photos/4693.jpg

La cabane « historique » des gilets jaunes de Saint-Germain, en feu. - © Patrick Arjalies

Par Aveyron Digital News
Le 11 avril 2019

Dans la nuit de mercredi à jeudi, entre deux et trois heures du matin, la cabane en paille des gilets jaunes a été complètement détruite par un incendie. Comme celles de Rodez et Villefranche-de-Rouergue. La piste de l’incendie volontaire est fortement privilégiée.

Entre deux et trois heures du matin, dans la nuit de mercredi à jeudi, les pompiers de Millau ont été appelés pour un feu au niveau du rond-point de Saint-Germain.

À leur arrivée, ils n’ont pu que constater que la cabane en paille des gilets jaunes avait entièrement brûlé, ne faisant, fort heureusement, que peu de dégâts matériels.

C'est tout ce qu'il reste de la cabane en paille des gilets jaunes millavois.C'est tout ce qu'il reste de la cabane en paille des gilets jaunes millavois.

Un incendie que tous pensent volontaire, puisqu’il n’y avait aucune source d’énergie (gaz, électricité…) dans la cabane, et que le temps était à la pluie ; la paille n’a donc pas pu fermenter et s’embraser, comme cela peut être le cas l’été.

Les représentants des gilets jaunes que nous avons interrogés sur le sujet sont dans l’incompréhension la plus totale.

Quel intérêt de mettre le feu ? Il n’y avait plus rien, juste une cabane en bottes de paille.

En effet, les gilets jaunes occupent depuis plusieurs semaines une autre cabane à Millau, et avaient retiré tout le materiel de celle de Saint-Germain. Il ne restait que les « quatre murs » et des pneus qui tenaient le toit.

Des gilets jaunes néanmoins touchés par cet acte gratuit, la cabane du rond-point de Saint-Germain demeurant le symbole de leur lutte depuis bientôt cinq mois.



Recevoir notre Newsletter
S'abonner
News letter

Recevez l'info quotidiennement et gratuitement !

Se connecter



Pas encore de compte ? Cliquez-ici !