photos/6971.jpg

Après son bac obtenu brillamment, Baptiste Bertrand va poursuivre ses études à la faculté de médecine de Montpellier. - ©ADN12

Par Yannick Périé
Le 07 juillet 2019

Baptiste Bertrand, brillant élève en Terminale S « Spé maths » au lycée Jeanne d’Arc de Millau, a fait sa petite sensation dans la cité du gant en obtenant haut la main son baccalauréat avec une incroyable moyenne de 20,55/20 !

Avec 17 à l’écrit et 20 à l’oral en français, et 20 en TPE (Travaux Personnels Encadrés), Baptiste Bertrand était bien parti pour survoler son année de terminale et réussir brillamment son baccalauréat.

D'ailleurs, conscient de ses capacités, le jeune homme de 17 ans visait l'obtention de son diplôme en espérant une moyenne de 19/20.

Autant dire que vendredi avant la proclamation des résultats à 10 h, la sérénité devait être au rendez-vous chez la famille Bertrand. Et pourtant…

20 en philo : « Le choc ! »

Et pourtant, après avoir vu son nom sur les listes des résultats honoré de la mention très bien, l'émotion et la fierté étaient bien présentes au moment d'aller retirer sa feuille de notes.

Jugez plutôt : 17 et 20 en français et 20 en TPE (on l'a vu), 18 en histoire-géo (coef. 3), 19 en mathématiques (coef. 9), 20 en physique-chimie (coef. 6), 20 en SVT (coef. 6), 20 en espagnol (coef. 3), 20 en anglais (coef. 2), 17 en sport (coef. 2), 20 en option occitan et 18 en option théâtre…

« Yes ! »… Baptiste Bertrand découvre ses notes avec soulagement © Copains d'Avant Jeanne d'Arc (Facebook)« Yes ! »… Baptiste Bertrand découvre ses notes avec soulagement © Copains d'Avant Jeanne d'Arc (Facebook)

Mais ce qui a le plus étonné Baptiste Bertrand, ce qui l'a mis « un peu sous le choc », c'est sa note de 20/20 obtenue en philosophie (!). Vous qui vous demandez en secret si « reconnaitre ses devoirs, est-ce renoncer à sa liberté ? », vous pouvez vous adresser à lui…

« Le résultat de beaucoup de travail »

Si le jeune lycéen avoue avoir des facilités scolaires depuis son plus jeune âge, il ne cache pas non plus que ces résultats, il les a obtenus grâce à son travail. À beaucoup de travail.

En fait, cela dépend des matières, explique-t-il. Quand il faut savoir par cœur comme en histoire-géo, il faut travailler à fond. En maths et en physique, il s'agit surtout de revoir les exercices. Certes, il y a certaines matières que je comprends plus vite, mais il faut aussi travailler…

Ce qui ne l'a pas empêché d'avoir une vie d'ado comme les autres. S'il avoue, à l'approche des examens, avoir « mis de côté le théâtre » et avoir « moins de temps pour sortir ou me promener », Baptiste Bertrand avait jusqu'à présent une vie sociale des plus riches. Conseiller municipal junior depuis 8 ans, c'est par exemple grâce à lui s'il y a une boite à livres devant l'Hôtel de Ville, ou si la zone piétonne du boulevard de Bonald a été marquée au sol dernièrement…

Membre de l'association Inter’Act du lycée Jeanne d'Arc, une association parrainée par le Rotary Club, il a aussi mené des actions humanitaires en faveur du Togo et de Madagascar, ou d'autres actions pour l'Association des Paralysés de France. « Je voulais être utile aux autres », commente modestement l'intéressé.

Direction la faculté de médecine de Montpellier

Facilités et travail, est-ce la recette du succès ? Certainement, mais pas que. « Je pense aussi qu'au lycée Jeanne d'Arc, nous sommes très bien préparés, souligne Baptiste Bertrand. Par exemple, avoir deux heures de devoirs surveillés chaque semaine nous apprend à maitriser la gestion du temps. Sans compter les deux examens blancs. »

Nous avons aussi un bon groupe de classe depuis deux ans, nous nous sommes entraidés. Cela a participé à la réussite de chacun. Tout le monde a eu son bac, personne n'est au rattrapage. 

« C'est l'aboutissement de beaucoup de travail, confie le nouveau bachelier, soulagé. Mais je voudrais aussi remercier mes parents qui m'ont poussé à travailler et à me surpasser. »

Aujourd'hui, Baptiste Bertrand veut en profiter et se reposer. Un repos de courte durée puisque la reprise, pour lui, ce sera autour du 15 août du côté de la faculté de médecine de Montpellier, qui lui a ouvert ses portes en grand. « Je vais faire des études pour devenir médecin, sourit le jeune Millavois. Je ne veux pas me fixer d'objectif, mais dans l'idéal j'aimerais faire de la chirurgie. »

Conviction dans son orientation, capacités et travail… Nul doute que le jeune homme a tout mis de son côté pour devenir un brillant chirurgien.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !