photos/5053.jpg

Le nouveau restaurant scolaire de St-Georges-de-Luzençon peut accueillir 100 personnes. - ©ADN12

Par Benoît Garret
Le 24 avril 2019

Depuis 40 ans, Saint-Georges-de-Luzençon connaît une expansion continue de sa population. De moins de 800 habitants en 1975, cette commune est passée à 1.100 habitants en 1990 et 1.700 habitants aujourd’hui. Les équipements ont suivi la même pente que la démographie.

Le restaurant scolaire complète les équipements de cette commune qui monte.

Ainsi, après la rénovation du groupe scolaire public inauguré en mai 2009 (109 élèves), la construction de la maison pluridisciplinaire de santé (lire ci-dessous) inaugurée en 2013, les élus municipaux – Gérard Prètre, le maire en tête – ont coupé le ruban du nouveau restaurant scolaire avec le sous-préfet de Millau, vendredi 12 avril.

« Un tel développement n’est pas le fruit du hasard, il résulte de la volonté politique des différentes municipalités qui se sont succédées », indique le maire.

Le nombre d’enfants fréquentant la cantine scolaire a suivi la même progression. La cantine située sous la salle des fêtes ne répondait plus aux besoins des familles, malgré tous les travaux d’agrandissement et de modernité réalisés il y a une dizaine d’années. Les effectifs passant de 25-30 enfants à 90 aujourd’hui. 

80 enfants à table chaque midi

C’est ainsi qu’est sorti de terre, en un an (février 2018 à février 2019) ce bâtiment de béton brut à l’architecture épurée, réalisé par Christophe Condomines, et tranchant avec l’école rénovée voisine.

Le maire Gérard Prètre et le sous-préfet de Millau ont coupé le ruban du « maillon manquant de l’offre qu’il convient d’apporter aux familles des enfants scolarisés sur la commune ».Le maire Gérard Prètre et le sous-préfet de Millau ont coupé le ruban du « maillon manquant de l’offre qu’il convient d’apporter aux familles des enfants scolarisés sur la commune ».

Le « maillon manquant de l’offre qu’il convient d’apporter aux familles des enfants scolarisés sur la commune » (comme l’a soufflé le maire) a coûté la somme de 544.000 € HT (dont 212.000 € de l’Etat, 25.000 € du Département, 7.000 € d’autofinancement communal et 300.000 € d’emprunt).

D’une capacité de 100 personnes, le restaurant scolaire est actuellement fréquenté par 80 élèves chaque midi. Les repas sont préparés à La Primaube avant d’être livrés sur place… « Tout est prévu pour pouvoir accueillir une cuisine » a souligné le maire lors de la visite des locaux.

« Saint-Georges continue à bâtir son avenir », a indiqué le président du Conseil départemental Jean-François Galliard avant d’insister : « Si on veut attirer des populations nouvelles, il faut mettre en place des équipements de qualité. » Pour le député Arnaud Viala, « ce restaurant scolaire est construit pour durer, car l’école est durable et non délocalisable ».

Le sous-préfet de Millau Patrick Bernié a conclu les discours en saluant « cette architecture audacieuse construite au cœur de la cité ».

Une maison de santé pluridisciplinaire modèle

Aujourd’hui, 3 % des médecins souhaitent s’installer seuls. 

Vendredi 12 avril, avant de participer à l’inauguration du nouveau restaurant scolaire, le docteur Sébastien Combes livre les attentes des jeunes médecins sortant des facultés.

 Ils sont 72 % à vouloir s’installer en groupe. Ce qui leur permet d’avoir une vie familiale et professionnelle épanouissante.

Le docteur Sébastien Combes, accompagné du maire Gérard Prètre, a fait visiter la maison de santé pluridisciplinaire au sous-préfet de Millau.Le docteur Sébastien Combes, accompagné du maire Gérard Prètre, a fait visiter la maison de santé pluridisciplinaire au sous-préfet de Millau.

 Et cela transparait lors des échanges avec les professionnels de la maison de santé pluridisciplinaire de Saint-Georges-de-Luzençon.

« En 2008, la commune comptait un médecin généraliste le docteur Thomas, installé depuis 1977, un cabinet de trois infirmières, un kinésithérapeute et un dentiste le docteur Dedieu », indique Esther Chureau, 2ème adjointe.

Pour éviter de se trouver face à une désertification, en 2009 la commune a décidé de créer une maison de santé telle que définie par l’Agence régionale de santé à l’époque avec un projet en commun et une coordination des soins. 
Inaugurée en 2013, la maison de santé pluridisciplinaire de St-Georges compte aujourd’hui trois médecins, trois dentistes, deux kinésithérapeutes, quatre infirmières, une psychologue et une diététicienne qui assure des permanences. Et adossé à cette équipe, les salariés de l’ADMR.

Le docteur Combes assure « qu’avec la dynamique d’équipe, notamment des auto-formations sur place et des accueils réguliers d’internes, on trouve des nouvelles personnes… sans trop chercher ».

Pour assurer la continuité et la coordination des soins sur « tout ce territoire entre St-Affrique et Millau », les médecins de St-Georges ont mis en place des gardes avec leurs confrères de St-Rome-de-Cernon et St-Rome-de-Tarn.



Recevoir notre Newsletter
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !