photos/6483.jpg

En début de saison, Philippe Mallaroni exprimait sa volonté de monter en R2. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 18 juin 2019

Président du SOM Football depuis trois ans, Philippe Mallaroni ne se représentera pas lors de la prochaine assemblée générale et laissera sa place de président du club. Les raisons de son départ sont à la fois logistiques et humaines.

C’est décidé, Philippe Mallaroni « raccroche ses crampons » et ne sera plus président du SOM Football.

Trois ans, c’est lourd, j’ai une vie professionnelle très active et cette fonction demande beaucoup de temps et d’implication.

Être président d’un club comme le SOM Football, c’est un investissement énorme qui implique de nombreuses heures de disponibilité pour les joueurs, la logistique et les membres du club, et son président avoue que cela demande d'être très (trop ?) disponible.

Un projet à la hauteur

Malgré le mauvais résultat de l’équipe 1 cette saison, qui n’était pas celui espéré (le SOM redescend en niveau départemental au lieu de monter en R2), le président pense qu’il avait « un projet ambitieux et cohérent pour le club, pour une ville comme Millau ».

L’ensemble du projet était partagé, selon lui, « par la plupart des membres du club », qui l’ont pendant trois ans conforté dans l’idée de construire et de poursuivre en ce sens.

J’ai fait de belles rencontres dans ce club, les jeunes m’ont apporté du succès, et ont confirmé qu’ils étaient certainement la relève du club.

« Des limites ont été franchies »

Au-delà du sport, être président d’un club de foot reste une aventure humaine qui n’est pas sans risque, dans laquelle l’égo et les ambitions personnelles doivent être mis de côté au profit de l’intérêt collectif.

Les « je » des individus doivent se fondre dans des « nous » collectifs, on doit jouer sa partition sans se soucier de celle du voisin.

Philippe Mallaroni confie avoir été « touché par les propos mal intentionnés de certaines personnes au sein du club » et n’avoir pas retrouvé cet « esprit fédérateur » pour lequel il a « tant donné ».

Des lignes jaunes ont été franchies, certains propos m’ont blessé. Lorsque je parle, en tant que président, je mets des filtres et j’apprécie que les gens en fassent autant.

Un passage de relais

Philippe Mallaroni avoue « partir sans rien regretter et s’être donné à fond pour le club, sans compter ses heures ».

Je souhaite une belle et longue vie au club qui existe depuis longtemps déjà. Président d’un club, c’est un peu comme un deuxième métier, je veux simplement passer le relais, j’assurerai mes fonctions jusqu’au bout.

Philippe Mallaroni restera président jusqu’à la prochaine assemblée générale, et même au-delà puisque des matches amicaux sont prévus jusqu’à la mi-juillet, et qu’il compte bien assurer jusqu’à la fin de son mandat et même plus tard si c'est nécessaire, pour passer le relais dans les meilleures conditions possibles.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !