photos/5285.jpg

Pierre Bardy a une nouvelle fois trouvé le chemin des filets. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 04 mai 2019

Face à Drancy, ce vendredi 3 mai, le Rodez Aveyron Football s’est imposé sur le plus petit des scores. Une victoire qui leur permet d’être sacré champion de National avant même la fin du championnat.

À Rodez, au stade Paul-Lignon, le Rodez Aveyron Football bat Drancy sur le score de 1 à 0.

(Mi-temps : 0 à 0)

Arbitre : Mickael Leleu.

Bur Rodez : Bardy (70’).

Rodez : Lionel Mpasi Nzau, Yohan Roche, Pierre Bardy, Amiran Sanaia (capitaine), Joris Chougrani, Alexis Peyrelade puis Erwan Maury (87’), Loic Poujol puis David Douline (65’), Hugo Garcia puis Jérémy Mellot (65’), Pierre Ruffaut, Florian David, Ugo Bonnet.

Avertissement : Hugo Garcia (57’).

Drancy : Didier Desprez, Martin Ekani, Abdallah Ahmed Imamo, Cédric Jean-Etienne, Bilal El Hajjam, Aboubakar Koné, Didier Desprez, Guillaume Khous, Nianankoro Doumbia, Bakari Camara, Aziz Dahchour (capitaine), Serge Bando Nganbe.

Avertissements : Nianankoro Doumbia (34’), Bilal El Hajjam (60’), Abdallah Imamo Ahmed (88’).

Tout était réuni pour que la fête soit belle ce vendredi 3 mai. La salle des fêtes, aux abords du stade, dévoilait les archives du club à l’occasion des 90 ans du Rodez Aveyron Football (RAF). Un anniversaire qui ne demandait comme cadeau qu’une victoire pour couronner une saison hors norme. C’est chose faite. Si le spectacle, au niveau du jeu, n’était pas au rendez-vous, le RAF a fait l’essentiel, gagner. Et là est le principal. Une nouvelle fois, la lumière est venue à la suite d’un coup de pied arrêté de Pierre Ruffaut, coupé par l’inévitable Pierre Bardy. 

Une équipe remaniée 

Un nul ou une défaite aurait tout de même sacré les Ruthénois puisque Chambly s’est incliné sur la pelouse d’Avances 2 buts à 0. Mais la fête aurait forcément eu un goût plus amer. Alors les joueurs de Laurent Peyrelade ont mis les ingrédients nécessaires pour continuer leur série exceptionnelle. 

L’entraîneur ruthénois avait laissé Desmas, Mellot et Douline sur le banc à la faveur de Mpasi et le jeune Garcia notamment. « Ils montrent de belles choses à l’entrainement. Et l’idée était de les voir en compétition », avouera à l’issue de la rencontre Laurent Peyrelade. 

Un bloc bas

Drancy, dernier au classement, n’a finalement jamais vraiment inquiété Amiran Sanaia et ses coéquipiers hormis à la 30e minute où ils n’ont pas su concrétiser une double occasion. D’abord sur un centre mal repoussé par la défense ruthénoise où Khous a vu sa tentative contrée avant que Koné voit sa frappe s’envoler au dessus des cages de Mpasi. 

Ce sera une de leur seule incursion dans la surface de Rodez. Bien en place défensivement, ils ont usé de longs ballons rendus aux Ruthénois, qui eux, ont peiné à trouver des espaces offensivement. Quelques occasions tout de même à se mettre sous la dent par Bonnet (12’,28’), Garcia (18’), Ruffaut (37’, 45’) et David (15’), qui lorsqu’ils ne trouvaient pas le cadre, butaient sur Desprez. Un match fermé donc où les 22 acteurs rentraient aux vestiaires sur un score nul et vierge.

« On est les champions »

La seconde période sera à l’avantage des Ruthénois face à des Drancéens qui ont subi une grande partie du temps. Florian David fera frémir le stade Paul-Lignon à la 60’ à la suite d’un coup-franc direct, à plus de 25 mètres, mais Desprez captera en deux temps. Douline, entré avec Mellot en lieu et place de Poujol et Garcia (65’), obtiendra une faute cinq minutes plus tard. Un coup-franc intéressant que bottera Ruffaut pour la tête de Bardy qui fera mouche. Les joueurs de Laurent Peyrelade géreront la fin de la rencontre, se procurant quelques occasions par Ruffaut et Bonnet. « On est les champions » résonnent dans les travées de Paul-Lignon, Mickael Leleu siffle la fin du match et les Ruthénois peuvent alors laisser éclater leur joie. Un sacre couronné par le record de points dans le championnat National à 18 équipes alors qu’il reste encore deux rencontres à jouer (Laval et Lyon-Duchère).

Réaction de Laurent Peyrelade :

Cela concrétise la performance d’un club, des joueurs. C’est bien. Il reste deux matchs, il va falloir rester soi-même et se concentrer sur ce qu’on doit faire. Garder notre dynamique pour rester sérieux. Notre parcours est exceptionnel, il faut bien le mesurer. C’est difficile d’enchainer, de gagner des matchs. La série est fantastique, il ne faut pas la banaliser. C’est dur de garder un groupe performant aussi longtemps. Il y a la confiance, la sérénité mais il y a surtout du travail. En tant qu’entraîneur, c’est magnifique. Ce groupe est absolument fantastique à gérer. Le mérite leur en revient. 


Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !