photos/811.jpg

Le Jardin du Chayran propose depuis 2001 un chantier d’insertion par le maraîchage biologique. - ©ADN12

Par Benoît Garret
Le 02 novembre 2018

Cultiver son jardin ou plutôt un jardin, dans le cas présent, permet certes de produire des légumes mais aussi de se reconstruire et de rebondir. C’est la philosophie du Jardin du Chayran implanté à Millau depuis 2001. Cette association propose un chantier d’insertion par le maraîchage biologique.

Les épinards seront bientôt prêts à être récoltés sous les serres installées en bord de Tarn à la sortie de Millau en direction d’Aguessac. Quant aux courges, légumes de saison par excellence, elles sont patiemment alignées dans des caisses et protégées par une couche de paille à deux pas de la Graufesenque. Jeudi 18 octobre, à Millau, le temps est clément et tout le monde est à son poste au Jardin du Chayran. Cette association propose depuis 2001 un chantier d’insertion par le maraîchage biologique.

« Le projet est parti d’un groupe de Millavois mené par Jacky Alain et Jean-Louis Coulon », explique Chloé Bano, animatrice du réseau d’adhérents au Jardin du Chayran. « Dès le départ, il y a eu adhésion au réseau national des Jardins de Cocagne (visant au maintien d’une agriculture paysanne). » Rapidement, une charte a été édictée autour de quatre points cité par l’animatrice : 

Produire des aliments sains et bio ; distribuer en priorité ces légumes à un réseau d’adhérents consommateurs ; permettre l’insertion de personnes éloignées de l’emploi ; mettre en place des collaborations avec le secteur agricole local.

3.000 m2 de serres permettent de produire des légumes bio toute l’année. Ici, des épinards. ©ADN123.000 m2 de serres permettent de produire des légumes bio toute l’année. Ici, des épinards. ©ADN12

50 variétés de légumes en fonction des saisons

D’anciens terrains maraîchers ont été cédés par Jean-Marie Garlenc qui sera l’un des administrateurs du Jardin du Chayran, 6 ha de terrains plats dans le quartier du Chayran en bord de Tarn. En 2010, la communauté de communes millavoise met à disposition 4 ha supplémentaires à côté de la Graufesenque. Aujourd’hui, 3.000 m2 de serres sont en place pour pouvoir produire toute l’année et 50 variétés de légumes au total sont proposées en fonction des saisons. 57 tonnes de légumes bio ont été produits en 2017, faisant ainsi du Jardin du Chayran le 1er producteur de légumes en agriculture biologique de l’Aveyron.

70 % de sorties positives

Pour faire fonctionner cette ruche où travaillent au quotidien 25 aides-maraîchers en insertion (à raison de 26 h par semaine), huit permanents interviennent dans l’encadrement, de la directrice Nadine Boisson à Chloé Bano, en passant par une professionnelle de l’accompagnement socio-professionnel, un chef de culture et trois encadrants maraîchers, dont René Pierrot :

Les personnes que nous accompagnons sont victimes des aléas de la vie. Nous essayons de les responsabiliser au fur et à mesure de leur présence chez nous par la préparation des commandes ou encore la vente aux halles de Millau et nous les aidons à développer un projet.

De 18 à 58 ans, ces aides maraîchers ont des contrats de 6 mois, renouvelables trois fois. « En 2017, 45 personnes sont passées au Chayran », souligne Chloé Bano. « Et pour 70 % d’entre elles les sorties sont considérées comme positives avec à la clé un emploi durable ou une entrée en formation. »

Le mercredi, les aides maraîchers participent au tri des légumes et à la composition des paniers qui seront livrés le lendemain. ©ADN12Le mercredi, les aides maraîchers participent au tri des légumes et à la composition des paniers qui seront livrés le lendemain. ©ADN12

18 points de dépôt

Tout un système solidaire qui tient grâce à l’engagement des clients. « 200 paniers sont en priorité distribués chaque jeudi aux adhérents sur 18 points de dépôt (Millau, La Cavalerie, Creissels, Sévérac…), dont deux nouveaux à St-Affrique (L’Epicerie Del Païs et Super U) et un nouveau à St-Rome-de-Cernon (Ateco marché, dans la plaine de Laumière) », détaille Chloé Bano. « Ensuite, les légumes sont vendus sur place, sur notre étal aux halles de Millau, à la cuisine centrale de Millau, à la Biocoop, à des clients professionnels… »

Des paniers à 10 et 15 euros

« Chacun peut essayer pendant un mois avant de s’engager », ajoute Chloé Bano. « Le principe de base est que les adhérents n’ont pas le choix des légumes récoltés en fonction des saisons. Les paniers sont préparés le mercredi et livrés le jeudi. »

Après avoir réglé l’adhésion annuelle de 27 euros, les clients auront le choix entre un panier à 10 euros (conseillé pour deux personnes) ou à 15 euros (pour quatre personnes) composés d’au moins cinq légumes différents.

Stéphanie Canivenq vient chercher son panier de légumes chaque jeudi à Super U à St-Affrique. ©ADN12Stéphanie Canivenq vient chercher son panier de légumes chaque jeudi à Super U à St-Affrique. ©ADN12

Des nouvelles et des recettes

Ainsi, jeudi 18 octobre : 2 laitues « rougette », 1 botte de radis roses, 700 g de brocoli, 1 kg de carottes, 700 g d’haricots verts pour le panier à 15 euros ; 1 laitue « rougette », 550 g d’oignons doux, 500 g de brocoli, 1 kg de carottes, 1,1 kg de pommes de terre « altesse » pour le panier à 10 euros. Le tout accompagné des nouvelles du Jardin du Chayran et de deux recettes. Des œufs et des paniers de fruits sont aussi proposés.

« En cas d’absence, le panier peut être suspendu », ajoute l’animatrice du réseau adhérents. Lesquels sont ravis de profiter chaque semaine de légumes frais tout en permettant à des dizaines de personnes de retrouver le chemin de l’emploi.

Contacts : Le Jardin du Chayran, chemin du Chayran, 12100 Millau. Tél. : 05.65.59.73.86 ou 07.67.27.63.67. Mail : adherent.chayran@orange.fr. Site internet : www.lejardinduchayran.org.

Mathilde Bourgeois a trouvé sa voie. Ici avec Chloé Bano, animatrice du réseau d’adhérents. ©ADN12Mathilde Bourgeois a trouvé sa voie. Ici avec Chloé Bano, animatrice du réseau d’adhérents. ©ADN12

Le jardin du Chayran dispose d’une petite boutique sur place. ©ADN12Le jardin du Chayran dispose d’une petite boutique sur place. ©ADN12



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !