lun. Jan 30th, 2023

La technologie, l’accent mis sur la culture d’entreprise et le bien-être des ressources, les professionnels de plus en plus spécialisés. Nous pourrions résumer le marché du travail 2023 de cette façon.  Les bonnes opportunités ne manqueront pas pour ceux qui travaillent dans les domaines de l’informatique, du numérique, de l’ingénierie et des infrastructures, mais les entreprises ne peuvent pas ne pas tenir compte d’un certain degré d’incertitude quant à l’avenir. Selon le Bulletin de Système d’information Excelsior,  produit par Unioncamere et Anpal,  504 mille travailleurs ont été recherchés par les entreprises en janvier et 1,3 million pour le premier trimestre de l’année : 46 mille embauches de plus qu’en janvier 2022 (+10,1%) et +149 mille embauches (+12,9%) en prenant comme référence l’ensemble du trimestre. La demande de travail attendue en début d’année est supérieure aux niveaux d’avant Covid et s’élève à +14% (+62 mille embauches) par rapport à janvier 2019. Cependant, il est  la croissance du inadéquation entre l’offre et la demande de travail, passant de 38,6 pour cent l’année dernière à 45,6 pour cent, soit environ 230.000  recrutement.  Le manque de candidats est la raison la plus fréquemment citée par les entreprises (27,8%), suivie par une préparation inadéquate (13,5%) et d’autres raisons (4,3%). Selon le marché de l’emploi, les cadres (66,1%), les ouvriers spécialisés (61,9%), les techniciens (51,6%), les conducteurs d’installations (49,0%), les professions intellectuelles, scientifiques et hautement spécialisées (47,5%) et les professions qualifiées du commerce et des services (41,0%) sont les plus difficiles à trouver. Alors que leenquête Enquête Meos-ManpowerGroup sur les perspectives d’emploi  sur les perspectives d’emploi pour le premier trimestre de l’année montre à quel point les employeurs italiens prévoient une augmentation de l’embauche, avec une prévision nette d’emploi de +10%, après correction des variations saisonnières. Bien que positives, les prévisions montrent une baisse de confiance tant par rapport au trimestre octobre-décembre 2022, où elles étaient de +13%, que par rapport au premier trimestre de l’année dernière, où les perspectives d’embauche avaient atteint un niveau record de +29%, suite au rebond post-pandémie. Les plus optimistes sont les employeurs du secteur de l’énergie (+25%), des technologies de l’information (+20%) et de l’industrie (+15%). « Les employeurs italiens font preuve d’une forte résilience face à la situation économique internationale difficile, continuant à croire en l’avenir et à investir dans les nouvelles embauches, bien que dans une moindre mesure qu’au dernier trimestre de 2022 – expliquea Anna Gionfriddo,  Directeur général de ManpowerGroup Italie –.  La demande de figures technologiques et spécialisées reste élevée. En particulier, la dynamique particulière des marchés de l’énergie nécessitera une injection importante de talents dans les entreprises italiennes du secteur, grâce également aux fonds Pnrr qui lui sont consacrés, ce qui en fera le secteur moteur du trimestre qui vient de commencer ».. Au premier trimestre de l’année, les employeurs des quatre macro-régions italiennes prévoient d’augmenter leurs effectifs. En particulier, les entreprises du Nord-Ouest sont encore plus optimistes aujourd’hui que lors de la précédente période analysée : les perspectives d’embauche à +12%, alors qu’elles étaient de +9% pour le dernier trimestre de 2022. Les employeurs du reste du pays, en revanche, sont plus prudents : les prévisions sont de +9% pour le Nord-Est et de +8% pour le Sud et les îles, et une perspective sensiblement stable pour le Centre avec +3%. En outre, le secteur de l’énergie prévoit +25% d’embauches entre janvier et mars. L’informatique suit de près avec +20%. Les perspectives sont également positives pour l’industrie (+15%), les biens et services de consommation (+12%) et la finance et l’immobilier (+11%). Le secteur des services de communication est stable, tandis qu’une légère baisse est attendue pour le secteur de la santé et des sciences de la vie (-1%). L’étude de Meos révèle également une inquiétude généralisée quant aux perspectives du trimestre pour le secteur Transport, logistique et automobile, qui enregistre une baisse de -17% des prévisions d’embauche. Les meilleures perspectives d’emploi sont attendues par les grandes entreprises (+12%), et par les petites entreprises avec +11%. Les perspectives pour les entreprises de taille moyenne sont également positives (+9%), tandis qu’elles resteront plus ou moins stables pour les micro-entreprises (+2%). Presque toutes les organisations anticipent un climat d’emploi en baisse par rapport à la fin de l’année dernière : par rapport au quatrième trimestre 2022, la baisse est de -7% pour les grandes entreprises, -6% pour les microentreprises, -5% pour les entreprises de taille moyenne. Seules les petites entreprises vont à l’encontre de la tendance et améliorent leurs prévisions de 5% par rapport au trimestre précédent. « L’Italie (et plus généralement l’Europe du Sud) – fait remarquer Davide Boati , directeur exécutif du Groupe Hunters – devient de plus en plus un pôle technologique d’un certain niveau et cela se traduit évidemment par une demande toujours plus forte de professionnels hautement spécialisés. Selon les données du Hunters Group, en effet, les opportunités pour les personnes travaillant dans les secteurs de l’informatique, du numérique, de l’ingénierie et des infrastructures vont croître de 15 à 25 %. Pour attirer et retenir les meilleurs talents, les entreprises devront repenser leurs processus de sélection, mais surtout leur proposition de valeur à long terme, en évaluant soigneusement la manière dont la culture d’entreprise est perçue par leurs employés et son impact sur leur bien-être. L’incertitude quant à l’avenir peut également pousser les entreprises à renforcer les compétences déjà présentes dans l’entreprise en mettant en place des programmes de formation continue pour les ressources. Ceci, avec d’autres, représente un excellent outil pour retenir les personnes, qui sont de plus en plus attentives à leur propre bien-être, mais aussi à ces avantages que nous pourrions définir comme non monétaires, mais qui sont certainement très importants pour l’avenir professionnel de chaque candidat ».. Voici cinq points essentiels pour interpréter 2023 et se préparer à ce que la technologie apportera à notre vie professionnelle et non professionnelle. Le point de vue de Robert Blumofe, vice-président exécutif et directeur technique d’Akamai. ,  selon lequel l’incertitude économique et le travail hybride seront les moteurs du développement technologique, l’accent devra être mis de plus en plus sur la cybersécurité, et le métavers sera de plus en plus à portée de main. En 2023, l’incertitude économique entraînera une évolution du cloud.  Deux facteurs déterminent les besoins actuels en matière de cloud computing : la demande d’applications modernes et la résistance aux hyperscalers. Le développement des applications d’aujourd’hui est complexe : elles se composent de microservices et chaque microservice nécessite souvent un traitement dans un endroit différent (bord, noyau dur ou une position intermédiaire), afin d’optimiser les performances et de minimiser la latence. Le nuage, ainsi que le bordne sont plus suffisants. Pour compliquer la situation, les conditions macroéconomiques actuelles amènent les entreprises à réexaminer leurs dépenses en matière de cloud computing et à explorer de nouveaux moyens de réduire des coûts en constante augmentation. D’autres entreprises, en revanche, tentent de limiter leurs dépenses auprès des fournisseurs de services en nuage, qui sont des concurrents directs de leur activité principale. La combinaison de ces deux facteurs entraînera un énorme changement dans la façon dont les entreprises travailleront avec les fournisseurs de cloud en 2023. La compétition entre le bureau, le travail à distance et le travail hybride sera gagnée par la technologie.  En 2023, la concurrence entre le travail à distance, au bureau et hybride persistera. Le gagnant ne sera pas déterminé par les entreprises ou les employés, mais par la technologie, car cL’informatique d’entreprise a connu un changement radical : le lieu où se trouve un employé n’a plus d’importance pour l’architecture du réseau de l’entreprise. Depuis que les applications ont été déplacées du bureau et des centres de données locaux vers le cloud, les employés travaillent, de facto, à distance. Du point de vue des modes d’accès, les employés doivent être traités comme s’ils travaillaient toujours à distance, même lorsqu’ils sont au bureau. S’il est mis en œuvre correctement, il en résultera une architecture simplifiée, une sécurité accrue et de meilleures performances. Les technologies qui facilitent la collaboration vont continuer à progresser. Si les interminables appels Zoom continueront d’inspirer l’humour dans le monde de l’entreprise, le recours aux appels vidéo continuera de stimuler l’innovation dans les technologies de collaboration. Bien que l’ère du métavers d’entreprise ou des fêtes de Noël en Vr soit encore loin, nous devons garder un œil sur les acteurs de ce nouvel espace : ils vont bouleverser notre façon de travailler. Les effets des cyberattaques deviendront plus évidents dans le monde réel.  Nous avons assisté à une évolution des cyberattaques, avec la prolifération des ransomwares et des attaques DDoS. as-a-service. Les organisations criminelles ont fait des cyberattaques une activité reproductible et évolutive et, malheureusement, cette tendance ne disparaîtra pas en 2023. Au contraire, nous assisterons à une aggravation de leur impact, notamment sur les infrastructures du monde réel. Les cyberattaques ne viseront pas seulement des données ou un ordinateur dont nous n’avons jamais entendu parler, mais auront un impact réel sur la possibilité d’acheter de l’essence, de faire des courses et d’obtenir des soins médicaux. La solution à ce problème sera complexe et multiforme et nécessitera une collaboration public-privé, un investissement solide dans la sécurité de la chaîne d’approvisionnement des logiciels et l’adoption du principe du moindre privilège (moindre privilège) comme philosophie de sécurité dans tous les domaines. Les progrès réalisés dans le domaine de l’intelligence artificielle entraîneront une « frénésie » d’hameçonnage.  Pour ce qui est de l’avenir, nous pouvons prédire que les progrès continus de l’IA, tels que ceux observés dans des systèmes comme le GPT-3, feront de l’IA un élément essentiel de l’économie. harponnage (spear phishing) plus persuasif, évolutif et répandu. Ces systèmes seront capables de composer des millions de messages électroniques ou de SMS, chacun étant adapté à un destinataire individuel et présentant des caractéristiques « humaines » crédibles. Cela représentera un défi de taille pour les technologies anti-hameçonnage existantes et rendra la détection des communications suspectes beaucoup plus difficile pour les utilisateurs. Il s’agit d’une technique d’ingénierie sociale automatisée et exécutée à grande échelle, qui entraînera une augmentation spectaculaire des attaques par hameçonnage. Enfin, le métavers rejoint le monde réel.  L’enthousiasme pour le métavers et la possibilité qu’il transforme notre façon de nous socialiser, de travailler et de nous divertir est très répandu. Cependant, 2023 sera l’année où ce buzz se transformera en réalité : un monde numérique global existera peut-être tôt ou tard, mais cette réalité est encore loin, tandis qu’à court terme, la réalité du métavers ressemblera beaucoup plus aux jeux interactifs. Avant de pouvoir créer un véritable métavers, des progrès considérables devront être réalisés en matière d’informatique et de technologie des dispositifs portables. Dans ce scénario, les plus grandes opportunités professionnelles se concentreront sur ces profils :

Lire aussi:  Le rapport. Les métallurgistes font preuve de résilience, mais le défi consiste à ajuster les salaires

Expert en marchés numériques.  Il est  les experts des plates-formes de commerce électronique qui jouent le rôle de ciment entre le vendeur et la plate-forme elle-même. Ils sont également responsables de la gestion et du fonctionnement des différentes places de marché d’un commerce électronique. L’objectif principal de leur travail est d’optimiser au mieux les investissements que le commerce électronique réalise sur ces canaux de vente, afin de maximiser les résultats. Le salaire annuel brut se situe entre 30 000 et 40 000 euros.

Consultant en cybersécurité . Cette figure est chargée d’analyser la vulnérabilité des systèmes de l’entreprise et de trouver des solutions appropriées. Il est chargé de prévenir et de résoudre les menaces à la sécurité des réseaux informatiques et des archives de données. Son rôle est fondamental au sein de l’entreprise, car il contribue à préserver l’intégrité et la confidentialité des systèmes informatiques de l’entreprise et des données en sa possession. Mais pas seulement : son rôle consiste également à développer des programmes et des outils personnalisés pour l’entreprise et à fournir une assistance pour l’installation et la maintenance des logiciels et des pare-feu. Le ration moyen de ces chiffres se situe entre 35 000 et 40 000 euros.

Directeur technique Infrastructure/Construction.  Ce poste relève directement de la direction générale et est responsable de la planification des commandes et de l’ordonnancement du travail. Il analyse et optimise le processus de production dans le respect des délais, du budget et des normes de l’entreprise en matière de qualité, de sécurité et de protection de l’environnement. Il a également pour tâche d’approuver, en accord avec la direction administrative, le budget des commandes et les révisions éventuelles ; il définit les procédures des systèmes de gestion des commandes et met en œuvre toutes les prescriptions prévues à sa charge dans les systèmes de gestion de la sécurité et de l’environnement, en supervisant leur mise en œuvre ; il traite toutes les objections éventuelles du client ainsi que les non-conformités, en identifiant les actions correctives nécessaires. En outre, il prépare les données et les documents nécessaires à l’exécution des comités techniques de l’ordre de mission. Sa rémunération annuelle brute débute à 70 000 euros et peut aller jusqu’à 90 000 euros.

Responsable de l’automatisation.  Il est chargé de concevoir, planifier et contrôler, également de manière automatique, des systèmes d’automatisation pour des machines, des processus, des installations, des produits ou des services divers. Ce personnage possède donc des compétences très variées, combinant les compétences plus classiques de l’ingénierie traditionnelle avec les nouvelles orientations de la technologie. Ses tâches vont de la conception des systèmes à l’identification des composants électroniques et mécaniques qui seront utilisés pour réaliser le système, en passant par la création de prototypes, de modèles mathématiques et de logiciels de contrôle. Sa fourchette de rémunération se situe entre 50 000 et 80 000 euros.

Développeur d’affaires Secteur de l’énergie . Communément placé dans le département de l’innovation et du développement, ce personnage s’occupe de la définition de tous les aspects technico-processuels afin de réaliser les bons investissements pour le fonctionnement des usines. Comme tout s’inscrit dans des contextes territoriaux spécifiques, le personnage doit avoir une forte connaissance de tous les processus d’autorisation et donc de tout ce que l’on appelle communément la phase d’autorisation, de l’approbation à la vérification des analyses environnementales, des analyses réglementaires et des contraintes paysagères. Pour ce professionnel, le RAL se situe entre 60 000 et 85 000 euros.

Autres opportunités en 2023 

Une plateforme innovante qui, par le biais d’une solution en nuage basée sur un algorithme d’intelligence artificielle qui garantit que les clients ne reçoivent que les candidatures réellement compatibles avec leurs critères de collaboration, simplifie et rationalise le processus de recherche, de sélection et d’embauche de partenaires technologiques et de profils techniques pour le développement de logiciels. Ce sont TimeFlow , la start-up fondée par Lorenzo Danese, Federico Patrioli, Gianmarco Ferrante et Iacopo Albanese qui a mis au point un algorithme qui recherche, analyse et profile les entreprises technologiques en Europe et propose les meilleures Il s’agit de professionnels pour leur projet en analysant les besoins et les exigences d’engagement. Trouver des développeurs de logiciels et des consultants en informatique disponibles est compliqué : environ 53% des entreprises européennes peinent à trouver des informaticiens disponibles dont les compétences correspondent à leurs besoins . TimeFlow est un outil innovant qui simplifie la recherche par les entreprises de développeurs de logiciels et de prestataires de services informatiques compétents et qualifiés . La start-up veut innover leTechnologies de l’information. Comment ? Grâce à une plateforme logicielle intelligente qui met en relation les entreprises au niveau international en fonction des compétences qu’elles recherchent et offrent. Grâce à un algorithme de Apprentissage automatiqueLa plateforme de gestion des fournisseurs effectue une analyse en temps réel de la compatibilité entre les exigences technologiques indiquées par les clients lorsqu’ils publient leurs projets sur la plateforme et les compétences offertes par les entreprises technologiques enregistrées, afin d’identifier la meilleure correspondance. Avec +900%  de revenus par rapport à l’année dernière, la start-up dont le siège social est situé dans l’État de New York. Lecce  et un autre endroit à Milan,  plus de 500 entreprises clientes et plus de 25 000 entreprises technologiques profiléese L’équipe est composée de 17 personnes travaillant en mode intelligent et flexible.  » Ici, il n’y a pas de cartes de pointage à perforer ou d’heures fixes à respecter, chaque membre de l’équipe peut décider où et quand travailler.e »– déclare Lorenzo Danese, cofondateur de TimeFlow. D’ici 2023, la start-up prévoit d’embaucher davantage de ressources et d’atteindre 23 employés. Trois postes sont actuellement ouverts. La startup est en fait à la recherche d’un mecteur de marketing , trois développeur commercial  et un Expert Ux/Ui.  I candidats intéressés peuvent s’adresser par écrit à job@timeflow.it  ou en postulant à des postes ouverts à l’adresse suivante Linkedin.

Lire aussi:  L'étude. Livraison de colis à domicile : boom des émissions nocives

Cela fait 30 ans qu’Action  a ouvert son premier magasin à Enkhuizen, aux Pays-Bas, et depuis lors, sa croissance n’a jamais cessé. Aujourd’hui, le discounter non alimentaire à la croissance la plus rapide d’Europe emploie plus de 65 000 personnes de plus de 124 nationalités différentes dans dix pays européens, dont l’Italie. Action propose un assortiment en constante évolution d’environ 6 000 produits à plus de 12 millions de clients dans plus de 2 133 magasins en Europe et à huit millions d’utilisateurs sur le site web de l’entreprise.  action.com  chaque semaine. Cet anniversaire est aussi l’occasion de confirmer l’intérêt de la marque pour le marché italien avec un plan d’expansion qui prévoit de doubler le nombre d’ouvertures cette année par rapport à 2022. En Italie, l’enseigne a fait ses débuts en avril 2021 pour un total de 28 magasins – dont 21 ouvriront dans la seule année 2022 – répartis entre la Lombardie (16), le Piémont (9) et la Vénétie (3), dernière région dans l’ordre chronologique où Action a fait son entrée en juillet dernier. Cette année encore, la marque a embauché 500 personnes, pour atteindre un total d’environ 600 employés. En 2023, Action visera à couvrir davantage le nord de l’Italie et à s’étendre aux régions centrales, doublant ainsi sa taille. Afin de soutenir la croissance de son réseau de magasins en Italie, Action a récemment annoncé une campagne de recrutement pour plus de 700 postes ouverts .

« Maintenant, nous devons essayer d’envisager l’avenir avec un certain optimisme, en 2022, nous avons eu plus de 150.000 entrées par rotation et 14.000 entrées supplémentaires nous aurons la même taille en 2023, nous continuerons les travaux de remplacement ». C’est ce qu’a déclaré le ministre de la Pa Paolo Zangrillo. «  Il est nécessaire de vivre le turnover non pas comme un simple remplacement quantitatif, a expliqué le ministre, mais en dotant les administrations publiques de compétences adéquates, il y a les structures qui peuvent accompagner le processus de formation des personnes, mais cela dépend aussi de la sensibilité des administrateurs locaux.

La transition énergétique nous place devant une urgence : pour conduire le changement, nous avons besoin de professionnels compétents, capables d’apporter leur contribution pour relever les défis futurs. C’est précisément pour répondre au besoin croissant de profils techniques et opérationnels que, l’automne dernier, la Commission européenne a lancé un appel à candidatures. Le groupe Hera s’est lancé dans la société de recrutement ManpowerGroup  une campagne massive d’acquisition de talents, qui comprend des investissements importants dans l’employabilité des personnes. Un projet qui est aussi le résultat d’une longue phase d’écoute des fournisseurs qui soutiennent le Groupe dans la gestion des services. Globalement, d’ici 2023, les entreprises de services publics multiples et les fournisseurs embaucheront les personnes suivantes 300 opérateurs, dont des techniciens en plomberie et en électricité, des compteurs de gaz et d’eau, ainsi que des diplômés récents, principalement en ingénierie.  D’abord sélectionnées sur la base de leur profil d’aptitude, puis formées en classe et en ligne, les 19 premières ressources, dont des ingénieurs et des profils opérationnels, ont été embauchées ces dernières semaines. Les candidats ont notamment été placés dans le groupe Hera et ses filiales en Émilie-Romagne (principalement dans le département des eaux, chez Heratech et chez Inrete Distribuzione Energia) et dans le Nord-Est (chez AcegasApsAmga et Hera Servizi Energia) : ce sont des ingénieurs et des exploitants de réseaux et d’installations de gaz, d’eau et d’électricité. En outre, il est déjà prévu le lancement prochain de nouvelles salles de cours pour la formation et le recrutement ultérieur de 150 autres profils techniques et opérationnels  à mettre en selle pour la transition énergétique, dont une soixantaine dans des entreprises connexes. La campagne d’acquisition de talents se poursuit toutefois et les fournisseurs du Hera Group eux-mêmes peuvent encore profiter des formations et des compétences distinctives mises à disposition par le multi-utilitaire pour recruter de nouveaux profils spécialisés et opérationnels. Parce qu’impliquer la chaîne d’approvisionnement dans un projet commun d’employabilité et concevoir ensemble de nouvelles opportunités de collaboration, signifie pour le groupe Hera de continuer à agir avec une vue d’ensemble et d’être un moteur de croissance dans un marché du travail de plus en plus complexe, difficile et innovant. Vous pouvez postuler pour le projet par l’intermédiaire des entreprises Manpower et Experis sur la page dédiée, à l’adresse suivante https://www.manpower.it/azienda/hera .

Nouvelles possibilités d’emploi dans Leolandia Le premier parc à thème familial d’Italie a ouvert son recrutement de personnel pour la saison 2023, qui sera cette année encore plus longue que d’habitude. Leolandia sera en fait le premier parc à thème à ouvrir en Italie, Samedi 18 février pour le Carnaval plus d’un mois d’avance sur les autres installations. La perspective d’une période d’emploi plus longue va de pair avec l’offre de cours de formation théorique et sur le tas destinés à ceux qui n’ont jamais travaillé dans un parc à thème auparavant : les jeunes pour leur premier emploi, mais pas seulement. Toute personne, avec ou sans expérience, qui souhaite s’impliquer dans ce secteur et travailler dans un environnement diversifié et dynamique peut postuler. En plus de fournir les informations et les outils nécessaires à l’exécution de la tâche assignée, la formation se concentre sur des formations spécifiques et reconnues, telles que la sécurité et l’Haccp, mais aussi sur l’acquisition de la bonne attitude dans le travail d’équipe et les relations avec les clients. De nombreux postes sont à pourvoir : billetterie, accueil et assistance aux visiteurs, opérateurs de manèges et de jeux, maquilleurs pour enfants, animateurs capables de donner vie aux nombreux personnages du parc avec une expérience de comédien ou des aptitudes pour la danse, vendeurs dans les boutiques, personnel de restauration, dont un pizzaïolo et un aide-cuisinier, et travailleurs pour les secteurs du nettoyage et de la maintenance. Des postes sont également disponibles dans le secteur du développement pour le département technique et dans le secteur du marketing, pour les activités liées aux enquêtes et aux études de marché. Pour postuler ou pour de plus amples informations, veuillez consulter le lien « Travailler avec nous » sur le site web de Leolandia : https://www.leolandia.it/lavora-con-noi.html .

By Nermond

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *