photos/6027.jpg

Vainqueur de Bègles, le ROC a arraché son maintien en N2 sur le dernier match. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 01 juin 2019

Dans une ambiance surchauffée, et avec un suspense jusqu'au bout, le ROC a validé son maintien, en battant Bègles, 24 à 23...

Pour son dernier match de la saison, le ROC recevait Bègles, avec comme objectif de valider son maintien. Plusieurs scénarios étaient possibles, mais avec une victoire, pas de calcul à faire, et le maintien était officiel. Au bout du suspense, le ROC s'est imposé 24 à 23 et reste en N2.

Des joueurs crispés

Dans une salle surchauffée, par la chaleur et l’ambiance, le ROC a semblé crispé par l’enjeu, ratant un certain nombre de ses tirs en tout début de rencontre. Après 5 minutes de jeu, le ROC menait 3 à 2. Puis petit à petit, les Rocistes ont réussi à enchaîner, bloquant les attaques adverses. Après 14 minutes de jeu, l’avance était de 3 buts pour Rodez (6/3). Puis Bègles, qui ne jouait rien sur cette dernière journée, retrouvait le chemin des buts, et revenait à égalité, après le quart d’heure de jeu. Les deux équipes se rendaient coup sur coup, et à la 21e, Bègles prenait pour la première fois du match, l’avantage (7/8). Le ROC ne lâchait pas, et revenait au score, puis prenait même l’avantage à la pause, de deux buts (12/10).

12/10 à la pause

En deuxième période, le ROC retombait dans ses travers, et semblait de nouveau tendu. Bègles en profitait pour revenir, puis prendre l’avantage à la 36e (13/14). Le jeu se hachait, les deux équipes multipliant les fautes, et les deux minutes… Puis le ROC, poussé par un public acquis à sa cause, revenait dans le match, menant 17 à 15 à la 40e, puis 20 à 17, trois minutes plus tard. Mais Bègles ne lâchait rien, et revenait à égalité à la 47e.

20/20 puis 23/23

Un score qui n’allait pas évoluer pendant de longues minutes… Le gardien du ROC arrêtant de nombreux tirs adverses, mais ses coéquipiers ne réussissant pas à marquer et à en profiter. Puis Bègles reprenait le dessus, mais les Rocistes s’accrochaient. Alors qu’il restait deux minutes, les deux équipes étaient à égalité, 23/23… Il y avait alors un dernier temps mort. Et la fin de match devenait irrespirable. Le coach ruthénois Julien Demetz haranguait le public pour qu’il continue de les pousser. Le public et le banc ruthénois s’agaçaient que Bègles soit dans le refus de jeu. L’arbitre leur donnait raison et permettait à Rodez d’avoir un dernier ballon d’attaque… Alors qu’il restait une quinzaine de secondes, Rodez obtenait un penalty et donc la balle de match… Et marquait ce précieux but, synonyme de maintien…  Et toute une salle exultait, comme le banc et les joueurs…

Réactions

Julien Demetz (Coach ROC) :

Ce n’était pas un beau match. Il y avait beaucoup de pression de notre côté forcément. Eux, ils n’avaient rien à jouer. Hormis essayer de se faire plaisir. C’est un vrai soulagement de rester en Nationale 2, d’avoir fait tant d’effort et que ça paye au final, même si c’est comme ça. Sur le dernier temps mort, j'ai donné plus des consignes tactiques, insisté sur le fait qu’ils ne sont pas nombreux en face… La motivation, à la fin, ils l’avaient. J’ai harangué le public, sur la fin, parce que l’on a toujours besoin de soutien. Ça fait trois, quatre matchs à domicile, qu’on est vraiment soutenu par notre public. C’est vraiment important et il fallait que ça continue. On va maintenant fêter ça.

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !