photos/767.jpg

Tournage d’une des scènes clés de la série « Poètes », avec Melan et Tommy-Lee Baïk. - ©ADN12

Par Audrey Barat
Le 31 octobre 2018

Le tournage de la série digitale « Poètes » s’achève. Cinq épisodes de 25 minutes qui dépeignent la jeunesse. Le rappeur Melan participe à cette aventure cinématographique.

Jeudi 25 octobre, plage de St-Rome-de-Tarn. L’équipe d’AnderAndera s’est installée au bord du Tarn, pour la suite du tournage de la série digitale « Poètes ».

Le soleil et la chaleur sont au rendez-vous, mais pas le temps de profiter du paysage et des derniers jours de l’été indien. Il faut faire vite, avant que le soleil ne passe derrière la colline. Les scènes s’enchaînent, parfois perturbées par le bruit des jet-skis qui sillonnent encore le Tarn.

Dans le coin détente installée juste à côté du plateau, un jeune homme, tout de blanc vêtu, bras tatoués, est plongé dans son smartphone. Il lève les yeux, me salue timidement. Fabien Camaly, d’AnderAndera production m’informe :

C’est Melan, un rappeur qui monte. Au club de hand, quand j’ai dit aux joueurs qu’il jouait dans Poètes, les jeunes étaient dingues !

Le jeune homme se lève, à lui de jouer. Il rejoint Tommy-Lee Baïk sur le plateau, pour une des scènes clés de la série. Tout le monde retient son souffle, et le décor somptueux des Raspes du Tarn semble se mêler au jeu des deux comédiens, dont la présence et le charisme irradient.

Il n’aura fallu que quelques prises pour que tout soit dans la boîte.

Tombé dans le rap quand il était petit

L’équipe peut souffler, plier son matériel, et repartir à la ferme de St-Gabriel à Saint-Affrique pour une pause méritée. L’occasion de faire plus ample connaissance avec le comédien-rappeur, Melan, que les critiques musicales suivent avec attention.

Le rap, Manel, alias Melan, y est tombé dedans quand il était petit. Il a grandi en banlieue parisienne, puis à Toulouse, là où « on écoutait beaucoup le rap de l’époque, le Secteur A, NTM, la Fonky Family, le Wu-Tang », se souvient-il. Mais à l’époque, Melan ne pense pas à faire du rap. Il écrit des textes, pour se défouler. En écoutant ses textes, on comprend que Melan est un écorché vif, qu’il n’arrive pas à rentrer dans le cadre. Il a besoin de dire, d’exprimer, qui il est ce qu’il ressent, quitte à déplaire : « Si être fou c’est être moi, alors je suis fier d’être perché », clame-t-il dans « Incompris », l’une des chansons de son dernier album, Abandon Sauvage, sorti en 2018.

« Quand j’ai découvert Melan, j’ai pris une tarte »

La première fois qu’il a rappé en public, c’était au collège :

 C’était vraiment nul au niveau de la voix, du rap, mais les textes faisaient pleurer, alors je me suis dit que ça avait un impact.

De quoi encourager cet autodidacte passionné à poursuivre dans cette voie, qui visiblement lui a souri. Dix ans après, et à vingt-six ans à peine, Melan a déjà 5 albums au compteur, le 6e est en mixage, et le calendrier de ses tournées s’étoffe de mois en mois. Un parcours qui lui ouvre de nouvelles opportunités, comme celle de participer à des projets cinématographiques, dont la série « Poètes ».

C’est Tommy qui m’a contacté. On ne se connaissait pas, mais il m’avait vu dans un court-métrage de Romain Laguna, J’mange froid, diffusé sur Canal+.

Là encore, Melan travaille à l’instinct :

Je n’ai jamais fait de casting, jamais fait de théâtre, rien, mais j’aime ça.

Tommy-Lee Baïk, comédien et co-réalisateur de la série, confirme : « Quand j’ai découvert Melan, j’ai pris une tarte. Parce qu’il y a beaucoup de choses qu’il raconte qui m’ont touché, des morceaux qui faisaient écho à ma propre histoire, et même des airs d’une personne qui m’a inspiré le personnage. Au tout début du projet, j’avais mis une photo de Melan dans le dossier de préparation, en me disant, on vise les étoiles, et on verra bien. J’ai mis du temps à le contacter, je n’osais pas, et puis un jour, je me suis lancé… J’avais envie de le connaître en fait, de m’asseoir avec lui et de discuter, c’était presque un prétexte pour le rencontrer. Et c’est un régal de bosser avec lui, une belle rencontre sur le tournage et en dehors. »

Melan joue un rôle particulier dans la série, celui de Mickaël, le grand frère de David, joué par Tommy-Lee Baïk.

Son personnage, c’est le narrateur de l’histoire, c’est celui qui sait tout sur tout le monde… C’est le fil rouge qui fait progresser l’action, et qui distille des choses importantes, des discours un peu forts, sans être moralisateur.

Un regard déroutant sur la jeunesse

Le co-réalisateur n’en dévoilera pas plus pour ne pas gâcher les ressorts de l’intrigue de la série Poètes, qui devrait offrir au public un regard déroutant et hors-cadre de la jeunesse. A l’image de Tommy-Lee Baïk et du rappeur-comédien Melan, dont la présence et l’énergie particulières inspirent des lendemains qui chantent.

Le tournage de « Poètes », commencé le 8 octobre à Saint-Affrique et aux alentours, s’achèvera le 2 novembre. La sortie sur le net des cinq épisodes de 25 minutes est programmée pour 2019.

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
Commentaires
Ecrire un commentaire
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !