photos/7125.jpg

Mercredi 3 juillet, Alain Fauconnier a inauguré l’un des derniers gros projets de son dernier mandat, le centre social Le Quai. - © DR

Par Audrey Barat
Le 18 juillet 2019

Mercredi 3 juillet, le centre social de Saint-Affrique, le Quai a fêté son inauguration officielle, quatre mois après son ouverture, dans les locaux de l’ancienne gare.

Après une après-midi d’ateliers et d’échanges conviviaux (et un orage qui a obligé l’assemblée à se mettre à l’abri dans les locaux du Quai), le maire Alain Fauconnier et les représentants de la Caisse d’allocations familiale (Caf) de l’Aveyron ont officiellement inauguré ce nouveau lieu de vie saint-affricain, mercredi 3 juillet.

L’occasion pour le maire de Saint-Affrique, de rappeler la genèse de ce projet, qui a émergé en 2016. « Ce que la collectivité a voulu, c’est recréer un lieu de partage, où les gens sont accueillis, et où l’on échange et l’on donne. Dans l’esprit du bénévolat, qui est un fondement de ce pays et des valeurs de la République. »

Pour que le projet du Quai arrive à bon port, le maire a rappelé l’importance de l’accompagnement de la Caf de l’Aveyron, et de l’aide du centre social de Millau, « sans qui cette belle aventure n’aurait jamais eu lieu ».

Le Quai, qui a ouvert ses portes en mars 2019, bénéficie de l’agrément Caf jusqu’au 21 décembre 2021. Son président Patrice Soubrié, a rappelé que « la Caf a participé à hauteur de 21.500 €, et qu’elle contribuera aux coûts de fonctionnement, pour un projet qui vise à favoriser l’installation de nouveaux habitants, à réduire la disparité territoriale, et qui constitue une formidable opportunité d’animation de la vie sociale ».

« S’enrichir en apprenant à se connaître »

« On l’a appelé le Quai, poursuit le maire. Cela ne pouvait pas mieux correspondre à un centre social. Un quai c’est la gare, c’est un lieu d’où l’on part, où l’on arrive, où l’on se rencontre ». Avant d’indiquer que l’appellation centre « social » a en revanche suscité des débats.

Le directeur de la Caf de l’Aveyron Stéphane Bonnefond a indiqué :

Pourtant, “social“, ce n’est pas un gros mot, c’est un beau mot. Quoi de mieux qu’un centre social pour cultiver l’art de vivre ensemble, de faire société ? En arrivant, j’ai goûté un gâteau géorgien… C’est l’illustration de l’enrichissement que les gens vont pouvoir trouver en se découvrant les uns les autres, en apprenant à se connaître.

Favoriser le lien social

« Grâce au Quai, des services vont venir vers nous, à une époque où ils ont plutôt tendance à s’éloigner », se félicite Alain Fauconnier. A commencer par la Caf qui assurera des permanences sur place dès le 1er septembre.

Faisant allusion à la Maison de l’éducation populaire (Mep), - « qui constitue un lieu d’activités pour les associations structurées » - au Quai ainsi qu’au Centre de demandeurs d’asile (Cada), Alain Fauconnier a profité de ce qui est « certainement sa dernière inauguration » pour exprimer sa satisfaction :

Je suis extrêmement heureux que la Vilotte puisse être exemplaire dans la façon de traiter les familles, les associations. C’est le cœur de notre société. On sait tous que quand les familles et les associations connaissent des difficultés, c’est tout le lien social qui en pâtit.

L’assemblée s’est ensuite retrouvée autour du plus universel des langages, un savoureux buffet de cuisine du monde, préparé par le Centre d’accueil des demandeurs d’asile et et la Table du Lieu-Dit.

Le Centre d’accueil des demandeurs d’asile (Cada) a proposé un tour du monde des saveurs. © DRLe Centre d’accueil des demandeurs d’asile (Cada) a proposé un tour du monde des saveurs. © DR



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !