photos/6619.jpg

Véronique et Jean-Michel Fauvergue dédicaçaient leurs ouvrages à la Maison du Livre. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 23 juin 2019

Samedi matin, la Maison du Livre de Rodez accueillait Jean-Michel et Véronique Fauvergue, venus expliquer le management d’une unité d’élite et la vie d’une femme de policier d’élite.

Jean-Michel Fauvergue a dirigé l’unité d’élite de la police nationale entre 2013 et 2017, soit une période marquée par de nombreux attentats, avec notamment les attaques terroristes de Charlie Hebdo, de la Porte de Vincennes, du Bataclan, de Saint-Denis, de Maganville, de Nice et de Saint-Etienne du Rouvray… Jugez du peu. Il gardera malgré tout le côté positif de cette période :

« J’ai eu la chance de diriger le RAID pendant près de 4 ans. Cette magnifique expérience m’a mis au contact de policiers d’élite, sélectionnés parmi les meilleurs ».

Ce ne sont pas moins de 60 à 80 prises d’otages par an que le RAID doit solutionner, dont la plupart restent inconnues du grand public. Dans son premier livre « Le RAID, comment manager une unité d’élite », Jean-Michel Fauvergue explique comment ses hommes se préparaient à ces rendez-vous inéluctables, où il s’agissait à chaque fois de sauver le maximum de vies menacées, tout en évitant de perdre des hommes de l’unité. Une équation que ce responsable prenait à cœur de résoudre au mieux.

« Quand vous êtes dans l’action, vous êtes obligés de ranger tous vos sentiments. Ce n’est qu’une fois que j’ai eu quitté mes fonctions que beaucoup de souvenirs douloureux me sont revenus. Je me suis alors engagé en politique afin d’apporter mes conseils en matière de sécurité. »

De l'expérience et du terrain à la législature

C’est le thème du deuxième livre de Jean-Michel Fauvergue : « La sécurité des Français », dans lequel le désormais député En marche de Seine-et-Marne dissèque son programme de sécurité faisant la part belle au système anglo-saxon, avec une police de proximité et de voisinage.

Le député explique également que malgré le niveau de répression très élevé en France en matière de drogue, il n’en reste pas moins que nous détenons en Europe le record de consommation. Selon lui, le système en place étant inefficace, il faudrait peut-être s’inspirer de l’exemple du Canada qui vient de légaliser le cannabis en 2018.

« L’organisation par l’Etat du commerce des stupéfiants court-circuiterait les réseaux dangereux. Vendre du cannabis c’est facile et très rentable, vous arrêtez un individu, et tout de suite un autre prend sa place. »

Avec Catherine Salinas, également épouse de policier, Véronique Fauvergue a écrit un ouvrage intitulé : « Femme de policier d’élite ».

Véronique, dont le père avait été policier, avait instauré un protocole de sécurité afin de se protéger durant les divers évènements graves qui ont traversé le mandat de son époux :

« Je n’écoutais plus aucun média en ces moments de crise, je m’informais uniquement auprès de Jean-Michel dès que l’occasion m’en était donnée. »

Catherine Salinas, dont le mari est N°2 de la BRI, tenait quant à elle le « Bar du Soleil » qui se situait en face de la BRI sur l’Ile de la Cité. Au-devant de la scène, elle était donc informée en permanence des déroulements d’opération, un état de fait plus souhaité que subi.

Deux femmes avec un système d’autodéfense fort différent donc. Elles assisteront néanmoins chacune devant leur écran de télé, à l’assaut mené conjointement par leur époux sur l’Hyper Casher de la Porte de Vincennes…

Les ouvrages

Par J.-M. Fauvergues : « Le RAID comment manager une unité d’élite » (Mareuil Editions) ; « La sécurité des Français » (Editions Michel Lafon)

Par Véronique Fauvergues et Catherine Salas avec la collaboration de Caroline de Juglart : « Femme de policiers d’élite » (Mareuil Editions)

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !