveaux marchés s’ouvriront au luxe. Entre 2021 et 2025, les deux tiers de la croissance des entreprises de luxe auront lieu en dehors de l’Europe et des États-Unis. Il reste toutefois à résoudre le problème de la hausse des coûts des matières premières et de l’énergie. L’inflation est à son plus haut niveau depuis 40 ans, ce qui affecte également le secteur de la mode : si le marché de la consommation de masse a été le premier à être touché, le secteur du luxe souffre également et commence à ralentir. D’après l’étude de Retviews montre que si les marques haut de gamme ne sont pas menacées par une récession imminente, les marques de luxe accessibles mettent en œuvre des stratégies différentes. En effet, la recherche montre que, par rapport à 2021, les prix du luxe accessible ont augmenté de manière particulièrement agressive aux États-Unis (+36 %), au Royaume-Uni (+26 %) et en Europe continentale (+20 %). Dans la période post-pandémie, le retour à la vie sociale a encouragé la reprise du shopping : après presque deux ans de travail agile, les consommateurs ont recommencé à voyager et à aller au bureau, faisant passer leurs préférences d’une tenue principalement décontractée à une tenue plus formelle. Il n’est donc pas surprenant que les plus fortes hausses de prix aient concerné les costumes (+46%) et les chemises (+35%), catégories de produits pour lesquelles les consommateurs sont enclins à dépenser davantage, en fonction des nouveaux modes de vie. Cependant, nous assistons à un changement dans les habitudes d’achat qui voit des consommateurs plus soucieux de leurs dépenses, avec une diminution progressive de la demande dans le secteur du luxe, à tel point que des recherches récentes ont montré une préférence croissante pour les produits moins chers. Ou une utilisation accrue du commerce de détail. Arrivée également en Italie XY Retail Par exemple, la plateforme qui simplifie les opérations de vente et de gestion des vêtements en intégrant le online et le offline pour offrir des expériences plus engageantes aux clients. Lire la suite : www.xyretail.com .

Propositions à la table de la mode 

Créer un fonds commun au niveau européen, qui sera alloué aux différents États sur la base du critère de la pertinence industrielle dans les secteurs stratégiques, ce qui permettrait de préserver les niveaux du marché et de permettre aux entreprises d’être compétitives et de se développer. C’est la proposition mise sur papier par le Chambre nationale de la mode italienne  et par Altagamma  à l’occasion de la Table de la mode. « L’industrie italienne de la mode est l’emblème de la fabriqué en Italie dans le monde et représente un secteur de production d’une importance énorme pour l’économie de notre pays et trouve son exaltation dans le nouveau nom du ministère, qui signifie une nouvelle mission plus significative », explique le ministre des entreprises et du Made in Italy. Adolfo Urso.  Au cours de la réunion, il a présenté les actions que le gouvernement met en place pour soutenir le secteur et contrer les nouveaux défis mondiaux, notamment la concurrence déloyale et la lutte contre la contrefaçon. Plus précisément, M. Urso a annoncé l’adoption de mesures incitatives pour soutenir les exportations en visant des politiques industrielles en réponse aux nouveaux défis chinois et américains (Buy European) et la réforme du secteur de la formation professionnelle, l’excellence de la chaîne d’approvisionnement italienne, avec la réforme de l’Its et la création de l’Agence de l’emploi. fabriqué en Italie. Les représentants du secteur demandent instamment des mesures en faveur des investissements dans la durabilité, des aides à la numérisation et un soutien financier aux exportations. Autant de demandes présentées par le ministre Urso lors de la réunion inaugurale du nouveau Comité interministériel pour le Made in Italy dans le monde (Cimim). « Nous travaillons également, poursuit Urso, pour trouver de nouvelles ressources pour la Transition 4.0, car dans les derniers mois de 2022, grâce aussi à la médiatisation de la mesure, les demandes ont connu une soudaine et forte accélération, surtout en décembre 2022, portant à plus de 150 000 le nombre d’entreprises qui ont utilisé les incitations prévues par le Plan, épuisant ainsi les fonds disponibles. Grâce à ce succès, nous devons maintenant trouver plus de ressources dans d’autres chapitres. Nous sommes en dialogue constant avec le ministre Fitto et les institutions européennes sur ce point ». L’Italie est désormais le troisième exportateur mondial avec une part de marché de 5,3 %, après la Chine et l’Allemagne. Au cours de la réunion, il a été souligné qu’il est plus que jamais nécessaire que les contributions de l’Agence des glaces pour la promotion de l’Année européenne de l’eau et de l’environnement (EEE) soient mises en œuvre. fabriqué en Italie ne sont pas significativement réduits en 2023 par rapport à 2022. L’année s’annonce difficile et une telle réduction serait mal adaptée aux besoins accrus de promotion à ce stade. « Avec la loi sur la réduction de l’inflation, » déclare Carlo Capasa président de la Chambre nationale italienne de la mode et vice-président de Moda Altagamma – les États-Unis ont prévu 369 milliards de dollars et des mesures protectionnistes pour soutenir et défendre leurs secteurs de production. La Commission européenne, quant à elle, a présenté, au nom de la présidente Ursula Von der Leyen, une proposition visant à réviser le système des aides d’État en élargissant le champ des interventions et en donnant aux différents États le pouvoir d’allouer des provisions financières pour les soutenir. Au lieu de cela, une provision financière commune devrait être établie pour soutenir les investissements supplémentaires des entreprises dans certains domaines stratégiques. L’attribution des allocations financières à chaque État, comme cela a déjà été fait pour le Fonds pour le redressement et la résilience, devrait être calculée sur la base de critères objectifs ». Le document met en évidence les priorités sur lesquelles le nouveau fonds devrait avoir un impact, en particulier sur le monde de la mode : de la stérilisation des nouveaux pics énergétiques à un investissement concret pour protéger le pouvoir d’achat des salaires en renforçant les conditions économiques et sociales des travailleurs, en passant par des interventions dans le domaine de la transition numérique et écologique et une nouvelle planification dans le domaine de l’internationalisation et de la communication. Le texte contient également un appel à de nouvelles initiatives en matière de protection des marques et du système de production. Il est urgent d’en faire l’une des priorités du pays », précise M. Capasa. La contrefaçon est un problème dans tous les secteurs, mais l’industrie du textile et de la mode est la plus touchée par le phénomène, avec une augmentation de 117 % des saisies entre 2020 et 2021 et plus de 55 % du total des saisies ». Le paquet proposé comprend des mesures législatives, administratives et de communication complètes pour protéger l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement. Filctem Cgil, Femca Cisl, Uiltec Uil  Ils demandent également « l’application des règles de protection de la prévention et de la sécurité au travail ; une nouvelle réduction du coin fiscal, de manière à ce que le filet de l’enveloppe salariale de ceux qui travaillent augmente ; des politiques contre la concurrence déloyale et les phénomènes de dumping contractuel » ; le renforcement des politiques de reshoring, afin que les entreprises italiennes puissent ramener dans le périmètre national leur production qui se trouve encore à l’étranger ; la nécessité de disposer de certaines ressources pour la formation technique et professionnelle, en utilisant au mieux ce qui est disponible dans le Fonds pour les nouvelles compétences et dans les Fonds interprofessionnels ; le soutien aux processus de conciliation des temps de vie et de travail. Nous avons besoin de politiques incitatives liées à des objectifs pour le respect de la légalité, pour l’application des contrats de travail nationaux signés par les syndicats les plus représentatifs, pour le maintien et l’augmentation des niveaux d’emploi. Et nous avons besoin de tableaux spécifiques, articulés et opérationnels qui puissent permettre au gouvernement de passer rapidement de la phase d’écoute des parties à celle de la « mise en œuvre exécutive » concrète.

Formation et bonnes pratiques 

Investir dans la formation professionnelle semble urgent et incontournable. Selon les données officielles du ministère de l’éducation, l’Italie compte 1 508 instituts professionnels, répartis en 11 adresses différentes. Parmi ceux-ci, les instituts dont l’adresse est « Industrie et artisanat pour l’Europe de l’Est ». fabriqué en Italie » (auquel le secteur du textile, de la mode et des accessoires se réfère) sont au nombre de 269. De l’espace, donc, pour les jeunes et les nouvelles marques de la mode italienne : il est nécessaire d’investir dans les nouvelles générations pour relancer concrètement la fabriqué en Italie. Et puis : réviser les règles pour une plus grande protection des marques afin d’enrayer la contrefaçon, en introduisant en Italie le système Nft (Non fungible token), un jeton qui garantit à tout produit une identité unique ; garantir davantage de droits aux travailleurs, en mettant fin à l’exploitation ; valoriser l’artisanat et le travail de qualité. Telles sont les demandes présentées par le conseiller national d’Unimpresa, délégué en tant qu’ambassadeur de la mode dans le monde, Margherita de Cles . « L’Italie est le troisième plus grand pays exportateur au monde avec une quantité importante de marques vendues à des sociétés financières étrangères. La valeur de fabriqué en Italie est extrêmement important et, par conséquent, il est nécessaire de créer les conditions pour exploiter tout le potentiel inexprimé, en donnant de l’espace aux jeunes et aux nouvelles marques. En outre, ces dernières années, de nombreuses entreprises italiennes de haute couture ont été vendues à des groupes étrangers : Versace au groupe américain Kors, Valentino au groupe qatari Mayhoola pour des investissements et ensuite Loro Piana, Fendi, Pucci et Acqua di Parma au groupe d’Arnaud, La Perla au groupe néerlandais Sapinda, le colosse Yoox Marchetti a vendu Yoox-net-à-porter à une société suisse, Gucci à Kering », a souligné le conseiller d’Unimpresa. Un autre thème abordé est celui des maîtres artisans et de l’excellence créative, qu’il faut consolider en assurant des incitations pour les jeunes, en encourageant la découverte de certains métiers peu recherchés et valorisés. « Il est absolument nécessaire de transmettre et de sauvegarder la main-d’œuvre qui crée l’excellence de ses propres mains grâce à ses compétences et à son flair. Ce patrimoine se perd avec la disparition des tailleurs d’atelier. Faites fabriqué en Italie ne se limite pas à la fabrication, par exemple, d’un vêtement, mais à la création de la beauté par le travail manuel et la force créative qui fait partie du savoir-faire italien. Il serait très utile de valoriser le secteur de la mode avec des personnalités de premier plan, comme cela a été fait dans le domaine de l’architecture avec Renzo Piano et de la musique avec Riccardo Muti. La  la formation, grâce aussi à la contribution de géants de la mode comme Armani ou Miuccia Prada, est l’élément principal de la réalisation,  la compréhension et le partage d’un authentique made in Italy.  Ce seront les jeunes Italiens ou Italiennes qui auront la tâche de transmettre cet héritage et de mettre de côté des carrières apparemment plus stimulantes avec l’illusion d’un emploi sûr. Ce n’est pas un hasard si Dior a choisi les Pouilles pour ses productions. Toute l’excellence se trouve dans le Sud et doit être valorisée et élevée à un niveau supérieur », affirme M. de Cles. Le monde de la création de costumes est extrêmement fascinant et complexe, avec sa propre dynamique et d’importantes opportunités professionnelles », déclare le directeur de l’Institut de l’audiovisuel européen. Polimoda  Massimiliano Giornetti -.  Dans les comédies musicales et le théâtre, mais aussi au cinéma et dans les séries télévisées, les costumes de scène sont essentiels pour délimiter les personnages, créer l’atmosphère adéquate, capter le spectateur ou rendre un spectacle mémorable. Les points de contact avec la création de mode sont nombreux, mais la conception de costumes pour les arts du spectacle requiert des compétences historiques et anthropologiques très spécifiques. Pour Polimoda, cette nouvelle ouverture est une évolution naturelle. Grâce à la collaboration avec des partenaires expérimentés tels que Lorin Latarro nous serons en mesure de former des costumiers capables d’apporter le savoir-faire de la mode italienne sur les scènes du monde entier ». Confirmant sa vocation internationale et sa volonté d’enrichir son offre éducative dans de nouveaux domaines artistiques et culturels, Polimoda présente une introduction à la création de costumes et anticipe le lancement d’un programme d’enseignement de l’anglais. nouveau cours dédié au métier de costumier pour octobre prochain. Pendant ce temps,  le site premier cours de formation pour l’industrie textile promu par leInstitut technique d’État « Tullio Buzzi  de Prato et Main d’œuvre . L’initiative fait partie d’un accord plus large, qui vise à activer une importante collaboration dans le domaine de la formation dans le but de soutenir l’emploi des jeunes et de fournir les compétences requises par les entreprises du secteur textile de Prato. Le premier cours de formation est consacré aux travailleurs de la filature et est organisé en collaboration avec l’agence pour l’emploi Manpower, partenaire du projet pour la formation et le placement des stagiaires dans le monde du travail. Grâce à sa connaissance particulière du territoire toscan et de son secteur de production, Manpower active des synergies entre le monde de l’éducation, les institutions, les candidats et les entreprises, afin de créer un cercle vertueux de connaissances, de compétences et d’expériences pour répondre aux besoins de développement du territoire. L’agence Manpower de Prato, en particulier, est présente dans la région depuis 25 ans et constitue un point de référence pour les entreprises et les particuliers, tant pour la formation que pour le placement. Manpower in Tuscany organise depuis plusieurs années des programmes de formation pour différents secteurs, tels que le cuir, l’orfèvrerie et la métallurgie, qui ont permis de placer des centaines de personnes dans des entreprises de la région. Alors que  Margherita Maccapani Missoni le mentor de la maîtrise en Commerce de la modeun des cours du nouveau master de mode Ied Florence , rencontre les étudiants de l’institut et partage ses expériences pour les aider à comprendre leur formation et leur approche du secteur. Troisième génération de la famille Missoni, petite-fille d’Ottavio et Rosita, Margherita Maccapani Missoni, dans son discours, souligne les différents aspects auxquels un professionnel devra faire face et l’importance de savoir dialoguer avec la production, la communication, le marketing, la vente au détail et les clients. Les créateurs de mode et les communicateurs de demain apprendront pendant une journée auprès des grands noms de la mode et de la créativité numérique. L’Institut Modartech  convoque les étudiants de première année des cours de diplôme de stylisme et de communication au Musée Piaggio de Pontedera (Pise) pour l’inauguration de l’année académique 2022/2023, ouverte par Pinko et Adobe.  « Cette année, nous enregistrons une augmentation importante du nombre d’adhérents et de collaborations pour développer nos activités », déclare Alessandro Bertini directeur de l’Istituto Modartech. – C’est un signe de l’attrait croissant de l’Institut, même en dehors des frontières de la Toscane. Ce qui nous donne également confiance, c’est notre réseau d’entreprises avec lesquelles nous collaborons, qui en un an seulement a augmenté d’une centaine d’entreprises, pour atteindre 800. Grâce à ces synergies, nous sommes en mesure d’offrir des moments de confrontation qui revêtent une importance stratégique pour nos étudiants, car de plus en plus d’entreprises recherchent des professionnels capables de combiner l’approche numérique et l’approche artisanale. Une méthode, celle-ci, que nous suivons depuis des années dans nos cours d’étude ». Le projet d’Altagamma atteint sa deuxième édition Adoptez une école créé en 2021 en coopération avec le ministère de l’éducation, qui continue à créer une relation vertueuse entre les écoles techniques et professionnelles et le monde industriel et ainsi répondre aux besoins les plus actuels des entreprises créatives qui ont aujourd’hui besoin de talents manufacturiers : 17 marques liées à 17 écoles secondaires techniques et professionnelles. Ou qui aiment Tod’s  a lancé le programme Ateliers d’artisanat . Deuxièmement Matteo Lunelli président d’Altagamma, « le savoir faire est au cœur de l’excellence de l’Union européenne ». fabriqué en Italieest un élément distinctif de nos créations et trouve ses racines dans l’histoire et les traditions de notre pays. C’est pourquoi la Fondazione Altagamma s’engage depuis des années à former et à protéger les chaînes d’approvisionnement des hautes industries culturelles et créatives italiennes, et nous avons l’intention de continuer dans cette direction. Avec le projet Adoptez une école nous voulons renforcer les connaissances et les compétences artisanales et techniques, qui sont indispensables à notre industrie, en combinant les besoins des entreprises et les besoins de formation des écoles ». Le projet, ajoute Stefania Lazzaroni Le concept de l’enseignement supérieur, tel que défini par le directeur général d’Altagamma, « implique un processus de collaboration codifié qui tend à réduire l’écart entre la demande et l’offre de ces profils en intégrant des programmes éducatifs répondant aux besoins les plus actuels des entreprises. L’étude Altagamma-Unioncamere a mis en évidence une importante difficulté à trouver des talents dans le secteur manufacturier : on estime que 346 000 professionnels sont nécessaires, mais seul un sur deux sera identifié. Un paradoxe dans un pays qui connaît un taux de chômage des jeunes de 23 % ». Le site Vallée des tricots  dans le triangle textile entre Reggio Emilia, Modène et Bologne. Un domaine spécialisé dans la conception et la production de tricots de luxe créés par Smt-Società manifattura tessile,  leader dans le domaine de la conception et de la production de tricots et de vêtements de luxe. Nouveau Nicol  – la production de tricots de luxe pour femmes. Le nouveau district est rendu possible par l’accord d’investissement contraignant pour l’acquisition par Patronage  par l’intermédiaire de sa filiale Smt, une société active dans la conception, l’ingénierie, le développement, le prototypage et la production de lignes de vêtements pour les grandes marques les plus prestigieuses du monde, de 100 % de Nuova Nicol. Le Groupe Pattern compte aujourd’hui 12 entreprises (13 sites) dans sept régions, avec un total d’environ 850 employés et un chiffre d’affaires consolidé pro-forma 2021 du Groupe, qui n’inclut pas encore Nuova Nicol, de plus de 100 millions d’euros. Geely  – le groupe chinois qui contrôle des marques telles que Volvo Cars, Polestar, Lotus, Lynk&Co., Smart, Proton, Geometry, entre autres, et qui est le plus grand actionnaire de Volvo AB et de Daimler AG – annonce l’ouverture de Geely Innovation Design Center Italie  (Gidci), un nouveau centre de créativité et de design situé au centre de Milan, dans la Torre Diamante, dans le quartier de Porta Nuova. Ouvert début janvier 2023, le centre de design est actuellement en train de recruter et d’organiser tous les aspects logistiques. L’ouverture d’un pôle européen de design et d’innovation dans l’une des capitales mondiales de la mode et du design », souligne une note, « était fortement souhaitée par la direction de l’entreprise, afin d’affirmer le rôle central de la créativité dans le présent et l’avenir de la marque. Le centre de design de Milan « a pour objectif de devenir un partenaire clé du siège de Geely à Shanghai et d’autres centres de design à l’étranger, en travaillant sur des programmes de recherche et de développement pour les voitures conceptuelles et les véhicules de série et en agissant comme un groupe de réflexion pour tous les créatifs du groupe ». La tâche spécifique du Geely Innovation Design Center Italy sera d’être une force clé pour les projets de croissance du groupe Geely, pour la définition de stratégies internationales et le développement de produits pour de nouveaux marchés. Le Design Center de Milan se veut « un environnement de travail dynamique qui vise à devenir un incubateur de talents fructueux, où le mélange de nombreuses cultures peut catalyser et consolider les énergies créatives ». Geely annonce que le recrutement est désormais ouvert pour le personnel de Gidci, « garantissant aux candidats la solidité d’un grand groupe combinée à une stratégie de croissance et d’expansion pour l’avenir ». Les designers qui souhaitent obtenir de plus amples informations sur les postes à pourvoir et sur la manière de postuler peuvent écrire à l’adresse suivante [email protected]  ou visitez la page Linkedin de Geely Design  https://www.linkedin.com/company/geelydesign/ . Une nouvelle vie pour la laine, un développement pour la terre  fait partie des activités promues par le projet Tramando s’innova financé par la Région Lombardie et la Région Sardaigne. Le projet a été créé pour promouvoir le développement intégré de la filière laine, en créant des synergies entre le monde rural et le monde artisanal et industriel.  Un objectif qui plonge ses racines dans un passé glorieux. La production et la transformation de la laine ont longtemps caractérisé la fortune de notre pays, qui est cependant aujourd’hui un producteur de grandes quantités de « laine grasse « (brutes, imprégnées de graisses et d’autres impuretés) produites par notre société. huit millions de moutons . En Italie, on estime que la production annuelle de ce type de laine, qui n’est pas compétitive sur les marchés internationaux, est d’environ 12 mille tonnes à une moyenne d’environ 1,5 kg par tête. Le résultat est que la laine tondue reste souvent invendue et que la production devient un coût très élevé pour les agriculteurs. En effet, si la laine n’est pas collectée à la ferme, elle doit être éliminés comme déchets spéciaux,  avec de lourdes charges économiques et de gestion pour l’agriculteur. En effet, la laine, selon la législation européenne, est considérée comme un sous-produit animal spécial car, étant souillée, elle peut contenir des agents pathogènes et son élimination nécessite donc des procédures et des directives précises. C’est sur ce concept que le Tramando s’innova  qui vise à valoriser la laine et sa filière, région par région, à travers un Manifeste présentant des propositions concrètes pour remettre cette ressource en circulation de manière écologique et solidaire. Mais ce n’est pas tout, le projet comprend également des actions visant à soutenir le monde de l’élevage ovin et à protéger les races en voie d’extinction. Objectifs : transformer la laine de des déchets en une ressource  en commençant par la modification de la réglementation européenne qui la réduisait au statut de déchet spécial ; en créant des centres de lavage et de stockage de la laine dans certaines zones de notre pays, notamment dans la région de Bergame, où sont encore préservées des connaissances technico-professionnelles capables de garantir les normes nécessaires à une filière de qualité. En effet, la fermeture du dernier centre italien de lavage de la laine dans le nord de l’Italie, qui a eu lieu en 2018 précisément à Gandino, a généré des répercussions négatives sur l’ensemble du système lainier. Il faut également insister sur la sensibilisation et la formation des éleveurs, afin qu’ils pratiquent la tonte de la meilleure façon pour obtenir des laines sélectionnées de qualité. Enfin, il serait souhaitable de continuer à promouvoir et à encourager, par le biais de réglementations spécifiques, l’utilisation de la laine également dans d’autres secteurs : engrais (kératine), cosmétiques (kératine et lanoline), bioplastiques et biomatériaux (laine en poudre et ingénierie tissulaire), isolation thermique et acoustique (bâtiment durable), absorbant (pollution marine), paillage (horticulture), en plus des diverses utilisations dans le textile. Combiner technologie et créativité pour rapprocher les jeunes des opportunités ouvertes par la numérisation de l’industrie de la mode et stimuler la construction de chaînes d’approvisionnement numériques et respectueuses de l’environnement. C’est l’objectif de la collaboration entre Dedagroup Stealth  et leUniversité Iuav de Venise . L’entreprise a en effet mis sa plateforme en ligne à la disposition des étudiants du Laboratoire avancé de techniques et matériaux pour la mode, qui fait partie du cursus Arts visuels et mode. Bsamply  comme canal d’approvisionnement en matières premières. Faisant partie de l’écosystème de services et de solutions de Dedagroup Stealth, Bsamply favorise la numérisation de l’industrie et met en relation les fournisseurs de matières premières (des tissus aux fils, du cuir aux accessoires) et le monde de la mode et de la décoration intérieure. Les étudiants peuvent y trouver, échantillonner et commander des matières premières auprès de fournisseurs qualifiés, entrer en contact avec les fabricants de vêtements les plus appropriés pour réaliser leurs projets. mini-capsule collection . Bsamply offre également la possibilité – aux concepteurs et aux entreprises – de choisir les entreprises qui reflètent le mieux les exigences de transparence et de traçabilité, conformément à la sensibilité croissante envers la durabilité.

La mode cherche des avocats pour faire la chasse aux contrefaçons 

Cependant, la contrefaçon reste l’un des éléments les plus dommageables pour la mode italienne. Dans un marché de plus en plus mondialisé et numérique, la demande en matière de avocat de la mode des avocats capables de traiter toutes les questions juridiques qui peuvent se poser. « Celle de l’avocat de la mode, » dit Matilde Reggiani est une profession dans le domaine juridique qui gagne en popularité. Nous trouvons une, voire de véritables divisions, au sein des plus importants cabinets d’avocats spécialisés dans la protection des droits d’auteur. Ces derniers temps, nous avons assisté à la création de bureaux d’entreprise dédiés, tant dans les grands noms que dans les petites entreprises, afin qu’il y ait un présidium constant et ponctuel de cette matière, qui est vraiment très complexe. Les données dont nous disposons sont éloquentes : selon notre observatoire, le nombre de demandes d’avocats spécialisés dans ce domaine a augmenté de 10 % l’année dernière ». Pour s’engager dans cette voie professionnelle, il faut évidemment obtenir un diplôme de droit et le titre d’avocat en passant l’examen d’État. A cela s’ajoute ensuite un cours de spécialisation dans la mode. L’Académie du luxe Certaines universités (comme la Statale de Milan ou la Luiss de Rome) proposent des masters de niveau II qui visent à transmettre une formation juridique hautement qualifiée et internationale. Le travail de l’avocat de la mode est très complexe. Celui qui aborde ce secteur doit nécessairement avoir une forte vision pluridisciplinaire et transversale qui implique également certains aspects du marketing. Une compréhension précise de la logique du système de la mode et d’excellentes compétences interpersonnelles sont également essentielles. Ces professionnels devront assister les clients dans les phases de conception, d’image de marque, de planification, de production, de distribution et de promotion des produits et services. En outre, ils devront également les soutenir dans la protection de la marque et la gestion d’éventuels litiges. « Un autre aspect nouveau et extrêmement intéressant », conclut Reggiani, « concerne le marketing des influenceurs, où l’avocat de la mode entre en jeu à la fois pour soutenir la marque et pour soutenir l’influenceur individuel. Il existe donc une masse de clients potentiels qui ont aujourd’hui besoin d’un soutien juridique. Il s’agit d’un marché extrêmement complexe et varié, mais très rémunérateur : on parle d’honoraires d’environ 15 mille euros pour l’engagement d’une procédure préventive sommaire et se concluant en 30 jours, jusqu’à 30 mille pour l’engagement d’une procédure ordinaire au fond. Un avocat spécialisé dans la mode ayant entre deux et cinq ans d’expérience peut percevoir des honoraires compris entre 30 000 et 35 000 euros bruts par an, en fonction bien sûr de la taille du cabinet ou des clients qu’il assiste ».

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *