photos/5185.jpg

Manon Guitard et ses coéquipières se sont battues jusqu'au bout pour éviter la relégation... sans succès. - ©ADN12

Par Aveyron Digital News
Le 29 avril 2019

Neuf saisons en D1... C'est l'exploit qu'ont réussi les Rafettes, rivalisant avec les plus grands clubs professionnels. Mais cette année, Rodez n'a pas réussi à se maintenir. Les Ruthénoises sont reléguées en D2. Retour sur ces neuf années au plus haut niveau du football féminin... 

Une saison très compliquée

Cette dernière saison en D1 aura été très compliquée pour les Rafettes. En effet, il faudra attendre la treizième journée de championnat pour voir Rodez remporter son premier match contre Lille. Rodez qui va d’ailleurs enchaîner une deuxième victoire, contre le Paris FC et donner de l’espoir au staff et aux supporters.

Malheureusement, les joueuses de Sabrina Viguier vont ensuite enchaîner les défaites ou les nuls. Les Ruthénoises restent donc engluées à la dernière place du classement. Puis, lors de la 20e journée, un nouvel espoir survient après la victoire face à Montpellier.

Ce qui permet aux Rafettes d’espérer encore se maintenir, alors qu’il reste deux matchs à jouer. Une victoire sur la pelouse de Metz, et Rodez aurait alors eu une finale à jouer, ce week-end, face  à Dijon, pour espérer rester en D1. Mais les Rafettes se sont inclinées 3 à 1, à Metz et sont donc officiellement reléguées en D2.

Un manque de stabilité et de continuité ?

Comment expliquer cette descente ? Les raisons peuvent être nombreuses. Un manque de moyens, par rapport aux autres équipes de la poule ? Au fil des années, le championnat a vu arriver des gros clubs du football français et Rodez a eu plus de mal à rivaliser. Pendant des années, les Ruthénoises ont réussi à faire face, avec l’envie, un état d’esprit, et un supplément d’âme que l’on a vu disparaître au fil des saisons.

A contrario, la force des Rafettes, c’est une solidarité sans faille, qui les a portées dans les moments les plus difficiles. Et puis, il y a eu aussi beaucoup de changement d’entraîneurs… Pendant huit saisons, les féminines n’ont connu qu’un seul entraîneur, avec qui, elles ont tout gagné, tout connu. L’emblématique Franck Plenecassagne. En 2012, il quitte les filles, pour aller coacher l’équipe fanion masculine du club. Et pendant les sept saisons qui vont suivre en D1, pas moins de cinq entraîneurs vont se succéder.

Est-ce une raison des difficultés de l’équipe, à qui il aurait manqué un peu de stabilité ? Peut-être… Quoiqu’il en soit, cela n’enlèvera pas les belles années qu’ont offertes les joueuses du RAF à leurs supporters. La descente en D2 n’est pas une fin en soi et gageons que le club et le staff vont tout faire pour que Rodez retrouve le niveau auquel l’équipe peut largement prétendre. 



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !