photos/6421.jpg

Gilles Bertrand devant l'une des photos de l'exposition « Un jour en France » - © Gérard Rouquette

Par Aveyron Digital News
Le 17 juin 2019

Le photographe Gilles Bertrand a investi le parc de la mairie avec son exposition photographique « Un jour en France » : des scènes de la vie ordinaire qu’il rend extraordinaire.

Les jardins de la mairie ont accueilli vendredi un public venu nombreux pour le vernissage de l’exposition « Un jour en France, à fleur d’eau, à fleur de peau » du photographe Gilles Bertrand.

Les personnalités politiques présentes se sont succédé pour rendre hommage à l’artiste, « boulimique de travail, investi localement, notamment dans la course des Templiers qu’il a créée ».

L’homme aux multiples casquettes (il est à la fois journaliste, écrivain, sportif, poète…) a humblement endossé celle de photographe pour présenter son exposition, qui restera dans le parc de la mairie jusqu’aux Pournées du patrimoine les 21 et 22 septembre.

À fleur d’eau, à fleur de peau

Interrogé sur le titre « À fleur d’eau, à fleur de peau », Gilles Bertrand explique que beaucoup de photos sont en lien avec l’eau.

J’ai réalisé un travail en complément de cette exposition le long de la Seine et au fil des rivières étant moi-même kayakiste.

À fleur de peau, c'est parce qu'il aime « les gens qui s’engagent dans une extrême passion, ceux qui ne sont pas dans le fatalisme, ceux qui combattent avec un seul mot : liberté ».

Ces héros du quotidien, ce sont ceux qui lui ressemblent, ceux qui ne rangent pas les gens dans des cases étriquées.

J’aime faire voler en éclats les idées reçues sur les choses et poser un regard différent sur chaque situation.

L’essentiel pour le photographe étant de rencontrer des personnes portées par un projet, pour rompre le quotidien, celles qui se mettent au service des autres.

Une succession de hasards de la vie

Pendant deux ans, c’est avec beaucoup de bienveillance que Gilles Bertrand a capturé les gens ordinaires dans le petit théâtre du quotidien pour donner naissance à cette exposition.

Au hasard de ses rencontres et de ses envies, les routes de France l’ont mené dans des milieux parfois inconnus.

Même si je ne connais rien au sujet, ça m’inspire, j’aime me faire surprendre par des scènes de vie, les faire vivre ou survivre.

Il ne se cantonne pas aux sujets qu’il maîtrise. Il prend des risques. Il explore. Il invite le spectateur à imaginer l’histoire de chacun de ces visages anonymes, fige l’instant et en garde l’atmosphère pour nous plonger dans leur vie.

La Foire agricole de Paris, le 1er-Mai, les gilets jaunes, l’enterrement de Johnny, ces moments anodins, Gilles Bertrand les attend, observe ses sujets, s’en imprègne longtemps, avant de saisir « le moment ».

Le parc d'une vie

Le choix du parc de la mairie n’est pas le fruit du hasard, la démarche est engagée et volontaire.

J’ai voulu proposer quelque chose à tout le monde, ma photo est facile à comprendre, ce n’est pas de la photo conceptuelle, la culture est mise à la disposition de tous.

Ses photos sociétales sont offertes aux yeux des passants, ceux qui n’auraient jamais poussé la porte d’une exposition photo, les curieux, et tous les autres de 7 à 77 ans, et plus.

Ce parc est inspirant, je l’ai baptisé le parc d’une vie, car pendant le montage, nous avons vu passer des bébés, des bambins, des ados, des lycéens, un mariage. C’est le cycle de la vie qui continue, celui du temps qui passe.

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !