photos/7091.jpg

Josiane Costes, Jean-Claude Luche et Vincent Capo-Canellas. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 12 juillet 2019

À l’occasion de la mission sénatoriale « Transports aériens et aménagement des territoires », Jean-Claude Luche, sénateur de l’Aveyron et ses homologues du Cantal et de la Seine-Saint-Denis étaient de passage à Rodez.

À l’aéroport de Rodez, ce vendredi 12 juillet, Jean-Claude Luche, sénateur de l’Aveyron et membre de la mission « Transports aériens et aménagement des territoires », accompagnait son homologue de la Seine-Saint-Denis, Vincent Capo-Canellas, président de la mission d’information, et Josiane Costes, sénatrice du Cantal et rapporteure de cette même mission.

Après s’être rendu à Aurillac, jeudi 11 juillet, ils étaient aujourd’hui à Rodez afin d’apporter une réflexion sur les aéroports provinciaux et « appréhender les problèmes des petits aéroports pour que nous puissions faire remonter un certain nombre de pistes », explique Jean-Claude Luche, qui considère l’aéroport de Rodez comme « vital » pour le territoire.

Une question d'aménagement de la France

Le Sénat a souhaité constitué cette mission d’information pour améliorer la desserte des territoires et faire en sorte qu’il y ait une égalité de traitement pour les déplacements. « On vient pour regarder ce qui va bien, on discute avec les compagnies afin de permettre de relancer les lignes d’aménagement du territoire », confie Vincent Capo-Canellas, pour qui il est clair que « l’aérien a toute sa place à Rodez ». En citant notamment l’exemple d’une entreprise comme la RAGT qui travaille à l’international. « Si des lignes d’aménagement du territoire viennent à fermer, les entreprises partiront, ajoute Josiane Costes. C’est donc une question d’aménagement de la France pour le bien-être de tous. » Et de citer le ferroviaire, qui en Aveyron comme dans son territoire du Cantal, n’est pas assez performant.

S’il reste des difficultés sur la liaison Rodez-Paris, comme on l’a encore vu cette semaine avec l’annulation de deux vols, mardi 9 juillet, « il y a eu une nette amélioration sur la fiabilité, sur les horaires et la qualité », avance Jean-Claude Luche. Par ailleurs, la compagnie Eastern Airways qui verra la fin de l’obligation de service public en janvier 2020, pourrait ne plus exploiter la ligne Rodez-Paris en cas de Brexit dur. Il y a donc des solutions à trouver, « nous sommes à la veille d’entamer des discussions pour rechercher ou confirmer un nouveau gestionnaire », confie le sénateur de l’Aveyron.

« Une structure qui fonctionne bien »

Les sénateurs ont ainsi rencontré la préfète mais aussi Air 12 en charge de la gestion de l’aéroport. Pour rappel, le syndicat mixte, propriétaire de l’infrastructure, est composé à la fois du conseil départemental (qui détient 75 % des parts),  la Région (15 %), la CCI et Rodez Agglomération (10 %). Alors que l’État accorde une subvention à hauteur de 55 %, à savoir 2,3 millions d’euros sur quatre ans. « Une structure qui fonctionne bien », juge le président de la mission d’information.

L’aéroport de Rodez évite l’écotaxe

En début de semaine, le gouvernement a annoncé une nouvelle taxe, dès 2020, sur les billets d’avion. Cette éco-contribution ne concernera pas les lignes d’aménagement du territoire comme Rodez-Paris ou Aurillac-Paris.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !