photos/4773.jpg

Des soins prodigués sur un aigle royal par les bénévoles du centre. - ©DR

Par Aveyron Digital News
Le 14 avril 2019

Géré principalement par son président bénévole, Jean-Claude Austruy, le Centre Régional de Sauvegarde de la Faune Sauvage Caussenard (CRSFSC) de Millau est menacé de fermeture s’il n’arrive pas à créer un poste et demi de salarié. La population se mobilise, les autorités restent sourdes !

Jean-Claude Austruy, président du centre, et bénévole à temps complet de l’association est parti d’un constat simple :

Je suis retraité et pas éternel, je suis là tous les jours, mais après ?

La volonté du centre est de trouver une situation pérenne pour que Jean-Claude Austruy puisse passer sereinement le relais, et que le centre de Millau reste ouvert, dans de bonnes conditions pour l’accueil des animaux sauvages.

Il est un acteur majeur du maintien de la biodiversité sur la région des Grands Causses et reçoit régulièrement des stagiaires de toute la France.

Ce sont chaque année plus de 400 bêtes qui sont soignées, nourries, rééduquées puis relâchées en bonne santé, pour survivre en liberté dans la nature, et reprendre leur vie sauvage.

Le territoire de la ville de Millau représente à lui seul 40 % des animaux recueillis.

Une loutre d'Europe soigée au centre.Une loutre d'Europe soigée au centre.

Jean-Claude Austruy explique :

D’une certaine manière, l’association se substitue aux pouvoirs publics puisque, légalement, c’est la mairie qui a en charge les animaux errants sur sa commune, quels qu’ils soient. Il est donc logique que la Communauté de communes Millau Grands Causses, et celles concernées, apportent leur soutien financier, pour la création de ce poste et demi de salarié dont l'association a tant besoin.

Mais tout le monde n’a pas le même avis sur la question !

Un bras de fer s’engage

Contactée au mois de février dernier, la Communauté de communes Millau Grands Causses a reçu l’association au mois de mars. Depuis, la situation semble figée, et le CRSFSC doute de la réelle volonté des acteurs politiques d’engager des moyens financiers réguliers.

Nous avons la désagréable impression que la Communauté des communes fait durer les choses.

Jean-Claude Autruy compte bien poursuivre son action, et menace même de fermer l’accueil des animaux dès le mois de juin prochain : il incomberait directement aux communes qui pour la plupart, n’ont aucun moyen logistique et humain pour y faire face.

L'équipe du centre apporte des soins à une buse.L'équipe du centre apporte des soins à une buse.

Les particuliers se mobilisent

Spontanément, des particuliers ont souhaité apporter leur soutien au centre, l’un d’eux a même créé une cagnotte « Leetchi » en ligne sur laquelle il est encore possible aujourd’hui de verser des fonds, et ce pendant encore trois semaines.

Une pétition a déjà recueilli plus de 4.800 signatures sur Internet.

L’association remercie sincèrement tous les gens qui se mobilisent, mais elle est consciente que ce sont des solutions sur le court terme et qu’il va falloir persévérer.

Conforté dans sa position d’acteur essentiel de la faune sauvage de la région, et soutenu massivement par la population locale, le centre compte bien tout tenter et obtenir logiquement gain de cause.



Recevoir notre Newsletter
Commentaires
Ecrire un commentaire
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !