photos/7101.jpg

Sylvain Grout et Yann Mazéas accompagnés de Christine Presne, vice-présidente du Conseil départemental. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 14 juillet 2019

Mercredi 10 juillet à la galerie Sainte-Catherine à Rodez, c'était le vernissage d'une exposition atypique d'un duo d'artistes : Sylvain Grout et Yann Mazéas. Intitulée « Shot down on the pavement or waiting in Dezro ? », elle a posé son ancre dans ce lieu du 11 juillet au 21 septembre.

Nos deux artistes ont voulu offrir au public ruthénois, un épisode du « Championschip Tour » de surf comme si le Piton en était une étape.

Une exposition intitulée « Shot down on the pavement or waiting in Dezro ? »Une exposition intitulée « Shot down on the pavement or waiting in Dezro ? »

Des artistes multi-palettes

Grout et Mazéas sont deux artistes multi-palettes qui fonctionnent comme une équipe de production. On retrouve un travail sur la matière allié à des installations qui font penser au cinéma. Le recours à des effets de films d'horreur permet de mettre en exergue la portée de leur réalisation. Tout cela met en évidence le décor dans sa puissance matérielle et sa qualité d’évocation dramatique et burlesque.

Le postulat de départ : la montée des eaux à Rodez

L’exposition a emprunté son titre à une chanson des Clash en modifiant le dernier mot « death row » (couloir de la mort) par Dezro (Rodez en « verlan »). A travers elle, ils traitent du réchauffement climatique, sur un ton sarcastique. Ils sont partis sur l'idée de la montée des eaux à Rodez. La ville est devenue un spot à surfeurs. Grout et Mazéas proposent des alternatives glissantes, et une loop temporelle qui pourrait nous rappeler que les vagues ont aussi une histoire antique… et même biblique… !

Peyo Lizarazu : le surfeur de référence

En salle centrale, une double prise de vue des gestes du surfer Peyo Lizarazu (le frère de Bixente), met en évidence la gestuelle du sportif et les éléments qu'il combat. Dans un univers en mouvement permanent, le surfeur s'attaque à sa conquête aux prises avec les lois naturelles et physiques. Un moment d'efforts, un temps de glisse, une lutte pour l'équilibre et un sentiment de plénitude s'offrent aux visiteurs. La maîtrise du surfeur éclate aux yeux du public.

Partez surfer avec Peyo Lizarazu !Partez surfer avec Peyo Lizarazu !

Un véritable diorama

Une salle vous plonge dans leur univers, c'est un véritable diorama. Surfs atypiques confectionnés par notre duo, sables recouvrant le sol, serviette de plage sont là. Ils confient qu'ils ont adopté la posture du shaper depuis plusieurs années. Le shaper, c'est celui qui confectionne les planches, cette profession a un caractère sacré dans le monde du surf. C'est un travail de longue haleine. « Pour certaines pièces, il a fallu trois semaines de travail », assurent Grout et Mazéas. L'assemblage de serviette recompose une tapisserie que l'on peut admirer dans le Musée Fenaille. Cette œuvre oscille entre un campement de surfeurs et la traversée de la mer Rouge qui ramène au postulat initial de l'arrivée imminente de la mer à Rodez.

Un véritable diorama !Un véritable diorama !

Une hypnose archaïque

Une pièce plonge le spectateur dans un univers sombre. Une série de vidéos intitulées « Black Bivouac » viennent installer le spectateur dans l'obscurité que seule la lumière d'un feu de camp vient troubler. Tout cela en écoutant « blue moon », le titre d'Elvis, réinterprété pour bercer cette hypnose archaïque du spectacle des flammes en appel au réchauffement climatique.

« Shot down on the pavement or waiting in Dezro ? » vous attend désormais pour venir surfer avec Peyo Lizarazu à travers la problématique du réchauffement climatique avec une tonalité artistique propre à Grout et Mazéas.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !