photos/4733.jpg

Le sénateur Alain Marc réagit au lancement du nouveau bleu de brebis de Société. - © Le Progrès

Par Aveyron Digital News
Le 12 avril 2019
1

Le nouveau bleu de brebis de Société continue à faire couler beaucoup d’encre. C’est au tour du sénateur de l’Aveyron Alain Marc d’indiquer que « le roquefort est une chance » et qu’« il a ses exigences de qualité et d’authenticité ».

Le bleu de brebis lancé début avril par Société (groupe Lactalis) continue à agiter en Sud-Aveyron et bien au-delà. De nombreuses personnes tirent la sonnette d’alarme quant à la confusion qui pourrait s’installer dans la tête des consommateurs manquant d’éléments de comparaison entre ce nouveau bleu et l’AOP roquefort. La CFDT Roquefort et lait de brebis a été la première à dégainer (lire ici), rejointe une semaine après par le député européen José Bové (lire ici), puis par Alain Fauconnier, président du Parc naturel régional des Grands Causses (lire ici), par le député Arnaud Viala (lire ici) et il y a une demi-heure par le sénateur Alain Marc qui indique que « les orientations prises par Lactalis ne sont pas bonnes ».

Voici le communiqué in extenso : « Avoir la chance de posséder ce qui est considéré, à juste titre, comme le fleuron des fromages au monde, le roquefort, ça se mérite !

Notre territoire le sait fort bien. Depuis près d’un siècle les producteurs et les transformateurs assurent les contraintes de l’appellation d’origine, AOC puis AOP, sur la base notamment d’une interprofession pionnière en la matière. »

« Le groupe joue contre son camp et contre le territoire »

Et de poursuivre : « L’opérateur historique du Combalou, Société des Caves, aux mains du géant de l’agro-alimentaire Lactalis, n’a pas su ou voulu comprendre les enjeux d’une filière exemplaire. Le lancement d’un bleu de brebis, même avec les précautions d’usage (fabrication à Rodez) et l’argument de l’emploi, en est une nouvelle preuve manifeste.

Non, tout ce ce qui est bleu n’est pas du roquefort, même si c’est du lait de brebis !

Certes, il n’y a pas de tromperie sur l’étiquette même si l’emballage peut prêter à confusion. Mais, au prétexte de mieux répondre aux attentes du consommateur, ce produit risque de semer le trouble sur le marché. Et de poser des questions sur la valorisation du prix du lait pour les producteurs. La filière roquefort s’est construite sur des exigences de qualité et d’authenticité. Elle a su évoluer sans en perdre l’esprit. Sur ces fondements, elle reste un élément clef de l’économie de toute une région.

Les orientations prises par Lactalis ne sont pas bonnes. Le groupe joue contre son camp et contre le territoire. Nous devons nous mobiliser pour mettre un coup d’arrêt à ces pratiques. »



Recevoir notre Newsletter
Commentaires

JEAN-LOUIS ALBIGES

Le 12 avril 2019 à 18h13
on attend la position de la CGT ROQUEFORT et celle de la CONF

Signaler le commentaire ?


Ecrire un commentaire
1234
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Météo
Petites annonces

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !