photos/5683.jpg

Michel Cure et Sidonie Chevalier. - ©DR

Par Aveyron Digital News
Le 21 mai 2019

Jusqu'au 16 juin, la grande salle d’exposition de la Menuiserie à Rodez présente « Est-ce que tu poses pour moi ? », peintures de Michel Cure et texte de Sidonie Chevalier. Une exposition d’une vingtaine de toiles avec un texte édité en 50 exemplaires en typographie par les Editions Trames.

Un peintre et son modèle, c’est un couple lié par des rapports complexes et mystérieux.

Le plus ancien tableau sur le sujet « Peintre et modèle » date de 1435, c’est une œuvre du peintre flamand Rogier Van der Weyden qui se représente sur une toile en train de peindre la Vierge Marie allaitant Jésus.

En 1855, Gustave Courbet exécute une huile sur toile intitulée « l’Atelier du peintre », célèbre tableau exposé au Musée d’Orsay à Paris. Cette œuvre offre une vue panoramique de l’atelier de l’artiste occupé à reproduire une femme nue qui se tient devant lui, et entouré d’une galerie d’amis et de connaissances célèbres, dont le poète Charles Baudelaire.

Plus près de nous, Picasso aura réalisé en 1970 un dessin au crayon de couleur sur carton intitulé « Le peintre et son modèle », sur lequel apparaît un artiste nu qui peint une femme nue aux formes généreuses.

« Sans la peinture, ma vie n’aurait pas été aussi facile »

Le peintre aveyronnais originaire de Pierrefiche Michel Cure aura quant à lui dessiné et peint bon nombre de portraits de l’écrivaine Sidonie Chevalier, laquelle, forte de cette expérience, en aura concocté l’écriture d’un texte édité en typographie à 50 exemplaires. Ces œuvres sont exposées dans la salle d’exposition de la Menuiserie à Rodez depuis le 18 mai et jusqu’au 16 juin.

Michel Cure. ©DRMichel Cure. ©DR

Aussi loin qu’il se souvienne, Michel Cure a toujours adoré dessiner et peindre : « Mes parents agriculteurs étaient des gens formidables, très ouverts et qui m’ont accompagné et encouragé dans ma démarche artistique. Sans la peinture, ma vie n’aurait pas été aussi facile ». Michel sortira diplômé de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse. Plutôt adepte des grandes peintures abstraites, l’Aveyronnais ne dédaigne pas accomplir des portraits sur des toiles plus petites.

Sidonie Chevalier est une Normande installée depuis une vingtaine d’années dans notre département. Elle est passionnée d’écriture et a longtemps dirigé des ateliers dans cette discipline.

Pour moi le fait de poser était une évidence dans la mesure où Michel m’avait proposé de le faire, sa manière de tendre la perche ne pouvait qu’engendrer une réponse positive de ma part. De plus je connaissais et appréciais le travail de Michel, cet aspect sculpté, ce côté brut, essentiel, sans affect de ses oeuvres me convient parfaitement. C’est devenu rapidement un rituel du vendredi, le chien, le chat, la fenêtre, tout me devenait familier dans cet atelier. J’étais sans intention, laissant courir mon esprit. Il me semble que cela ressort bien dans les tableaux.

Le texte de Sidonie exprime un ressenti : « Cela traite de l’ouverture du visage vers l’autre. Disparaitre, quitter sa face, se montrer tel que. »

Sidonie Chevalier. ©DRSidonie Chevalier. ©DR

Entre 2017 et 2018, les rencontres entre Sidonie et Michel seront régulières. « J’aime bien travailler longtemps sur le même modèle, reconnait Michel. Je m’inspire du sujet par le dessin, puis je congédie mon modèle afin d’exécuter seul la peinture. »

Presque aussi ancien que la peinture, le modèle exprime également son art : l’art d’être soi-même, l’art d’inspirer l’artiste et de guider sa main avec précision au creux des subtilités des traits du visage, et des méandres du corps.

À voir jusqu'au 16 juin du mercredi au dimanche de 15 h à 19 h à la grande salle d’exposition de la Menuiserie, 14 rue du 11-Novembre à Rodez.

Galerie photos



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !