photos/5439.jpg

Michelle Hermabessière, adjointe départementale du Rassemblement National. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 10 mai 2019

Portée par Jordan Bardella, la liste du Rassemblement National comprend un Aveyronnais, Jean-Guillaume Remise, en 57e position. Au coude à coude avec LaREM dans les sondages, le parti de Marine Le Pen pourrait, comme en 2014, remporter la majorité des sièges au Parlement européen.

« Notre objectif est de sensibiliser la population à l’importance de ces élections », explique Michelle Hermabessière, adjointe départementale du Rassemblement National (RN) et responsable de la deuxième circonscription. Par cette sensibilisation, elle entend l’organisation de réunions publiques. Le « désamour » des Français envers les élections européennes remonte, pour Michelle Hermabessière, à 2005 et au refus des Français d’adopter le traité de la Constitution européenne. « On est quand même passé outre et ça a écœuré les gens », estime l’adjointe départementale.

« Le FN était isolé »

La position du Rassemblement National vise « à revoir les traités européens qui ne conviennent pas aux Français, précise Michelle Hermabessière. Et le projet, si Marine Le Pen avait été élue à la présidence de la République, était de discuter avec le Parlement et via un référendum de donner la possibilité aux Français de décider ou non de la sortie de l’Union européenne. Mais à aucun moment il n’est question que l’on sorte de l’Europe. Il y a eu beaucoup de malentendus. » Et de rejeter la faute aux adversaires politiques qui ont qualifié le RN « d’enfermement, de barrière, de repli sur soi alors que ce n’est pas le programme proposé ».

Si le Front National, en 2014, avait remporté le plus de sièges français au Parlement européen, leur voix ne portaient pas puisque les partis d’extrême droite, en Europe, n’étaient pas assez représentés. « Le FN était isolé, estime Michelle Hermabessière. Depuis ces dernières années, le Rassemblement National a réussi à s’entourer. » Notamment avec l’Italie de Matteo Salvini. Et avec une douzaine d’autres pays, leur alliance pourrait devenir la troisième force au sein du Parlement européen selon le JDD.

Une Europe des nations libres

À l’image du programme de Debout la France, semblable en de nombreux points à celui du Rassemblement National, le mouvement porté par Jordan Bardella vise à créer « une Europe des nations libres pour que chaque État recouvre sa souveraineté. Une alliance européenne où chaque dirigeant serait à l’écoute des besoins de son pays alors qu’actuellement nous répondons aux directives de Bruxelles qui ne regarde pas l’intérêt de chacun. » Et de dénoncer « la décentralisation de nos entreprises dans d’autres pays de l’Union où la main d’œuvre est moins chère ».

Des réunions publiques

Sur le point de l’immigration, Michelle Hermabessière souhaite voir un renforcement « au contrôle des frontières. Nous sommes pour l’accueil des demandeurs d’asile mais nous ne pouvons pas recevoir à tout va, sans contrôle. Il n’y a pas assez de places. » Avant de citer le modèle de l’Italie « qui a vu le nombre de migrants diminuer. Mais le problème c’est aussi ceux qui les incitent à venir, les passeurs. »

Si les sondages créditent le Rassemblement National d’un bon pourcentage (22 %), Michelle Hermabessière ne veut pas « crier victoire trop vite » et appelle les citoyens à aller voter.

Après avoir tenu une première réunion publique à Saint-Cyprien-sur-Dourdou, le RN12 tiendra deux autres réunions à Montbazens, salle du Ségala, à 15 h, ce dimanche 12 mai et à Onet-le-Château, à la Penchoterie, à 15 h, dimanche 19 mai.



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !