photos/5577.jpg

Elus, agents, et bénévoles de l’Association d’apiculture du St-Affricain autour de la ruche pédagogique. - © Le Progrès

Par Audrey Barat
Le 16 mai 2019
1

Samedi 18 mai, la ville de Saint-Affrique fêtera l’obtention du label « Apicité », décernée par l’Union nationale de l’apiculture française (Unaf). Il distingue les communes qui mettent en place des actions pour la préservation des abeilles et des pollinisateurs sauvages. Des animations et des temps de rencontres sont prévus tout au long de la journée, ainsi qu’une conférence de Henri Clément, membre de l’Unaf.

« Si nous sommes arrivés à être reconnus comme une “Apicité”, c’est parce que nous avons eu une démarche collective, comme le montre le nombre de personnes présentes ici aujourd’hui », rappelle le maire Alain Fauconnier lors d’une conférence de presse en mairie le mardi 7 mai.

Autour de la table et dans la salle, des représentants de l’association d’apiculture du Saint-Affricain, des élus investis dans la miellerie intercommunale, une représentante du mouvement des coquelicots, et d’autres « passionnés historiques ».

Michel Vergély, conseiller municipal et communautaire en charge de la miellerie, a rappelé les actions notables qui ont permis l’obtention du label : la création d’un rucher école en partenariat avec le lycée agricole La Cazotte, une miellerie intercommunale équipée avec du matériel et de la documentation et gérée par l’association d’apiculture du Saint-Affricain créée en 2016.

C’est un lieu de rencontres, qui permet à toutes les personnes sensibilisées, intéressées, qui ont des ruches ou non, de pouvoir participer à des actions que nous menons sur le territoire.

Une soixantaine d’adhérents participent aux différentes actions proposées : ateliers pratiques, conférences, projections de films, cours théoriques… 

Deux ruches pédagogiques permettent également de sensibiliser les plus jeunes à l’importance de l’abeille dans le maintien de la biodiversité. « La première est déjà installé près de Blanchard-Caussat, le deuxième sera installée début juin », précise Michel Vergely.

Les abeilles manquent de nourriture en milieu rural

La commune a obtenu le label Apicité niveau « 2 abeilles » sur une échelle de trois. « L’objectif est d’obtenir rapidement la troisième abeille », commente Michel Vergely. Pour cela, il faut aller plus loin en terme d’implantations de végétation mellifère. « Car contrairement aux idées reçues, les abeilles se portent mieux en ville », explique Jean-Louis Bousquet, de l’association d’apiculture du Saint-Affricain. « Si on veut avoir des abeilles, il faut qu’elles puissent se nourrir. Or le problème dans notre secteur, c’est que nous avons des fleurs de février à fin juin. Après, il n’y a pratiquement plus rien. Pour pallier ce problème, il faut planter des arbres mellifères qui fleurissent jusqu’à fin septembre ». Et de citer les trois essences les plus adaptées : « Le tetradium daniellii dit “arbre à miel”, le savonnier et le Sophora japonais ».

On constate que les fleurs naturelles se font de plus en plus rares, et je pense que les arbres peuvent sauver la situation.

« Un autre levier envisagé dans le cadre du Parc naturel régional des Grands Causses, et en partenariat avec la MFR Valrance de St-Sernin-sur-Rance, c’est l’utilisation de jachères fleuries dans les zones de prairies protégées le long des cours d’eau », rajoute Michel Vergély.

Augmenter le nombre de ruches

Replanter des arbres permettrait donc de fournir suffisamment de nectar pour les abeilles. « Mais si vous n’avez pas de ruches, vous n’avez pas suffisamment d’abeilles pour polliniser. Les essaims sauvages ne suffisent pas. Donc il faut continuer à développer l’apiculture comme on le fait au sein de l’association. Pour aller plus loin, il faudrait inciter les gens à installer des ruches, même s’ils ne sont pas apiculteurs », comme suggère Jean-Louis Bousquet.

Le lycée Jean-Jaurès souhaite apporter sa pierre à l’édifice dans la lutte contre le frelon asiatique, « en développant un drone pour repérer les nids, et les détruire plus facilement sans échelle », rajoute Michel Vergely. « Nous avons aussi un partenariat avec les pompiers de Saint-Affrique. Le chef du centre, le lieutenant Benoît Tomczak a souhaité participer à cette dynamique. La collectivité leur a acheté deux ruches, et vont être suivies et entretenues par un groupe de pompiers. »

Des abeilles chez les sapeurs-pompiers

Dans le cadre de ses actions en faveur de la biodiversité, et des abeilles, la ville de Saint-Affrique a tissé un partenariat avec le centre d’incendie et de secours de la ville. La collectivité a offert deux ruches aux sapeurs-pompiers, qui sont déjà habitées par des essaims collectés mi-avril aux alentours de Saint-Affrique.

« La mission des sapeurs-pompiers, c’est de protéger les personnes, les biens et l’environnement. Et je suis très attaché à ce troisième point, rappelle le lieutenant Benoît Tomczak, chef du centre de Saint-Affrique. Ça nous permettra également d’avoir une activité différente de ce que l’on vit au quotidien. C’est un plus. »

Une étude est en cours pour trouver une solution pour installer les deux ruches au sein même de la caserne. « Peut-être au niveau de la tour, c’est à voir », conclut le chef du centre.

Julien Théron, sapeur-pompier à St-Affrique, récolte un des deux essaims du futur rucher de la caserne. © Le Progrès Julien Théron, sapeur-pompier à St-Affrique, récolte un des deux essaims du futur rucher de la caserne. © Le Progrès

Journée « Apicité » samedi 18 mai

La journée de célébration du label Apicité se déroulera le samedi 18 mai à Saint-Affrique. Au programme :

De 9 h à 12 h, présence d’un stand sur le marché. Informations, animations autour de l’abeille, dégustations, quizz. Le stand sera situé en haut du boulevard Victor-Hugo à Saint-Affrique.

14 h, conférence de Henri Clément à 14 h au caveau.

15 h, présentation de la visite « immersion dans le monde des abeilles » à l’Arc-en-Miel.

De quoi butiner selon ses envies.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !