photos/4921.jpg

Les différentes actions ont été présentées mercredi à la Maison des Solidarités de Millau. - ©ADN12

Par Yannick Périé
Le 18 avril 2019

Après l’opération « Culture et lien social » mise en place en 2017, le président du Conseil départemental, Jean-François Galliard, a présenté mercredi, à la Maison des Solidarités de Millau, les dossiers retenus suite à l'appel à projets du nouveau dispositif « Sport et lien social », en direction des « publics empêchés ».

Après avoir rendu un nouvel hommage à Bernard Saules, vice-président du conseil départemental en charge des sports, disparu le 8 mars, Jean-François Galliard a présenté, mercredi à Millau, les propositions qui ont été retenues par le Conseil départemental dans le cadre du nouveau dispositif « Sport et lien social ».

Toute cette histoire a commencé avec la culture. Avant d’être président du Conseil départemental, j’étais président de la commission culture, et je m’étais simplement dit : si le public que l’on appelle sobrement empêché ne peux pas venir, alors nous-même à sa rencontre.

En avait découlé une série d’opérations menées par les acteurs de la culture, à destination de ces publics « empêchés » (personnes en situation de handicap, public défavorisé…).

Six dossiers retenus, dont trois millavois

Mais partant du constat qu’il n’y a pas que la culture qui peut servir de lien social, le Conseil départemental a lancé en mars 2018, un appel auprès des acteurs du sport en Aveyron afin de mener des actions favorisant ce fameux lien entre les différents publics.

S’il s’est félicité « de la variété et de la richesse des différentes propositions », Jean-François Galliard n’a pas manqué de souligner que « si on ne peut pas reprocher à quelqu’un de ne pas tendre la main, on peut reprocher aux autres de ne pas la prendre… » Une façon de souligner que seulement treize candidatures ont été faites. Sur ces treize propositions, six ont été retenues, dont trois millavoises.

Différentes actions avec le SOM Rugby

Serge Sécail, secrétaire général du SOM Rugby, s’est réjoui que l’appel du conseil départemental ait « de suite fait tilt » auprès de son club.

Les collectivités nous soutiennent dans nos actions, alors quand une collectivité nous demande quelque chose, la moindre des choses c’est qu’on y réponde.

Fort de ses quelque 500 licenciés, et « l’éducation étant dans l’ADN du SOM Rugby », le club est « ouvert à tous les horizons avec des publics divers et variés socialement ». Aussi, « en tant qu’association citoyenne, nous avons décidé de nous positionner sur ce projet innovant et expérimental ».

Différentes actions ont été imaginées. Outre des places offertes à ces publics tout au long de la saison de championnat, jeudi 30 mai, jour de l'Open Société - Socopa, un tournoi de toucher à 5 intégrera le public des différentes associations partenaires : Myriade, PJJ, Tremplin pour l'Emploi, Secours Populaire, Maison des Solidarités, éducation nationale…

Du 9 au 30 septembre, une structure en gazon synthétique de 300 m2 sera à nouveau installée sur la place de la Capelle, et le club s'est engagé à accueillir des publics scolaires, « mais aussi des publics défavorisés ».

Jean-François Galliard, Serge Sécail, Daniel Febvre et Daniel Salesse.Jean-François Galliard, Serge Sécail, Daniel Febvre et Daniel Salesse.

« J'Œufs de Pâques du SOM Basket »

Ravi que son dossier ait été retenu, Daniel Salesse, responsable des formations et de la partie technique au SOM Basket, n'a pas manqué de souligner que le club n'avait pas attendu le Conseil départemental pour travailler auprès de ces publics dits « empêchés ». « Au-delà de notre engagement auprès de l'éducation nationale à travers l'Opération Basket École, nous travaillons depuis 10 ans avec des associations pour favoriser la mixité sociale », a-t-il rappelé.

Les 23 et 24 avril, la traditionnelle opération « L'Asso du Basket » laissera donc la place à la première édition de « J'Œufs de Pâques du SOM Basket », deux journées de jeux autour du basket, chasse à l'œuf, jeux musicaux, concours de dunks, rencontres amicales, avec la participation des Centres Sociaux de Millau, l'IME du Puits-de-Calès, Bonniol, Myriade et la MJC.

Parallèlement à cette opération, des œuvres créées par les enfants de l'IME avec des ballons recyclés sont actuellement exposées dans les vitrines des commerçants de la ville.

« Cette mixité permet que les enfants aient des copains dans la cité », se félicite Isabelle Lamour, directrice de l'IME du Puits-de-Calès, en appelant de ses vœux « que la différence devienne une richesse et non plus un handicap ».

« Myriade et le SOM Tennis outils du mieux vivre ensemble »

« À côté de ces deux monstres du sport local », Daniel Febvre, président du SOM Tennis depuis septembre 2018, s'est dit « surpris et très content de voir toute cette énergie ». « J'ai la sensation qu'on est complètement avec vous dans l'enthousiasme », a-t-il déclaré.

En réfléchissant sur les actions que le club pourrait mener, « les notions vivre ensemble, valeurs, solidarité, entraide, estime de soi, cohésion sociale, intégration, lutte contre l'exclusion… ont vite émergé », et la collaboration avec l'association Myriade, qui œuvre depuis plusieurs années sur le rapprochement entre les différentes communautés, « est apparue comme une évidence ».

Aussi, à la faveur de l'opération intitulée « Myriade et le SOM Tennis outils du mieux vivre ensemble », le SOM installera le samedi 18 mai un mini-tennis sur la place Emma-Calvé et proposera une initiation aux jeunes et moins jeunes. Une action qui se déroulera dans le cadre du Printemps des Couleurs organisé par Myriade.

Le dispositif renouvelé en 2020

Les trois autres actions retenues sont menées par l'association sportive du collège de Saint-Amans-des-Côts (biathlon laser), l'ASPTT de Rodez (usage du vélo) et l'A.N.P.A.A.12 (Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie) (pratique du football auprès des mineurs non accompagnés, en partenariat avec le club de football d'Olemps).

En 2020, le dispositif aura lieu sur le territoire de Decazeville communauté, la communauté de communes Comtal, Lot et Truyère, le Saint-Affricain, Roquefort, Sept Vallons mais aussi sur le Réquistanais. Les porteurs de projets devront candidater avant le 15 septembre 2019.

Pour chacun de ces dispositifs, le Département finance jusqu’à 50 % dans la limite d’une enveloppe de 50 000 €.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !