photos/5065.jpg

Christian Teyssèdre, mardi 23 avril, a réagi au communiqué de la région Occitanie. - ©ADN12

Par Aurélien Gares
Le 23 avril 2019

Le maire de Rodez a tenu une conférence de presse, ce mardi 23 avril, pour revenir sur le « fond du dossier » concernant la subvention exceptionnelle accordée par la région Occitanie pour reconstruire la cathédrale Notre-Dame-de-Paris. Et en a profité pour réagir au communiqué fourni par la Région et qui faisait suite aux propos de Christian Teyssèdre sur cette même subvention.

L’histoire a commencé mardi 16 avril. Alors que la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, était en visite dans l’Aveyron, elle a annoncé, au lendemain de l’incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame-de-Paris, que l’Occitanie serait solidaire et qu’à ce titre, une subvention de 1,5 millions d’euros serait accordée pour reconstruire l’édifice. Une somme et une décision qui ont eu du mal à passer du côté du maire de Rodez, Christian Teyssèdre. Dès le jeudi matin, à l’occasion des cinq ans du musée Soulages, il n’a pu s’empêcher de commenter cette actualité : « J’aimerais qu’on ne rénove pas les cathédrales que lorsqu’elles prennent feu », avait-il indiqué. Rebelote, le lendemain matin où il s’est fendu d’une lettre ouverte dans laquelle il s’en prenait directement à la région Occitanie tout en s’interrogeant « quant à la cohérence de l’action menée et au sens de l’équité ».

Un nouveau communiqué pour répondre « point par point »

Une lettre ouverte qui n’est pas restée sans réponse puisque dès le lendemain, la région Occitanie, à son tour, a envoyé un communiqué de presse signé par les trois élus régionaux de l’Aveyron (Stéphane Berard, Monique Bultel-Herment et Emmanuelle Gazel), dans lequel était dénoncé « les propos du maire de Rodez que nous estimons déplacés ». Ce, après avoir détaillé les différentes aides accordées par la Région, depuis 2016, envers la ville de Rodez et son agglomération. Des détails qui, à leur tour, seront commentés puisque Christian Teyssèdre souhaite les reprendre « point par point parce que c’est faux » avant de les communiquer dès ce mercredi, à la presse. « Ce n’est pas Carole Delga qui a écrit cela. Ce n’est pas non plus les conseillers régionaux », précise-t-il alors même que Monique Bultel-Herment est première adjointe à la mairie de Rodez.

Des allées, des poteaux, des voûtes

C’est donc dans cette atmosphère que le maire de Rodez a convié la presse, ce mardi 23 avril. Pour discuter « du fond du dossier », en assurant toutefois qu’il ne s’agissait pas « de faire d’amalgame entre la cathédrale de Paris et celle de Rodez ». Ainsi, il a rappelé être intervenu à deux reprises, en 2017, auprès de la Région pour demander à ce qu’elle use de sa compétence sur la protection du patrimoine afin de réaliser des travaux à l’intérieur de la cathédrale de Rodez « qui n’en a pas connu depuis son incendie en 1510. Des allées, des poteaux, des voûtes, elle a besoin d’une rénovation complète afin de retrouver son lustre. » Tout en soulignant son importance en terme « d’attractivité touristique » mais aussi « pour que ses habitants soient fiers ».

Christian Teyssèdre a donc sollicité Carole Delga après « avoir mené une étude financée par la Ville, Rodez agglomération et la Drac » concernant ces rénovations. Avant de se pencher sur la réponse négative obtenue trois mois plus tard : « Dans le domaine de la restauration du patrimoine, la Région n’intervient pas lorsque l’État est propriétaire de l’édifice concerné, ce qui est le cas de la cathédrale de Rodez. Ce principe général de non éligibilité du patrimoine propriété de l’État a été retenu en raison des contraintes budgétaires qui imposent de limiter le champ des cofinancements régionaux, quel que soit l’intérêt du projet de restauration en cause. »

« Je suis maire de Rodez, je défends les intérêts de Rodez »

Une réponse qui ne convient pas au maire de Rodez qui a appris, en fin de semaine dernière, que la cathédrale de Narbonne avait bénéficié, en 2017, d’une aide régionale. « Il ne s’agit pas de faire de l’opposition. On demande juste de bénéficier de ces fonds régionaux. Pourquoi Narbonne et pas Rodez ? Je ne pars pas en croisade contre la Région, je demande juste pourquoi pas nous et l’égalité de traitement. On est dans un pays où il est compliqué de faire des travaux. Je suis maire de Rodez, je défends les intérêts de Rodez. » Et d’hausser le ton : « Je n’entends pas me laisser intimider par la Région et les soudards de Carole Delga, qui tapent en touche plutôt que d’évoquer le fond du problème. Je ne demande aucune faveur, j’entends défendre le patrimoine de Rodez et ses contribuables. J’appelle Carole Delga à revenir sur ses positions. C’est l’intérêt régional qui doit guider les choses. Et nous sommes dans le cœur de cible de la protection du patrimoine régional. » Puis de conclure : « Je ne pensais pas que l’exceptionnel était une compétence de la Région. »

Le stade Paul-Lignon fait aussi tiquer

Autre sujet pointé du doigt, le Rodez Aveyron Football. Et ce, malgré l’augmentation des aides apportées par la Région au Rodez Aveyron Football (120 000 €) et le soutien pour évoluer, durant les travaux à Paul-Lignon, au Stadium de Toulouse. Christian Teyssèdre demande là aussi une égalité de traitement. Notamment en ce qui concerne les subventions : « Béziers qui évolue également en Ligue 2 depuis l’année dernière perçoit 300 000 € (120 000 € de la Région + 180 000 € Sud de France, société œuvrant pour la région Occitanie). Si on veut aider le football, c’est d’abord en reconstruisant le stade. »



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !