photos/5607.jpg

Bertrand Cavalerie, au centre, entouré des élus de gauche aveyronnais et de militants. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 17 mai 2019

À neuf jours du scrutin européen, la liste "Envie d’Europe" (Place publique, Parti socialiste et Nouvelle Donne) portée par Raphaël Glucksmann est créditée de 5 % des intentions de vote. À Rodez, les militants et Bertrand Cavalerie, premier secrétaire fédéral du PS de l’Aveyron, croient encore aux valeurs de la gauche.

Les élus et militants socialistes se sont réunis, ce vendredi 17 mai, autour de Bertrand Cavalerie, premier secrétaire fédéral du PS de l’Aveyron. Évidemment, la conférence visait la prochaine échéance électorale qui se tiendra, dimanche 26 mai. Évidemment… peut-être pas si évident au vu du taux de participation que suscitent ces élections (le taux décroit depuis 1994 pour atteindre en 2014, 42,43 %).

Le clivage d'une Europe nationaliste et d'une Europe libérale

Dans tous les cas, les socialistes croient en leurs idées et les militants aveyronnais, avec Bertrand Cavalerie, souhaitent « rassembler les citoyens sur les valeurs de la gauche ». Et ne pas réduire ces élections européennes « entre ce clivage d’une Europe nationaliste et une Europe libérale. Nous appelons les militants à participer au débat européen. »

Avant de rappeler les combats menés par la liste PS-Place Publique. À savoir la protection des entreprises du territoire, une alimentation saine et de qualité, le combat contre le dumping social, l’égalité dans l’éducation, la protection des services publics ou encore l’écologie. Et d‘inviter les citoyens « à porter ces combats pour une justice sociale ».

Le bien commun

Ils se sont ensuite penchés sur les représentants de cette liste portée par Raphaël Glucksmann. « Il y a du nouveau. Cela va apporter une nouvelle dynamique. » « L’Europe a besoin d’une gauche qui travaille ensemble. C’est le bien commun qui est important. » Cette liste est composée de personnes de tous horizons comme Sylvie Guillaume, spécialiste de la question migratoire, Éric Andrieu, eurodéputé, Aurore Lalucq, spécialisée dans la transition sociale-écologique, Pierre Larrouturou, spécialiste des questions économiques et sociales ou encore Aziliz Gouez, fille d’agriculteurs bretons et anthropologue.

« Une liste du renouveau », comme l’explique Bertrand Cavalerie pour retrouver « le sens collectif qui a été perdu depuis que la classe politique française néglige l’Europe ». Et Bertrand Cavalerie de constater la relation « conflictuelle » des mots d’Angela Merkel, chancelière allemande quant à l’évocation du lien entre la France et l’Allemagne depuis l’élection d’Emmanuel Macron.



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !