photos/5099.jpg

Nicolas Dupont-Aignan était en visite, à Rodez, où il a présenté Marie Roux, candidate aveyronnaise sur la liste de Debout la France. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 25 avril 2019

De passage à Rodez, ce mercredi 24 avril, le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, en a profité pour présenter sa liste aux élections européennes dans laquelle figure une candidate aveyronnaise, Marie Roux.

Nicolas Dupont-Aignan, député de l’Essonne et président de Debout la France, était à Rodez, ce mercredi 24 avril. À cette occasion, il a tenu une conférence de presse durant laquelle, il a présenté la candidate de l’Aveyron, Marie Roux, enseignante dans le département et qui pointe à la 68e place dans la liste du député de l’Essonne.

L'Europe, une copropriété

Alors qu’on y trouve Stéphanie Gibaud, Jean-Philippe Tanguy ou encore Marie-Jo Zimmermann, Bruno North et Benjamin Cauchy, figure des gilets jaunes de la Haute-Garonne, Nicolas Dupont-Aignan entend, avec sa liste composée de personnes de « tous horizons de la société civile, revoir complètement le fonctionnement de l’Union européenne pour la remplacer par une Europe des nations libres et des projets concrets. Il ne s’agit pas d’en sortir mais de revoir les règles. » Et de comparer l’Europe à une copropriété (gérée par les pays) dans laquelle la commission européenne tiendrait le rôle du syndic « qui se mêle de tout » mais pas des « sujets principaux, le numérique, la conquête scientifique, le bassin méditerranéen, la santé… », explique-t-il. Une commission qui « a supprimé les portes de nos appartements (les frontières). »

Et de dénoncer, à nouveau, « une Union européenne tentaculaire ». En citant l’exemple de la privatisation des barrages français (où il s’est rendu hier après-midi, en Corrèze, au barrage du Chastang) : « C’est son droit (la France), d’avoir des barrages et des biens publics d’intérêt général. »

Pour accéder à ce changement, Nicolas Dupont-Aignan s’est donc entouré de vingt-trois partis politiques européens « alliés ». Ceci dans le but de devenir le premier groupe du Parlement européen. Ce qui est encore loin d’être le cas au vu du sondage quotidien Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio qui crédite le parti Debout la France de 4,5 % d’intentions de vote. Contre 22 % pour LREM et 20 % pour le Rassemblement national. Suivent derrière Les Républicains (15 %), La France Insoumise (9 %), EELV (8,5 %), Place publique-Parti socialiste (6 %) et enfin Debout la France. Mais Nicolas Dupont-Aignan ne croit pas à ces sondages : « Je pense qu’on peut faire un bon score. L’objectif est d’atteindre 10 %. » Soit neuf députés siégeant au Parlement européen.

En attendant, le risque d'abstention pourrait, une nouvelle fois, être élevée dimanche 26 mai. La participation s’annonce aussi faible que lors des précédents scrutins avec un taux oscillant à 58 %.

Interpellé sur la question du climat

Trois lycéens ruthénois, présents lors de la conférence de presse, ont interpellé le député de l’Essonne sur les enjeux climatiques de demain. Nicolas Dupont-Aignan leur a répondu en insistant sur le « produire local. Il faut rompre les traités de libre-échange » et sur le « prêt à taux zéro de la Banque centrale européenne pour l’isolation thermique par exemple ».

La cathédrale de Rodez

Enfin, au terme du point presse, il s’est rendu visiter la cathédrale de Rodez où il a exprimé son soutien au maire de Rodez, sur l’absence de subvention visant à rénover l’édifice ruthénois. « Il est intolérable d’attendre qu’il y ait un accident pour agir. » Et de proposer de renforcer les crédits alloués au ministère de la Culture.



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !