photos/5091.jpg

José Bové a donné une conférence de presse au Café de la Perle, à Millau, mercredi 24 avril. - © Le Progrès

Par Camille André
Le 24 avril 2019

Bénédicte Bourinet-Danneville, avocate de la Confédération générale de Roquefort, a rendu une consultation défavorable au sujet du controversé bleu de brebis de Société. José Bové, l’eurodéputé monté au créneau contre ce nouveau produit, et Christian Gentil, président de la confédération et directeur général de Société, réagissent à ce document.

Pour l’eurodéputé José Bové, la consultation juridique (jointe ci-dessous) rendue par l’avocate de la Confédération de Roquefort, Bénédicte Bourinet-Danneville, au sujet du bleu de brebis estampillé Société, est sans équivoque :

Quand on lit ce document, le moins qu’on puisse dire, c’est que les éléments que nous avions évoqués s’y retrouvent tous et de manière claire, félicite José Bové. Le service juridique explique pourquoi ce bleu est en infraction avec les textes à la fois européens et nationaux, et qu’il déroge aux principes liés à la marque société (historiquement, juridiquement, etc..).

« Comme dans tout conflit, que je regrette, il y en a qui défendent le pour, d’autres, le contre, et il y aura un juge pour trancher, tempère, de son côté, Christian Gentil, en poursuivant :

Quand on demande un point de vue, ce doit être juridique et pas personnel, hors la moitié de cette lettre est personnelle. Pour moi, l’avocate sort de son rôle.

Protéger l’AOP, faire avancer Société

Les deux hommes se sont rencontrés, mercredi 24 avril, pour discuter de cette consultation juridique, avant qu’elle ne soit remise à la presse. « Ce qui m’a le plus surpris, c’est que j’ai le sentiment que M. Gentil n’avait pas l’air de comprendre pourquoi je le remets en cause », explique le député européen. Pour lui, le bleu doit être retiré des rayons en ce qu’il trompe le consommateur. « La deuxième partie de la lettre, très ferme, explique que ‘le bleu de brebis litigieux soit commercialisé sous la marque société et sous ce packaging, porte à mon sens atteinte à la protection de l’AOP’. »

Il reproche aussi que « jamais la Confédération n’a été saisie avant que Société mette son produit sur le marché. A aucun moment ». Christian Gentil assure lui que « ça a été présenté aux producteurs de lait, aux organisations de producteurs (OP) et aux salariés, deux mois avant la sortie du produit ». Avant de rappeler la situation économique difficile de roquefort et la nécessité pour Société d'innover « pour notre marque et pour roquefort ». 

Les distributeurs attendaient ce produit. On essaie d’être modernes. On est là pour proposer au consommateur quelque chose qui lui fait envie à un prix acceptable. Et avant que les gens crient au loup, on nous a dit ‘Enfin, Société innove !’. Je sais que ce produit, on le lance pour le bien de la société et du consommateur. 

Prochain épisode le 7 mai

José Bové tient à rappeler qu’il y a eu « d’autres fraudes à d’autres moments (notamment une contrefaçon qui était commercialisé en Espagne, NDLR), et la Confédération a été le premier acteur à signer les accords internationaux sur les fraudes ». Inimaginable alors que son président lance lui même une « contrefaçon » comme le Bleu de brebis. La consultation de Bénédicte Bourinet va dans ce sens, comme elle le stipule clairement dans son compte-rendu :

Il est difficile de concevoir que la Société des caves mette sur le marché un produit qui porte atteinte à la notoriété du roquefort et à la protection de l’Appellation, alors que dans un même temps, elle est le premier fabricant de roquefort AOP.

Alors, le nouveau Bleu de brebis profite-t-il à Société, aux dépens de l’AOP roquefort ? Les professionnels concernés devront se prononcer le 7 mai, lors du Conseil d'administration (CA) de la Confédération générale de Roquefort. « Il faudra arrêter ce business, point barre », tranche Bové. Pour cela, il faudrait un consensus du CA. Christian Gentil, qui porte et la casquette de la Confédération, et celle de directeur général de Société, ne votera évidemment pas. « Si on perd, c’est la vie. José Bové en fera une grande victoire, moi, je n’en ferai pas un drame. »




Le rapport de l'avocate sur le Bleu de brebis



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !