dim. Jan 29th, 2023

La qualité du travail en Italie suit deux voies différentes. Les entreprises et les travailleurs du Centre-Nord sont promus, le Sud, les jeunes et les femmes restent à la traîne. C’est le résultat de la cinquième enquête sur la « qualité du travail » réalisée par les chercheurs de l’Institut national d’analyse des politiques publiques.  (INAPP) qui a impliqué plus de 15 000 employés (âgés de plus de 17 ans) et 5 000 entreprises dans tout le pays. . ce qui place notre pays dans une sorte de « milieu » entre ceux où la qualité du travail est plus élevée, comme les pays scandinaves, mais aussi l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse et les pays d’Europe de l’Est, qui sont en bas du classement, principalement en raison de la faible protection du marché du travail et de l’environnement de travail (OCDE).

Italie demi-promue en bref. En particulier, 24% des travailleurs perçoivent leur santé comme étant à risque sur le lieu de travail, cet aspect étant plus préoccupant dans le Sud (28%) et chez les fonctionnaires (30%). En outre, plus d’un tiers des travailleurs (37%) déclarent ne disposer d’aucune flexibilité en matière d’horaires de travail, un pourcentage qui atteint 42% chez les femmes, surtout si elles sont employées du secteur public (50%). Un autre élément critique concerne l’immobilité dans les carrières professionnelles, qui concerne 69% des employés et a des valeurs plus élevées chez les fonctionnaires et les jeunes de 18 à 34 ans (73%). En outre, on observe une routinisation croissante des activités professionnelles, qui touche particulièrement les travailleurs du sud de l’Italie, où 71% des salariés déclarent effectuer des activités répétitives, et ceux qui travaillent dans des micro-entreprises de moins de cinq salariés (68%).

Lire aussi:  Inps. L'embauche augmente avec les avantages

La recherche introduite par le président de l’Inapp, Sebastiano Fadda, a été présentée ce matin à Rome lors d’une journée d’étude à l’Auditorium de l’Institut, en présence notamment de Romolo de Camillis, directeur général des relations de travail et des relations industrielles du ministère du Travail, les secrétaires confédéraux aux politiques du travail Tania Scacchetti (CGIL), Giulio Romani (CISL) et Ivana Veronese (UIL), le directeur du secteur du travail de Confindustria, Pierangelo Albini, et les responsables du secteur du travail de Confcommercio et Legacoop Guido Lazzarelli et Antonio Zampiga.

« Les résultats de l’enquête montrent que les entreprises qui ont misé sur l’innovation, le changement organisationnel et une bonne gestion des ressources humaines ont réussi à construire une « forteresse vertueuse » capable de résister aux chocs et de générer une qualité de travail élevée », a expliqué le président Fadda. « Ce sont, en effet, les entreprises capables de combiner le partage et la participation des affaires, une grande flexibilité organisationnelle, une propension au travail intelligent et une forte orientation vers l’innovation et le changement, qui ont payé le moins cher le prix de la récente crise sanitaire » : seuls 11% d’entre eux affirment avoir été fortement affectés négativement par la crise Covid, contre une incidence moyenne de 21%. En revanche, les entreprises « traditionnelles » sont celles qui ont le plus souffert.

Pour accroître la qualité du travail, les analyses indiquent que nous devons améliorer la gestion des ressources humaines et nous concentrer sur l’innovation. Celles qui l’ont fait, nous parlons de 8% des entreprises italiennes, ont vu leur compétitivité augmenter sur les marchés et en même temps la qualité du travail de leurs employés. Ce sont les entreprises « intelligentes », comme les a baptisées Inapp. Des entreprises qui se caractérisent également par une large participation à la fois à la planification des activités (54,1% des cas), à la discussion des changements organisationnels (73,6%) et à l’attention portée à la question de l’équilibre vie professionnelle-vie privée (81%). Pour ces entreprises, la qualité du travail n’est pas un coût, mais plutôt un moteur. Parmi les entreprises « intelligentes », l’introduction de changements et d’innovations a généré une augmentation de la productivité dans 85% des cas et de 78% du chiffre d’affaires, mais aussi, dans environ 70% des cas, une augmentation du bien-être et de la motivation des travailleurs. Dans ces entreprises, les travailleurs bénéficient également d’une plus grande stabilité de l’emploi (dans 91% d’entre elles, il n’y a pas de travailleurs temporaires, et dans 78% des cas, la précarité entraîne une stabilisation ultérieure).

Lire aussi:  Essence. Voici les meilleures applications pour trouver les stations-service les moins chères

Outre les entreprises intelligentes, l’étude fait apparaître trois autres catégories d’entreprises : les entreprises « traditionnelles de qualité » (50 % des entreprises italiennes) avec un niveau élevé de travailleurs permanents, une faible propension au travail intelligent et un niveau d’innovation moyen ; les entreprises « hybrides » caractérisées par un niveau élevé de travailleurs à durée déterminée et une faible propension au travail intelligent (20 % des entreprises italiennes) et, enfin, les entreprises « résilientes » en termes de gestion des ressources humaines et d’innovation (16 % des entreprises italiennes).

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *