photos/5705.jpg

Pierre Bonnefous a reçu les élus, Emmanuelle Hamon et les commerçants du centre-ville pour le vernissage de « L'art en déambulation » - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 22 mai 2019

Permettre aux visiteurs, aux touristes et aux locaux de s'approprier le cœur de la ville par le biais de l'art contemporain. Le défi est lancé. Pour cela, seize œuvres d’art contemporain, prêtées par le musée des Abattoirs de Toulouse, sont exposées dans les commerces ruthénois. Mardi, à l'occasion du vernissage, les élus et les commerçants ont donné le top départ du parcours, qui sera d'actualité jusqu'au 15 septembre.

Jean-Michel Cosson, délégué au Patrimoine, précise que cet événement est dans la continuité des événements dédiés au siècle Soulages. « Une étape importante de plus qui jalonne l'année du siècle Soulages. Cette fois nous sommes dans le commerce cave Ruthène de Pierre Bonnefous qui fait parti du parcours "Art contemporain" du centre-ville ».

Une idée originale qui amène des œuvres contemporaines dans les commerces qui va dynamiser – voire redynamiser – certains quartiers ou certaines rues. « Une première qui pourquoi pas pourrait se renouveler d'une année sur l'autre », suggère l'adjoint au maire.

Un concept innovant, seize ouvres à découvrir

Pour sa part, Sarah Vidal, déléguée à la Culture, estime qu'il est parfois plus facile pour le grand public de se familiariser avec l'art contemporain tout en passant voir les commerçants que de se rendre au musée, même si cela n'est pas la même démarche. « Je pense que mettre les œuvres à l'intérieur des commerces favorise le contact sous le modèle de la chasse au trésor avec l'application Freemick. »

Emmanuelle Hamon présente au vernissage

« Nous sommes un pôle artistique et culturel, nous développons une programmation d'expositions à partir de collections d'art moderne et contemporain », commente Emmanuelle Hamon, responsable des expositions et de la diffusion des œuvres des Abattoirs. « L'accessibilité pour tous et l'originalité du projet nous ravit et nous sommes heureux d'y participer. »

Sorti de l'imagination de Bruno Peinado, « Le cerveau en faïence en forme de casque. Fragilité de la céramique et robustesse du couvre-chef ». ©DRSorti de l'imagination de Bruno Peinado, « Le cerveau en faïence en forme de casque. Fragilité de la céramique et robustesse du couvre-chef ». ©DR

Ce principe de mobilité des œuvres en fait un des acteurs essentiels en terme de politique d'aménagement culturel du territoire visant à réduire les disparités géographiques, sociales et culturelles en facilitant la découverte auprès du grand public, comme ce cerveau exposé à la Cave Ruthène. 

La visite débute par la rue Combarel, à quelques mètres de la maison natale du peintre Pierre Soulages pour une arrivée place de la Cité. Vous pouvez vous procurer les parcours sur plan dans les différents lieux publics comme la mairie ou l'office de tourisme.



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !