photos/7799.jpg

Après un départ poussif il y a trois ans, le FIPEM de Millau joue désormais dans la cour des grands. - ©ADN12

Par Yannick Périé
Le 10 août 2019

À l’heure où les premières parties des concours triplettes Supranational senior et National féminin se déroulaient au Parc de la Victoire, une réception officielle était donnée dans les jardins de l’Hôtel de Ville. L’occasion pour Serge Gaillard, président de l’Association Gestion Sportive Millavoise, d’évoquer la cinquième édition du FIPEM…

En l’absence du maire Christophe Saint-Pierre, c’est le premier adjoint Claude Assier qui a revêtu le costume de maître de cérémonie pour accueillir les organisateurs et les partenaires du FIPEM. Retenus par le début du concours triplettes Supranational, les joueurs vedettes, habituellement présents à cette réception donnée à la mairie, étaient également aux abonnés absents.

Une réception officielle était organisée à midi dans les jardins de l'Hôtel de Ville.Une réception officielle était organisée à midi dans les jardins de l'Hôtel de Ville.

Après avoir salué le rôle essentiel des partenaires privés et institutionnels, et celui des bénévoles, Claude Assier a eu un mot pour Marco Foyot, parrain de ce festival, Stéphane Robineau, Dylan Rocher et sa famille « toujours fidèles », et les autres stars de la pétanque présentes à Millau.

La place de Millau est devenue incontournable pour les joueurs de haut niveau, car grâce à cette place obtenue par le FIPEM dans le circuit Passion Pétanque  Française, ils peuvent espérer engranger des points au classement général.

« Et peut-être aurons-nous l’heureuse d’accueillir une équipe de retransmission télévisée », a-t-il déclaré, en assurant avoir croisé la veille un commentateur de la chaine L’Equipe 21.

Plus de « Supranational » en 2020 ?

Une idée que n’a pas balayée d’un revers de main Serge Gaillard, au contraire. Après avoir lui aussi longuement remercié les différents partenaires et les bénévoles, il a fait un rapide retour en arrière sur le chemin parcouru.

Serge Gaillard, président de l’Association Gestion Sportive Millavoise, organisatrice du FIPEM.Serge Gaillard, président de l’Association Gestion Sportive Millavoise, organisatrice du FIPEM.

« En quatre éditions, on a réussi à partir de pas grand-chose – surtout la première année où on s’était quand même raté au niveau sportif –, pour arriver l’année dernière à une note quasi parfaite sur toute l’organisation. On a cette année deux concours en Supranational (le concours triplette qui fait aussi partie du concours PPF et le doublette féminin mardi, qui fait aussi partie du PPF, NDLR) . C’est pas mal, mais vous savez que je suis un homme très pressé, et pour l’année prochaine j’ai déjà fixé d’autres objectifs, beaucoup, beaucoup plus hauts. »

La venue d’une équipe de télévision est bel et bien dans les cartons, mais à ce sujet Serge Gaillard a fait un appel du pied aux partenaires présents, en soulignant que « faire venir la télévision, c’est 15 à 20.000 euros minimums… »

Le staff et les partenaires étaient invités à ce moment convivial.Le staff et les partenaires étaient invités à ce moment convivial.

« L’idée serait surtout de faire grimper le nombre de concours qui ne sont pas Supranational en Supranational », a glissé, en aparté, le président de l’Association Gestion Sportive Millavoise.

Et de mettre en avant les retombées économiques pour la ville de Millau, qui selon Serge Gaillard sont « déjà énormes » : « En ce moment à Millau vous avez les hôtels, les campings, les meublés qui sont complets, les stations-service… Faites le tour des restaurants, pendant les cinq jours à venir, il y aura du monde, c’est toute l’économie qui en profite. »

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !